Avancement des travaux fran - PowerPoint PPT Presentation

Loading...

PPT – Avancement des travaux fran PowerPoint presentation | free to download - id: 7ef701-OTNlY



Loading


The Adobe Flash plugin is needed to view this content

Get the plugin now

View by Category
About This Presentation
Title:

Avancement des travaux fran

Description:

Avancement des travaux fran ais sur l aval du cycle nucl aire. Stockage souterrain des d chets Ghislain de Marsily Professeur l Universit Paris VI – PowerPoint PPT presentation

Number of Views:4
Avg rating:3.0/5.0
Slides: 68
Provided by: gdm75
Category:

less

Write a Comment
User Comments (0)
Transcript and Presenter's Notes

Title: Avancement des travaux fran


1
Avancement des travaux français sur laval du
cycle nucléaire. Stockage souterrain des
déchetsGhislain de MarsilyProfesseur à
lUniversité Paris VIECOLE DES MINES DE
PARIS14 JUIN 2005
2
Fonctionnement pendant un an dun réacteur 900
MWé à 70 de charge, Production 5,52 TWhé, avec
retraitement à La Hague, pertes U-Pu 0,12
3
Du minerai au combustible
4
Cycle en réacteur et retraitement
5
235
236
238
Inventaire en radionucléides avant et
après passage en réacteur
6
U, Pu, Actinides
7
Produits de fission
Période
kg/TWhé kg/an
8
(No Transcript)
9
(No Transcript)
10
(No Transcript)
11
(No Transcript)
12
(No Transcript)
13
Volume des déchets
  • Déchets A (Faible activité, teneur limite en
    émetteurs alpha), origine majeure EDF
    1 million de m3
  • Déchets B (Moyenne activité, vie longue,
    émetteurs alpha), origine majeure Cogéma 100
    000 m3
  • Déchets C (Haute activité Vie longue) verres et
    combustibles usés EDF 10 000 m3
  • Déchets TFA, site de Morvilliers, démantèlement
    plusieurs millions de m3

14
Historique de la recherche
  • Années 50 Ac des Sc. US dit stockage
    géologique , des mines de sel du Kansas sont
    étudiées.
  • Autres propositions
  • Envoi dans lespace (fusées, canon)
  • Glaciers de lAntarctique
  • Zones de subduction (plaque tectonique
    plongeante)
  • Entreposage dans des déserts
  • Transmutation

15
(No Transcript)
16
Historique de la recherche, suite
  • Années 60 un forage de reconnaissance fait par
    le CEA sous lusine de La Hague, prises de
    contact avec les MDPA
  • 1973 Groupe Bertrand Giraud, rapport Gruson
    pour le Min. Environnement entreposage,
    stockage
  • Annés 70 lancement dun programme de recherche
    Européen. Carte des formations potentielles en
    Europe faite par le BRGM.

17
Historique de la recherche, suite
  • Années 70, suite
  • -France, Angleterre Granite
  • -Belgique, Italie Argile
  • -Allemagne, Hollande Sel
  • -Début du programmes international Seabed
    (stockage dans les fonds sous-marins, la France y
    participe ce programme conduira à interdire
    limmersion des déchets A en mer, que la France
    et surtout lAngleterre ont pratiqué arrêt des
    recherches vers 1985 par décision de la
    Convention de Londres (Droit de la Mer)

18
(No Transcript)
19
Aquifère
Formation hôte
Aquifère
20
Rôle de la formation hôte
  • Protéger des accidents de la surface
  • Assurer un environnement stable et favorable à
    lintégrité des barrières ouvragées sur des
    durées très longues
  • Après dégradation des barrières ouvragées,
    ralentir la migration des radionucléides dans
    lenvironnement
  • Faible vitesse découlement,
  • Grande porosité deau immobile
  • Capacité dadsorption et dinsolubilisation
  • Dilution et retard des radionucléides avant
    retour à la biosphère

21
Historique de la recherche, suite
  • Fin années 70 recherches de sites granitique en
    France, massifs A et B secrets en Bretagne,
    forage profond dAuriat dans le Massif Central,
    expériences en laboratoire dans la mine de
    Fanay-Augères, près de Limoges
  • Tentative douverture dun site de stockage de
    déchets A sur le site de la Mines des Bois Noirs
    (ex mine duranium),fortes protestations

22
Historique de la recherche, suite
  • Années 1980 Commissions Castaing
  • Non remise en cause du retraitement
  • Stockages de déchets A, RFS, choix du site de
    Soulaines (sables sur argiles)
  • Elargissement du choix de types de roche
  • Rapport Goguel sur les critères de choix de
    sites, RFS stockages profonds
  • Lancement dun programme du CEA sur 4 types de
    roches
  • Sel de Bresse
  • Argiles du Toarcien près de Laon
  • Ardoises près dAngers, en Vendée
  • Granite en Bretagne

23
Historique de la recherche, suite
  • Forte opposition en Vendée, en Bresse
  • Moratoire du Gouv. Roccard 1988
  • Mission confiée à M. Christian Battaille, Député
    du Nord
  • Loi de 1991 sur les déchets nucléaires
  • Axe 1 séparation poussée et transmutation
  • Axe 2 stockage géologique, réversible ou non,
    construction de Laboratoires souterrains pour
    ausculter les roches
  • Axe 3 entreposage de longues durée (300 ans)
  • (Entrevue avec Straus-Kahn)
  • Fixe 15 ans de recherche (1992-2006)
  • Création de lANDRA, EPIC sous la tutelle de
    lIndustrie, la Recherche et lEnvironnement
  • Création de la CNE
  • Commission Nationale dEvaluation
  • relative aux recherches sur la gestion des
    déchets radioactifs

24
La CNE
  • 12 membres, 6 nommés à parité par lAssemblée et
    le Sénat, dont au moins 2 étrangers, sur
    proposition de lOPECST
  • 6 membres nommés par le Gouvernement
  • 4 sur proposition de lAcadémie des Sciences
  • 2 sur proposition du Conseil Supérieur de la
    Sûreté et de lInformation Nucléaire
  • Rédige chaque année un rapport sur lavancement
    des recherches, remis au Gouvernement et au
    Parlement
  • Rédige pour 2006 un rapport global sur les
    recherches et leurs conclusions, pour contribuer
    à préparer un projet de Loi à examiner en 2006

25
Environ 100 pages
26
La CNE, suite
  • Bernard Tissot, Président
  • Pierre Berest
  • Robert Dautray
  • Jean-Claude Duplessy
  • Robert Guillaumont
  • Juan-Manuel Kindelan (Espagne)
  • Jacques Lafuma
  • Jean Lefèvre
  • Ghislain de Marsily
  • Olivier Pironneau
  • Jean-Paul Schapira
  • Claes Thegerström (Suède)

27
La CNE, suite
  • Mode de fonctionnement auditions des acteurs
    de la Loi (ANDRA, CEA, COGEMA, EDF,), environ
    120 auditions et 100 réunions de travail en 11
    ans
  • Visite des installations de recherche Françaises
    dans les trois axes de la Loi
  • Visites similaires en Allemagne, Suède, Finlande,
    USA, Canada, Hollande, Espagne
  • Rendez-vous annuel avec les CLIS des sites Andra

28
Historique de la recherche, suite
  • Mission de recherche de sites potentiels confiée
    au Député Bataille par le Gouvernement
  • Concertation avec les Assemblées Territoriales
  • Choix de quatre départements Gard, Vienne,
    Meuse, Haute Marne
  • Réduction à trois zones en 1994
  • Argile du Callovo-Oxfordien, site de Bure,
    confins Meuse / Haute Marne
  • Granite sous recouvrement sédimentaire, seuil du
    Poitou, Vienne
  • Silts argileux, Marcoule, Gard

29
Parenthèse étranger ?
  • US déchets B militaires, stockage dans le sel,
    WIPP au nouveau Mexique, ouverture du site au
    stockage fin des années 1990
  • US initialement, trois roches (Basalte, Etat de
    Washington, près de Hanford sel, Texas Tuffs
    volcaniques, Yucca Mountain, Nevada, dans
    lenceinte du terrain militaire de tests aériens
    et souterrains des armes nucléaires, près de Las
    Vegas. Combustibles irradiés et verres
  • Choix réduit à YM en 1980, trop cher.

30
(No Transcript)
31
(No Transcript)
32
(No Transcript)
33
Parenthèse étranger, suite
  • Suède et Finlande granite, combustibles non
    retraités insérés dans un conteneur de cuivre
    épais. Labo expérimentaux de Strippa et dÄspö.
  • Allemagne Dôme de sel de Gorleben, en panne
    (très forte opposition locale), verres et CU
  • Allemagne Formation calcaire sous couche
    dArgile, mine de Conrad, déchets B, approuvée
    par les autorités de sûreté, mais en panne

34
Parenthèse étranger, suite
  • Belgique Creusement dun Laboratoire dans
    largile a Mol (Centre Nucléaire)
  • Angleterre projet de stockage dans des
    formation volcaniques près de Sellafield (usine
    de retraitement), Verdict dune Commission de
    planning local défavorable, échec. Vagues projets
    de reprendre la réflexion (Commission sénatoriale
    Flower)
  • Canada granite, Commission Seaborn, échec.
    Arrêt. Réflexion en cours

35
Parenthèse étranger, suite
  • Suisse recherches initiales sur le granite,
    tunnel expérimental de Grimsel, arrêté. Verres et
    CU.
  • Tentative de création dun stockage de déchets B
    dans les Marnes de Wallenberg, deux référendums,
    échec
  • Recherches dans largile, jugée préférable au
    granite, Site près de Zürich, argiles à Opalines,
    étudiées aussi dans un tunnel routier dans le
    Jura à Mont Terri

36
Parenthèse étranger, fin
  • Espagne, Italie, reste de lEurope pas
    grand-chose
  • Japon granite, formations volcaniques, argiles.
  • Le Japon a opté pour le retaitement
  • Corée granite
  • Russie pas clair, le nettoyage des sites
    contaminés et la première priorité

37
Déroulement en France
  • Axe 1 séparation des actinides mineurs faisable
    au niveau du laboratoire avec des molécules
    extractantes en phase liquide
  • Transmutation, faisabilité scientifique très
    préliminaire, SuperPhénix, Phénix, retards
  • Deux voies possibles,
  • En réacteurs à neutrons rapides 2040..
  • En réacteurs rapides sous-critiques dédiés,
    couplés à un accélérateur projet Européen

38
Déroulement en France, suite
  • Axe 3 Entreposage de longue durée
  • Durée en 100 à 300 ans
  • Choix de conteneurs, compatibles avec un
    transfert ultérieur en site de stockage
  • Concepts en surface (casemates)
  • Concepts en sub-surface (flanc de colline)
  • Faisabilité industrielle acquise sur 100 ans
  • Faisabilité bien dégrossie sur 300 ans
  • Concept de reconstruction périodique de
    lentrepôt tous les 300 ans jusquà 8, mais
    problèmes sociétaux.

39
Axe 2, stockage
  • Bonne progression des travaux sur les 3 sites
    retenus, jusquen 1998. Géophysique, forages
    depuis la surface. Dépôt des demandes
    dInstallation des Laboratoires sur les 3 sites
  • Avis négatif de la CNE sur le granite de la
    Vienne
  • Décision du Gouvernement de retenir Bure (MHM),
    dabandonner la Vienne sur les recommandations de
    la CNE, et retrait du dossier Gard sous la
    pression des vignerons.
  • Demande à lAndra de proposer un nouveau site
    granitique

40
Axe 2, stockage
  • Granite sélection de 172 massifs granitiques
    potentiels, réduction par critères successifs à
    15 sites (Massif Central, Bretagne), tenus
    secrets
  • Mission granite confiée à trois
    Hauts-fonctionnaires (CM, CGR, Préfet)
  • Echec de la Mission Granite
  • Décision du Gouvernement de charger lAndra
    détudier les granites en collaboration avec des
    Pays étrangers, et de regarder la transposabilité
    des résultats aux granites Français

41
Recherches à Bure
  • interprétations des données des 68 forages
    pétroliers existants, et de 1300km de profils
    sismiques 2D existants 
  • réalisation et interprétation de trois profils
    sismiques 2D de haute résolution supplémentaires
    (dune longueur de 15km) 
  • réalisation et interprétation dune campagne
    sismique 3D sur une surface de 4 km²
    linterprétation de ces données permet de bâtir
    une image tridimensionnelle du sous-sol, à la
    manière dune tomographie médicale par scanner 
  • réalisation de 27 forages dans le secteur, sur
    une longueur totale forée de 5 km, et où 4,2 km
    de carottes de roche ont été récupérées, dont 2,3
    km dans le Callovo-Oxfordien. 23 de ces forages
    sont verticaux et 5 sont déviés, ce qui a permis
    une meilleure reconnaissance de la formation
    selon la direction horizontale et de rechercher
    la présence éventuelle de fractures dorientation
    verticale, dont la présence était parfois
    soupçonnée, et que des forages verticaux ne
    pouvaient pas recouper  en revanche, les forages
    horizontaux et déviés, bien orientés, ne
    pouvaient les manquer 

42
Recherches à Bure, suite
  • prélèvement de 22.700 échantillons de roches,
    dont 5.300 échantillons ont été analysés en
    laboratoire 
  • prélèvement et analyse de 7.300 échantillons
    deaux de la plupart des forages réalisés, à
    différents niveaux sur la verticale, pour
    reconnaître les fluides présents dans les
    différentes formations géologiques présentes
    au-dessus de la couche cible, au sein de
    celle-ci, et en dessous  des mesures locales de
    la perméabilité des niveaux rencontrés ont
    également été effectuées in situ, par injection
    ou pompage deau, sur environ 50 chambres de
    mesure
  • fonçage de deux puits daccès à la couche, pour
    pouvoir y construire le laboratoire Souterrain 
    le puits dit Auxiliaire, est arrivé à sa
    profondeur nominale, 490 m, en octobre 2004 
    dans le puits dit Principal, une galerie
    expérimentale est opérationnelle depuis novembre
    2004 à la profondeur de 445 m. Le puits est
    actuellement (début juin 2005) à la profondeur de
    470 m environ, et devrait arriver à sa base, à
    490 m, en octobre 2005 après la réalisation des
    expérimentations qui y sont prévues 

43
Recherches à Bure, suite
  • levés géologiques détaillés tout au long du
    fonçage de ces puits, par une équipe de géologue,
    après chaque volée, pour reconnaître dans le
    détail les formations traversées, les
    photographier, échantillonner les roches et les
    fluides, observer les éventuelles fractures ou
    anomalies qui pourraient se présenter  mesure en
    continu des débits deau parvenant aux puits
    pendant leur fonçage issus des formations
    géologiques traversées 
  • creusement dun galerie horizontale expérimentale
    en T, appelée  la niche , à partir du puits
    principal, à la profondeur de 445 m, (partie
    supérieure du Callovo-Oxfordien  cette galerie,
    dune longueur cumulée de 35 m, a permis de voir
    sur une grande surface la roche, dobserver son
    comportement mécanique, et dy mettre en place
    des expériences  elle a en effet été équipée de
    40 forages horizontaux, verticaux ou déviés,
    dune longueur de 10 à 15 m chacun, pour y
    installer des instruments de mesure et
    dexpérimentation

44
Recherches à Bure, suite
  • les expériences mises en œuvre dans cette niche
    ont débuté fin janvier 2005, et visent à  (i)
    reconnaître le comportement mécanique de la roche
    dans le temps, en particulier lors de la
    prolongation du fonçage du puits principal  (ii)
    recueillir des fluides au sein de la roche cible
    (en cours)  (iii) lancer une expérience de
    migration de solutés par diffusion au sein de la
    roche cible (en cours), qui permettra destimer
    in situ les coefficients de diffusion de divers
    solutés ainsi que certains coefficients de
    rétention par la roche 
  • lancement en mars 2005 dune seconde expérience
    de migration de solutés par diffusion dans la
    roche in situ, à partir dun forage fait depuis
    la surface  cette opération techniquement très
    difficile, est une  première mondiale  qui doit
    être saluée et dont les résultats seront très
    importants pour conforter ceux obtenus à partir
    de la  niche  ou de la galerie du fond 

45
Recherches à Bure, suite
  • creusement dautres galeries expérimentales à la
    profondeur de 490 m à partir du puits auxiliaire,
    c'est-à-dire à peu près au milieu de la couche
    cible, ce creusement, actuellement en cours,
    devrait être achevé au plus tard en décembre
    2005, il permettra de poursuivre lobservation
    directe de la roche, sur une longueur de galerie
    cumulée de 200 m de plus, les expériences
    supplémentaires suivantes y seront mises en
    place  (i) caractérisation et tentative
    dinterruption de la zone endommagée de la roche
    entourant la galerie, du fait de lexcavation 
    cette zone, appelée communément lEDZ (Excavation
    Disturbed Zone, en Anglais), joue un rôle
    fondamental dans le comportement dun éventuel
    stockage en formation géologique  (ii) poursuite
    de la caractérisation mécanique à long terme de
    la roche cible  (iii) mesures in situ de la
    conductivité thermique de la roche  (iv)
    échantillonnage des eaux interstitielles de la
    roche, mesures de la perméabilité  (v) nouvelles
    expériences de diffusion in situ.

46
Géologie
  • Coupe Est-Ouest du Bassin de Paris

47
(No Transcript)
48
(No Transcript)
49
Concepts de Stockage
50
Installations dun stockage
  • Installations de surface (installations
    nucléaires, bâtiments techniques et
    administratifs, verse)
  • ? examen des principes sur la base du retour
    dexpérience industriel existant
  • Ouvrages de liaison jour / fond
  • ? étude de la conception (dimensionnement,
    équipement, réalisation)
  • Installations souterraines (zone daccueil
    fonds, galeries de liaison, zones de stockage)
  • ? étude de la conception (dimensionnement,
    équipement, construction) et de lexploitation

51
Surface les installations nucléaires
  • Installation daccueil des colis primaires
    réception des emballages de transport et
    déchargement des colis primaires
  • Bâtiments dentreposage capacité tampon afin de
    réguler en entrée les fluxà stocker
  • Ateliers de conditionnement conditionnement
    des colis primaires en colis de stockage (B, C et
    CU)
  • ? préfabrication est privilégiée et les
    opérations en cellule sont limitées au maximum
    (mise en place des colis primaires dans les colis
    de stockage, fermeture des colis de stockage)

52
Fond organisation des architectures souterraines
  • Architecture horizontale et positionnement au
    milieu de la formation
  • Un fractionnement du stockage
  • - séparation des zones de stockage des différents
    déchets (B, C, CU) afin de limiter les
    interactions (environ 250 mètres entre chaque
    zone).
  • organisation en modules indépendants (distance
    de garde de lordre de 50 mètres) afin de
    permettre une progressivité de la construction,
    une flexibilité de la gestion du stockage
  • Architecture borgne auxdifférentes
    échelles(zones,modules, alvéoles)
    etregroupement des accès

53
Les ouvrages de liaison jour / fond
  • Quatre puits pour quatre fonctions distinctes
  • puits de descente des colis (cage de capacité 110
    tonnes)
  • puits de descente du personnel, pouvant aussi
    assurer le transport de petit matériel - puits
    dentrée dair
  • puits de service - cage capacité de 40 t
    (déblais, gros équipements, matériaux). Fonction
    de puits de secourspour le personnel et lentrée
    de lair
  • puits de ventilation pour le retour dair, avec
    fluxséparés (zones à activités minières et
    désenfumageen cas de situation accidentelle,
    zones nucléariséesavec filtration.
  • Les diamètres utiles des puits sont denviron 6 à
    12 mètres, correspondant à des diamètres
    classiques dinstallations minières.
  • Léquipement des puits est de type cage,
    contrepoidset poulie à friction Koepe
    largement éprouvédans le monde minier et ayant
    démontré sa fiabilité.

54
Une descenderie étudiée en variante
  • Une descenderie présente lavantage dune plus
    grande souplesse dutilisation car ne nécessite
    par de rupture de charge et est moins
    techniquement contraignante.
  • Toutefois les flux quil est possible de
    transporter sont généralement plus faibles (durée
    de descente/remontée supérieure et capacité plus
    faible).
  • Possible au regard des caractéristiques du site
    terrains de recouvrement peu aquifères et de
    bonnes propriétés mécaniques, profondeur de 500
    mètres plutôt élévée mais pas sans précédent.
  • Descenderie peut être intéressante pour la
    fonction de service et la fonction de
    transport des colis
  • A ce stade, la descenderie nest pas retenue en
    référence mais est considérée comme une variante
    possible.

55
Fond réseau de galeries
  • séparation des activités de construction et des
    activités dexploitation nucléaire galeries
    dédiées au flux pour la construction, dautres
    pour le transport des colis de déchets.
  • ventilation des ouvrages souterrains
    alimentation en air frais par les galeries en
    pleine section et retour dair soit par des
    gaines prévues à cet effet dans les galeries soit
    par des galeries dédiées.
  • A ce stade des études le réseau comprend 4 à 5
    galeries pour le stockage des déchets B et C (1
    pour le retour dair si besoin, 1 à 2 pour le
    transfert des colis, 2 à 3 pour les activités
    minières). Deux galeries complémentaires
    pourraient être nécessaires pour le stockage des
    CU
  • La diamètre excavé des galeries est de lordre de
    7 mètres

56
Fond alvéoles de stockage
  • Alvéoles de déchets B tunnels horizontaux de
    250 mètres de long et de diamètre 10 à 11 mètres.
    Les colis de stockage sont empiléssur plusieurs
    niveaux.
  • Alvéoles de déchets C tunnels horizontaux sans
    barrière ouvragée (diamètre excavé de0,70
    mètre) de longueur environ 40 mètres variante
    avec barrière ouvragée.
  • Alvéole de combustibles usés tunnels
    horizontaux avec barrière ouvragée(diamètre
    excavé denviron 3 mètres)de longueur environ 40
    mètres.

57
Emprises souterraines
  • Emprises résultent de la prise en compte des
    critères de dimensionnement géotechniques,
    thermiques et des distances de garde retenues
    entre modules
  • Durées dentreposage préalables considérées
  • 60 ans pour les C1 et C2, 70 ans pour les C3 et
    C4,
  • 60 ans pour les CU1(UOX) et 90 ans pour les CU2
    (MOX)

Scénario S1a Scénario S2
58
Influence de la durée dentreposage sur les
emprises
  • Pour des durées dentreposage inférieures à
    celles considérées, les emprises nécessaires
    augmentent très fortement.
  • Par exemple lemprise nécessaire pour stocker les
    colis C1/C2 augmente de plus de 50 pour une
    durée dentreposage préalable de 50 ans.
  • Au-delà de 150 ans dentreposage leffet sur
    lemprise satténue fortement.

59
Coûts du stockage
  • Données rares Il existe un rapport de la Cour
    des Comptes, selon trois scénarios
  • S1a retraitement de tous les combustibles usés
  • S1b retraitement des UOX et stockage des MOX
  • S2 arrêt du retraitement en 2010 et stockage de
    tous les combustibles usés après cette date

60
Coûts du stockage, suite(en milliards dEuros,
valeur 2003)
  • Chiffrage de 1996 14,704
  • Chiffrage de 1998 21,284
  • Chiffrage de 2003
  • Scénario S1a 15,946 à 24,332
  • Scénario S1b 25,237 à 41,435
  • Scénario S2 34,670 à 58,035
  • Travail en cours à la DGEMP sur ce point

61
Autres Avis
  • CLIS de Bure Relations cordiales avec la CNE
    jusquà il y a peu
  • Incident doctobre 2004
  • Etude IEER (Bureau détudes US) commanditée par
    le CLIS
  • Pétition pour organiser un référendum local
  • Etude OCDE commanditée par le Gouvernement
  • Rapport de lOffice Parlementaire de Mars 2005
  • Rapport de la CNE fin juin 2005
  • Rapports finaux de lAndra fin Juin 2005
  • Quid du second Laboratoire ?
  • Mission de la Commission du Débat Publicdici
    décembre
  • Rapport de la DGEMP, de la DGSNR à venir
  • Rapport complémentaire de la CNE début 2006
  • Projet de loi début 2006
  • Calendrier électoral 2006-2007.

62
(No Transcript)
63
Avis de lOPECTS
  • Privilégier la séparation-transmutation et
    poursuivre les recherches sur ce sujet
  • Choisir loption du stockage géologique
    (enfouissement) réversible
  • Construire un entreposage de longue durée pour
    assurer une gestion sûre et centralisée des
    déchets permettant de disposer du temps
    nécessaire à la mise en place dune solution
    définitive

64
(No Transcript)
65
Ben Cramer et Camille Saïsset
  • Le nucléaire ne se soucie pas du principe de
    linertie, pourtant à la base de la science
    moderne. De linertie qui va mettre les déchets
    en mouvement et un jour, faire remonter les
    radioéléments à la surface. Où là, ils se
    faufilleront dans les mécanismes vivants,
    irradiant au passage ceux quils croiseront avec
    ce qui leur restera dactivité.

66
Enquêtes Sociologiques
  • Le public ne croit pas que la science soit
    capable de prévoir un comportement sur 1 million
    dannées cest présomptueux.
  • La crainte dun séisme, de création dune faille
    nouvelle qui vienne libérer la radioactivité est
    forte.
  • Lenfouissement est vu comme un abandon de nos
    responsabilités.

67
Suite des opérations
  • Si le Parlement décide de poursuivre la voie du
    stockage géologique, et si le site de Bure est
    retenu, il reste encore à faire
  • Poursuite des essais dans le Laboratoire
    souterrain existant essais de diffusion, essais
    thermo-mécaniques, devenir des gaz de corrosion,
    EDZ, perturbation géochmiques, ingénierie de la
    construction et de la manutention.
  • Reconnaissance et caractérisation de la zone
    potentielle de stockage, sur 20 km² à choisir
    parmi 200 km² géophysique, sondages, nouveaux
    puits, galeries de reconnaissance ceinturant la
    zone choisie.
  • Dépôt et instruction par la DGSNR dune demande
    de construction et dexploitation dun stockage.
About PowerShow.com