Questions de l - PowerPoint PPT Presentation

Loading...

PPT – Questions de l PowerPoint presentation | free to download - id: 2a510f-ZDc1Z



Loading


The Adobe Flash plugin is needed to view this content

Get the plugin now

View by Category
About This Presentation
Title:

Questions de l

Description:

Avec la tr s aimable et utile collaboration de Khanh NGuyen ... Les types d'appendices dans la s rie des Arthropodes. 8. D finition des Arthropodes. 2 - 7 ... – PowerPoint PPT presentation

Number of Views:844
Avg rating:3.0/5.0
Slides: 52
Provided by: reim1
Learn more at: http://www.asso-etud.unige.ch
Category:
Tags: agisse | questions

less

Write a Comment
User Comments (0)
Transcript and Presenter's Notes

Title: Questions de l


1
Questions de lexamen de Systématique du 11 avril
2003
By Moi-Même Avec la très aimable et utile
collaboration de Khanh NGuyen
2
Table des matières
Définir tissu adipeux chez les Insectes 26
Définir les Deutérostomiens 27-29
Les Hémichordés entre Echinodermes et Chordés 30
Les Echinodermes, caractéristiques générales 31-33
La classification des Echinodermes 34
Les symétries des Echinodermes 35
Les systèmes coelomiques des Echinodermes 36
La métamorphose des Echinodermes 37
Schéma général dun Urochordé (Ascidie) 38
Définition dun Urochordé et ses exceptions 39-40
Alternance des générations chez les Urochordés 41
La métamorphose des Ascidies 42
Schéma général du Céphalochordé 43
Le squelette chez les Arthropodes, Echinodermes et Chordés 44
Le coelome chez les Arthropodes et les Echinodermes 45
La segmentation des Arthropodes et des Echinodermes 46
Lévolution du système nerveux chez les Deutérostomiens 47
Classification générale des Chordés 48
Mise en bouche 1
Classification générale des Arthropodes 2 - 7
Définition des Arthropodes 8
Les types dappendices dans la série des Arthropodes 9
La cuticule 10
Le système circulatoire des Arthropodes 11
Développement épimorphe et anamorphe 12
Définir segmentation homonome et hétéronome 13
Définiri métamérie 14
Définir hémocoele 15
Les Chélicérates 16
Définir chélicères 17
Les Crustacés 18
Définir carapace 19
Les différences entre Crustacés et Insectes 20
Définir diplosegments 21
Les insectes, définition et classification générale 22-23
Schéma général dun insecte 24
Les pièces buccales des Insectes et leurs spécialisations 25
3
Mise en bouche
  • Nous allons prendre une fiche (ou plus) par
    question, mais jamais 2 questions ne seront sur
    la même fiche.
  • Il est possible que certaines question noffrent
    pas des réponses totalement satisfaisantes
    personne nest parfait moi encore moins que les
    autres
  • Nous allons employer un code couleur à 3 couleurs
    pour fixer le temps de réponse aux questions et
    donc la quantité dinformations quil est
    judicieux de fournir
  • Couleur1 questions de 30-40 minutes
  • Couleur2 questions de 20 minutes
  • Couleur3 questions de 5-10 minutes

Page 1
4
Classification générale des Arthropodes
Ces classes / groupes possèderont un arbre
propre lorsque nous les traiterons!
Eucaryotes
Animalia
Amandibulate
Trilobite
Pycnogonide
Onychophore
Eumétazoaire Bilatérien Protostomien eucoelomate
Chélicériforme
Mérostome
Tardigrade
Chélicérate
Arachnide
Arthropoda
Trachéate
Myriapode
Rémipède
Empire
Règne
Euarthropode
Céphalocaride
Sous règne
Maxillopode
Phylum
Mandibulate
Sous phylum
Branchiopode
Les Arthropodes sont équivalent aux
Euarthropodes, mais avec les espèces fossiles
(trilobites) en plus selon le livre, mais
visiblement, au titre du cours, il semblerait aux
yeux de lenseignant que le terme Arthropode soit
synonyme de Panarthropode!!!
Classe
Pancrustacé
Malacostracé
Terrestres
Diantennate
?
Hexapode
Marins
Trachéate
Page 2
5
Classification générale des Arthropodes (suite)
Page 3
  • 600 (1200 selon le livre)
  • Ils sont morphologiquement divisés en 2 parties
  • Prosome
  • Opisthosome
  • Mésosome
  • Métasome
  • Ils possèdent
  • Peignes
  • Spermatophores
  • Glande à venin
  • Les œufs se développent dans le tractus génital
  • Pas dœufs en liberté
  • Grandissent au début sur dos de mère

Scorpionide
Uropyge
Schizomide
Amblypyge
  • 35000
  • Chez beaucoup despèces, femelle gt mâle
  • Les chélicères sont venimeux (tuer les proies ?
    potentiel danger pour lhomme)
  • ? diff. types de soies (une pour chaque fct
    toile,)
  • ? des araignées sociables (tapotent s/ toile
    dune certaine façon)
  • Certaines araignées peuvent vivre 20ans (CH 6
    mois)
  • On peut avoir jusquà 4 paires dyeux simples.

Arachnides
Aranéide
Palpigrade
Solpugide
  • 3300
  • Les œufs sortent du corps de la femelle avant fin
    du stade embryonnaire. Petits nourris par une
    gelée sécrétée par mère.

Pseudoscorpionide
  • Générallement des pattes longues et fragiles.
  • Les yeux sont portés par un tubercule
  • Glandes odoriférantes
  • Peuvent vivre en gd nbre
  • Copulation ? reproduction directe

Classe
Opilionide
Ordre
  • 6000 (30000 selon le livre)
  • Parasites ou non, mangent de tout selon les
    espèces!
  • Les rostres permettent de piquer et de se nourrir
  • Spermiophore se retourne pour rentrer dans la
    femelle.
  • Synaptomorphie
  • Larve hexapode ? nymphe (octopode) ? adulte
  • Soies
  • Il est possible quil sagisse dun groupe
    polyphylétique.

Ricinulide
Ces groupes minoritaires sont traités dans le
cours uniquement et ne sont pas repris ici!
Acarien
6
Classification générale des Arthropodes (suite)
DIPLOPODE
GEOPHILOMORPHE
SCOLOPENDROMORPHE
CHILOPODE
LITHOBIOMORPHE
MYRIAPODE
SYMPHITE
SCUTIGENOMORPHE
En ce qui concerne les 4 sous groupes de
CHILOPODES, quelques informations sont
disponibles dans les notes du cours
PAUROPODE
Page 4
7
Classification générale des Arthropodes (suite)
Ostracode
Calamide
Mystacocaride
Harpacticide
Copépode
Cyclopide
Branchioure
Monstrillide
Rémipède
Cirripède
Caligoide
Céphalocaride
Tantulocaride
Lernaéide
Maxillopode
Pentastomide
Tous parasites!
Pancrustacé
Anostracé
Branchiopode
Notostracé
Malacostracé
Conchostracé
?
Hexapode
Classe
Cladocère
Ordre
Sous-ordre
Page 5
8
Classification générale des Arthropodes (suite)
Leptostracés
Pancaride
Phyllocaride
Syncaride
Hoplocaride
Isopode
Malacostracé
Péracaride
Amphipode
Euphausiacé
Eucaride
Macroure
Décapode
Eumalacostracés
Brachyoure
Classe
Anomoure
Super-ordre
Ordre
Sous-ordre
Page 6
9
Classification générale des Arthropodes (suite et
fin)
Protoure
Page 7
Collenbole
Entognathe
Diploure
Aptérygote
Thysanoure
Odonate
Paléoptère
Ephémèroptère
Dermaptère
Isoptère
Polynéoptère
Blattaria
Orthoptère
Chéleutoptère
Mantodea
Plécoptère
Notoptère
Embioptère
Exoptérygote
Zoraptère
Psocoptère
Mallophage
Hexapode
Anoploure
Paranéoptère
Ectognathe
Homoptère
Hétéroptère
Thysanoptère
Coléoptère
Classe
Strepsiptère
Sous Classe
Hymenoptère
Infra Classe
Raphidioptère
Ptérygote
Névroptère
Section
Néoptère
Mégaloptère
Sous Section
Mécoptère
1 paire dailes (ou presque
Endoptérygote
Super Ordre
Diptère
Piqueurs
Ordre
Siphonaptère
Trichoptère
Lépidoptère
10
Définition des Arthropodes
Sous règne EUMETAZOAIRE Bilateria
protostomien eucoelomates Phylum
ARTHROPODA Classe Onychophore Tardigrades Eu
arthropode Nbre 1000000 (phylum) 957094
(selon livre)
  • Létymologie du mot arthropode se compose ainsi
    arthro signifie articulé et Podes signifie pieds.
  • Le plus grand des embranchements. Il représente
    la fin de lévolution des Protostomiens. Ils
    correspondent à 80 du nombre totale despèces
    animales et possèdent un degré dévolution très
    élevé.
  • Ils peuvent être très évolués. On observe en
    effet des sociétés, des formes de dialogue
    (chimique surtout)
  • Ils possèdent un comportement inné, sans faculté
    dadaptation (inscrit dans le génome). Ils
    auraient néanmoins des capacités de base
    dapprentissage.
  • Ils sont triploblastiques. Le développement
    seffectue comme suit
  • Sacs coelomiques ? Cavité pseudocoelomique ?
    Cavité hémocoele (brassage de la lymphe plus ou
    moins efficace)
  • Les appendices contiennent du muscle strié
    (faisceaux). Les ailes ne comptent pas parmi les
    appendices. Par contre, on trouve des appendices
    sensoriels, buccaux, ambulatoire, respiratoires,
    sexuels,
  • Les sexes sont séparés.
  • Quelques caractères dérivés propres
  • Les panarthropodes sont des métazoaires
    segmentés, à squelette externe souvent rigide. Le
    clade des panarthropodes est solide et infirme
    lhypothèse dune origine annélidienne des
    arthropodes. La métamérie est effacée,
    cest-à-dire que la limite des plaques ne
    correspond pas à la limite des métamères
    araignées fusion sur abdomen / acariens
    fusion totale / opilion fusion presque totale.
    La métamérisation peut être
  • Homonome les différents segments sont
    semblables
  • Hétéronome les différents segments sont
    différents (spécialisation). Plus on évolue,
    plus il y a de métamérisation hétéronome.
  • Lanimal porte des appendices pairs non jointifs,
    articulés, pourvus de griffes à leurs extrémités
    (cf. fig.1). Ils permettent le déplacement.
  • La nourriture est prélevée à laide dappendices
    locomoteurs antérieurs modifiés.
  • On observe lapparition de muscle strié.
  • Ils sont hyponeuriens (syst. Nerveux ventral). La
    respiration est branchiale (groupes aquatiques)
    ou trachéenne.
  • Anamorphose (ajout de segments après les mues)
    ou épimorphose (tous les segments sont présents
    à la naissance).
  • Le sang est propulsé par un cœur dorsal
    présentant des ostioles latéraux.
  • La cavité générale est un hémocoele résultant de
    la fusion du coelome et du blastocoele. Le
    système circulatoire est ouvert(!).

Page 8
11
Les types dappendices dans la série des
Arthropodes
Pattes ambulatoires Locomotion
Chélicères (Chélicérate) Appendices servant à la capture des proies, pouvant contenir un tube les reliant à une glande à venin et u crochet.
Pédipalpes (Arachnides) Appendices préhensiles avec pince (p.ex. Scorpionides) ou sans pince (p.ex.Aranéides). ?récipient pour sperme c/o Lobidognate (Aranéides).
Antennes (Mandibulates diantennates 2p et Mandibulates trachéates 1p) Appendices sensoriels qui peuvent avoir des ventouses (p.ex.Branchioures)
Mandibules (Mandibulates diantennates et trachéates) Permettent de mâcher.
Palpes (Mandibulates trachéates) Elles sont associées aux maxillaires (sensorielles et labium).
Maxillaires (Mandibulates) Maintient de la nourriture devant la bouche
Antennules (Mandibulates diantennates)
Maxillipèdes (Crustacés) Alimentation et respiration Appendice thoraciques (3p.) langoustines
Telson (?)
Ovigères (Pycnogonides) Sert pour porter les œufs.
Labium (?) Lèvre inférieur. C/o les broyeurs lécheurs allongement du labium. ?? Labre lèvre supérieure
Ovipositeurs (fem) Génitalia extérieur / insectes
Rostre (?)
Uropodes (Eucarides) Forment la queue avec le telson. 1 paire ? 6ème segment du pléon.
Pléopodes (Crustacés) ?Eucarides Macroures 5p biramées pattes natatoires (s/ abdomen-pléon). Les 2 premiers déterminent sexe c/o langoustines.
Péréiopodes (Crustacés) Appendice du péréion. Portent branchies c/o langoustines. Eucarides (3 maxillipèdes 5 pattes natatoires ou péréiopodes)
Trompe (Lépidoptères papillon) Permet aspiration ? suceurs (?md, ?Mx)
Chélipèdes 1ère p. pattes locmotrices, préhensiles.
Furca (bifide) (Anostracés, Notostracés) Pointe ou fourche sur le telson au dernier segment postérieur.
Pince (Dermaptère perce-oreille) s/ dernier segment. Ou (pour les autres) au bout des pédipalpes ou chélipèdes.
Gnatobases
Cerque (Insectes) Appendices au bout des pattes, impliqués dans la copulation (ponte).
Ailes (Insectes) Se trouvent sur le 2 ou 3ème segment du thorax. ?élytres ou balanciers. On en trouve souvent 1 paire, parfois 2. (cf. remarque ci-dessous)
Les ailes (? élytres) ne sont pas des appendices,
mais un prolongement de la cuticule!!!
App. monoramés (Chélicérates, insectes)/App.
biramés (Crustacés)
Page 9
12
La Cuticule
Épicuticule cire fct dimperméabilité
Exocuticule chitine scléroprotéine CaCO3
Endocuticule chitine (scléroprotéine), - riche
Epiderme (épithélium simple)
  • Il sagit du tégument épais des Arthropodes.
  • Il sagit dune couche acellulaire extradermique.
  • Elle est sécrétée par un épiderme (épithélium)
    simple.
  • 35 du poids.
  • Récupération recyclage de lendocuticule
    pendant les mues, la nouvelle est fabriquée sous
    lancienne.
  • Réaction prot.-phénol (forme scléroprotéine)
    continue ? que corps gonflé après la mue
  • Toutes les structures dorigine ectodermique
    possèdent une cuticule à lintérieur ou à
    lextérieur
  • Intestin antérieur postérieur
  • Trachée

Page 10
13
Le système circulatoire des Arthropodes
Nous avons à faire à un système circulatoire
ouvert (!) hémocoele
  • Le système circulatoire ouvert signifie que le
    sang ou lymphe baigne les organes internes au
    lieu de circuler dans des vaisseaux et
    capillaires.
  • Le sang entre dans lhémocoele est oxygéné et
    retourne au cœur.
  • Pas de capillaires reliant les vaisseaux sanguins
    allant vers le cœur et ceux qui en proviennent!
  • Il peut y avoir création de courant pour éviter
    un mélange trop important du sang oxygéné à celui
    non oxygéné.
  • Il nexiste pas de pigments respiratoires.
  • SC. Le système le plus complet se trouve chez les
    Mérostomes de la classe des Chélicérates où lon
    trouve des vaisseaux, un cœur, et des sinus
    sanguins.
  • SC. Le système le plus simple se trouve chez les
    Insectes. On nobserve quun seul vaisseau dorsal
    muni dune région pulsatile postérieure. Le cœur
    et laorte mènent le sang vers la tête.
  • SC. Enfin les Crustacés possèdent des vaisseaux
    latéraux en plus du vaisseau dorsal, du cœur et
    des artères qui mènent le sang vers la tête et
    les antennes.
  • SC. Les Acariens possèdent un système très
    simple.

Page 11
14
Développement épimorphe et anamorphe
  • Etat EPIMORPHE Lanimal qui voit le jour sort
    de lœuf avec lensemble des segments quil
    portera à lâge adulte (p.ex. les insectes).
  • Etat ANAMORPHE Lanimal (p.ex. crustacés) fera
    lacquisition de nouveaux segments après chaque
    mue.

Page 12
15
Définir segmentation homonome et hétéronome
  • Segmentation HOMONOME Les segments sont
    semblables les uns aux autres (p.ex. trilobite,
    Mandibulates (?) trachéates).
  • Segmentation HETERONOME Les segments sont
    différents ils contiennent des régions
    spécialisées. Ils sont souvent associés à la
    diminution du nombre de segments (p.ex. c/o les
    Insectes, les 4 derniers segments de labdomen
    sont modifiés).

Page 13
16
Définir métamérie
  • La METAMERIE est le type dorganisation qui
    consiste en une répétition, suivant laxe
    antéro-postérieur du corps, dune unité
    dorganisation ou métamère. Les animaux qui y
    sont soumis possèdent des organes que lon trouve
    ainsi répétés un certain nombre de fois dans
    lorganisme. La métamérisation apparaît lors du
    développement de lembryon ou de la segmentation
    débauches méso- ou ectodermiques.

Page 14
17
Définir hémocoele
  • LHEMOCOELE est une cavité viscérale remplie de
     sang  c/o les Arthropodes. Le sac coelomique
    se désagrège pendant le développement
    embryonnaire. Il nexiste pas de mésentère, ni de
    cavité générale.

Page 15
18
Les Chélicérates
Il est fort probable que ce que nous appelons ici
Chélicérates ne soit en fait le groupe des
Chélicériformes qui englobent les Chélicérates,
ce qui correspond au classement du livre de
référence (en vert sur cette fiche)!!!
  • Ils ont des poumons ou trachées.
  • Quelques caractères dérivés propres
  • Le corps est divisé en prosome et opisthosome.
  • Le prosome est composé dun acron et de 6
    segments
  • Lopisthosome dun maximum de 12 segments et dun
    telson
  • La paire de chélicères constitue la 1ère paire
    dappendices caractéristiques du taxon. Elle est
    homologue de la 2ème paire dantennes des
    mandibulates (cf. fig.1). MAIS LES CHELICERATES
    NONT JAMAIS DANTENNES!!! Ce sont des pinces
    pour lalimentation. Ils ne possèdent pas de vrai
    mâchoire, ni de mandibule.
  • La 2ème paire dappendices est une paire de
    palpes ou de pattes-mâchoires, appelées
    pédipalpes (cf. fig.1).
  • Lanimal porte 4 paires de pattes marcheuse (cf.
    fig.1).
  • Le système nerveux central ne comporte pas de
    deutocérébron (cf. fig.2).
  • La nutrition se fait dans la très grande majorité
    des cas par succion. Les pièces buccales sont
    différentes. Ils ne peuvent pas mâcher ou
    déchirer leur proie. Ils peuvent injecter du
    venin ou faire des trous dans leur proie. Ils
    régurgitent leur suc digestif dans la proie, puis
    attendent la digestion afin dabsorber la
    substance digérée. Ils ne prennent en effet que
    de la nourriture liquide.
  • Lors des tout premiers stades de lembryogenèse,
    il y a formation immédiate de 4 segments
    post-oraux (cf. fig.3).

CHELICERIFORMES
2a cerveau dun mandibulate 2b cerveau dun
chélicériforme dc deutocérébron gga ganglion
antennaire ggo ganglion optique prc
protocérébron ttc tritocérébrum oe oesophage
che chélicère ppd pédipalpe ov ovigère tp
trompe
che chélicère ppd pédipalpe
  • Quelques caractères dérivés propres
  • Le prosome porte une carapace en bouclier (cf.
    fig.1).
  • Le 1er ou le 2nd segment de lopisthosome est
    modifié pour donner un somite génital (cf.
    fig.2).

CHELICERATES
? Lorifice génital se trouve ici sur le second
segment de lopisthosome che chélicère ppd
pédipalpe gen orifice génital
bc bouclier
Page 16
19
Définir Chélicères
  • Il sagit du 1er appendice articulé, une pince
    servant à la capture des proies, pour
    lalimentation. Elle est homologue de la 2ème
    paire dantennes des mandibulates. MAIS LES
    CHELICERATES NONT JAMAIS DANTENNES!!!
  • Il ne sagit pas de vraies mâchoires ou
    mandibules.
  • ? pièce buccale, les chélicères ne permettent pas
    non plus de marcher, ni de déchirer une proie.
  • Il sagit de la caractéristique phare des
    Chélicérates groupe appartenant aux SE des
    Euarthropodes qui appartiennent à lE des
    Arthropodes.
  • Les chélicères peuvent contenir un tube reliant
    déventuels glandes à venin et crochets.
  • P.ex. c/o les Aranéides O de la C des
    Arachnides
  • A titre dexemple, nous pouvons citer
  • Le groupe des Orthognathes qui possède des
    chélicères verticales
  • Le groupe des Lobidognathes qui possède des
    chélicères horizontales avec glande à venin.

Page 17
20
Les Crustacés
  • Ils sont entre 40000 et 868914! ? Ils mesurent
    entre 1mm et 50cm sans les pattes. Ce sont des
    animaux marins. Ce sont des Mandibulates (pièces
    buccales pour découper, mâcher) diantennates (2
    p. dantennes).
  • Il existe plusieurs stades larvaires, sauf chez
    la crevette. Les 3 premières paires dappendices
    servent à la nage chez la larve, le Nauplius. Le
    développement se fait par anamorphose.
  • La segmentation se fait comme suit
  • Céphalon tête avec 6 segments.
  • Péréion thorax avec des pattes ambulatoires et
    8 segments.
  • Pléon abdomen avec 6 segments.
  • Le nombre de segments est variable (Attention aux
    Crustacés inférieurs!).
  • Il y a des mues régressives, cest-à-dire quil y
    a perte dorganes et des caractères sexuels
    secondaires.
  • Les organes génitaux sont en avant du pléon, sur
    le péréion. Beaucoup sont hermaphrodites on
    voit les 2 sexes cirripèdes ou alternance. La
    glande androgène permet linversion des sexes.
  • Les décapodes possèdent sur le péréion 8 paires
    dappendices 3 paires de PMx 5 paires de
    pattes.
  • Ce sont des mandibulates qui répondent donc aux
    conditions fixées pour lappartenance à ce groupe
  • Mandibules (remplace les chélicères)
  • MxI
  • MxII
  • (PMxI-III) ? pattes mâchoire de 1 à 3 paires
    mais pas à chaque fois cest pourquoi elles sont
    entre parenthèses
  • AI (Aantennes) antennules (biramés)
  • AII antennes (biramés)
  • Quelques caractères dérivés propres
  • La larve est le Nauplius, cest-à-dire un
    organisme ne présentant pas de segmentation et
    doté de 3 paires dappendices natatoires,
    respectivement de lavant vers larrière
  • Développement
  • Nauplius ? Adulte (p.ex. Branchiopodes)
  • Nauplius ? Métanauplius ? Adulte (p.ex.
    Ostracodes)
  • Nauplius ? Métanauplius ? Cypris ? Adulte (p.ex.
    Cirripèdes)

a1 antennule a2 antenne ma mandibule
La classification des Crustacés est disponible
p.5-7
Page 18
21
Définir Carapace
  • Il sagit de tergite fusionné. On assiste en
    effet à la fusion des plaques dorsales, de la
    tête, du péréion et du thorax. On ne peut plus
    voir la segmentation.
  • On la trouve c/o les Crustacés. On trouve comme
    forme
  • Bivalve articulé SC. Branchiopode chez lO des
    Coucostracé (strié) et SC. Ostracodes.
  • Bouclier SC. Branchiopodes chez lO. des
    Notostracés (Apus canariformis).
  • C/o les Branchiopodes de lO. des Cladocères, il
    nest pas strié et il existe une poche pour les
    œufs.
  • C/o les Ostracodes, la carapace est calcifiée et
    lisse.
  • Il ny a pas de carapace dans la SC. des
    Copépodes et dans lO des Anostracés de la SC.
    des Branchioures.
  • Elle est renforcée par 5 plaques de calcaire dans
    la SC. des Cirripèdes.
  • La carapace recouvre la tête et le thorax parmi
    les représentants de la SC des Malacostracés.
  • La carapace ne recouvre pas la tête dans lO des
    Cladocère (daphnie) de la SC des Branchiopodes.

Page 19
22
Les différences entre Crustacés et Insectes
Il y a quelques éléments qui font penser que les
hexapodes ne devrait peut être bien ne pas se
trouver reliés aux pancrustacés comme ils le sont
la plupart du temps (cest dailleurs ce qui a
motivé mon geste de positionner un  ?  à côté
du trait qui les relie aux pancrustacés).
PANCRUSTACES HEXAPODES (INSECTES)
Appendices biramés Appendices monoramés
Appendices PMxI-III -
Nauplius -
Anamorphe -
Branchies Trachée(s)
Système nerveux (structure) et système de la mue (à gauche) Système nerveux (structure) et système de la mue (à droite)
Marins Terrestres
Cell. neurocrine
Cell. X
Corps cardiaque
Gl. sinus
Gl. prothoracique
Gl. Y
Ecdysone
Ecdysone
Mue
Mue
Page 20
23
Définir diplosegments
  • Fusion interne de 2 segments, autrement dit 2
    métamères. Ils portent donc 2 paires dappendices
    2 stigmates 2 ganglions 2 ostrioles. On
    trouve des diplosegments c/o les Diplopodes qui
    sont des Mandibulates trachéates.

Page 21
24
Les insectes, définition et classification
générale
Sous règne EUMETAZOAIRE Bilateria
protostomien eucoelomates Phylum
ARTHROPODA Classe Hexapodia Nbre -
(phylum) 830075 (selon livre)
  • Description morphologique
  • Ce sont des mandibulates trachéates. Ils sont,
    pour la majorité, représentants des insectes
    néanmoins il ne faut pas oublier les protoures ou
    les collemboles. Il existe sans doute plusieurs
    millions despèces dans cet embranchement.
  • On observe 3 groupes de segments
  • Tête (6 segments)
  • 1 paire dantennes
  • 1p. Mandibule (Md)
  • 1p. Maxillaire I (MxI) porte des palpes
  • Labium (MxII) porte des palpes
  • Thorax (3 segments prothorax, mésothorax et
    métathorax)
  • 3 paires de pattes (1 paire / segment)
  • 0, 1, 2 paire(s) dailes (sur les méso- et
    métathorax sil y a des ailes)
  • Abdomen (11 segments dont 4 derniers modifiés)
  • PAS DAPPENDICES, mais porte les organes internes
    vitaux.
  • On observe un tube de Malpighi ou encore un
    système trachéen qui nous font penser à une
    adaptation au milieu terrestre.
  • Les trachées souvrent par les stigmates. On en a
    1p./segment (sauf tête et prothorax). Certains
    insectes dont le nombre de stigmates diminue ont
    une respiration à travers la cuticule (perméable
    chez les insectes). Les trachées peuvent être
    métapneustiques (1p. de stigmates) ou
    apneustiques (la totalité des stigmates est
    virtuelle). Il ny a pas de transport de gaz par
    le système circulatoire, donc absence de pigments
    respiratoires.
  • Le double chiasma optique laisse à penser que
    malacostracés et hexapodes doivent former un
    groupe monophylétique.
  • Le système circulatoire est ouvert (!) comme pour
    tous les Arthropodes.
  • Le système digestif est complet. Il existe une
    membrane péritrophique qui emballe la nourriture
    et la transmettra à lextérieur, évitant ainsi
    quelle lèse la paroi digestive à son contact
    avec le bol alimentaire.
  • Le tissu adipeux remplace le foie.
  • Critères de classification
  • Absence, présence, forme, nervure (..) des ailes
  • Type de métamorphose anamorphose,
    hémi/hétéromorphose ou holomorphose
  • Pièces buccales visibles (ectognathes) ou cachées
    (endognathes)
  • Ébauches des ailes externe ou interne
  • Type et forme des pièces buccales

La classification des Insectes est disponible p.7
Page 22
25
Les insectes, définition et classification
générale (suite et fin)
  • Ils ont conquis tous les biotopes terrestres.
    Certains sont retournés à leau. Leur
    biodiversité est surprenante et leur nombre
    proprement hallucinant.
  • Le développement des hexapodes est caractérisé
    par une série de mues. Ils suivent une
    épimorphose. Suivant la manière dont se
    produisent les transformations de lorganisme au
    moment de la mue on distingue 3 modalités
  • Chez les amétaboles, lanimal augmente le nombre
    de ses segments sans changer de forme.
  • Chez les hémimétaboles, on observe une
    métamorphose dite imparfaite, cest-à-dire que le
    jeune ressemble beaucoup à ladulte.
  • Chez les holométaboles, la larve de ces insectes
    à métamorphose parfaite présente un aspect, une
    écologie fort différentes de celles de ladulte,
    limago. Cest ainsi que lon peut avoir des
    larves aquatiques et des imagos terrestres, des
    larves libres et des imagos parasites
  • Limpact écologique des hexapodes est énormes que
    ce soit médicalement parlant, agronomiquement
    parlant ou encore dans tant dautres domaines.
  • Ces animaux possède un système nerveux classique.
  • La fécondation est interne. En général, ils sont
    ovipares (parfois vivipares ou larvipares). Le
    mâle possède des glandes accessoires
    (spermatophores) pour les insectes primitifs et
    du sperme liquide pour les insectes évolués et la
    femelle 2 types dovaires (panoïstique pour les
    insectes supérieurs toute les cellules
    germinales donne un ovocyte et méroïstique 1
    cellule germinale donne 1 ovocyte et 2n-1
    cellules nourricières). La femelle possède des
    ovipositeurs et le mâle des  genitalia
    extérieurs . La fécondation est classique, sauf
    chez les cimicoïdes où le mâle perfore le corps
    de la femelle et injecte son sperme dans la
    femelle cest ce que lon nomme la fécondation
    traumatique.
  • Le développement embryonnaire est dit
    polyembryonnaire, cest-à-dire que pour un œuf
    pondu dans un hôte, on obtiendra plusieurs
    larves. Le développement embryonnaire peut se
    faire par gestation.
  • Le développement larvaire seffectue par
    métamorphose (permet de classer les insectes).
  • Chez les amétaboles, il ny a pas de
    métamorphose. Ils sont aptères (pas dailes) et
    possède des mues adultes.
  • Chez les hémimétaboles, ils sont exophérygotes
    (les ailes se développent à lextérieur de
    lanimal peu à peu).
  • Chez les holométaboles, ils sont endophérygote
    (les ailes se développent à lintérieur de
    lanimal). Ils possèdent des disques imaginaux.
    On observe une kystolyse, cest-à-dire que les
    structures larvaires sont détruites.
  • Quelques caractères dérivés propres
  • La seconde paire de mâchoires est fusionnée pour
    donner une lèvre inférieure, ou labium (cf.
    fig.1). On note un phénomène de convergence avec
    les symphiles, une sous-classe des myriapodes.
  • La seconde paire dantennes est perdue.
  • Dans la région post-céphalique, il y a formation
    dun thorax bien distinct, formé de 3 segments,
    suivi dun abdomen.
  • Lorganisme porte 3 paires de pattes
    (hexapodes).
  • Le nombre de segments abdominaux est fixé à un
    maximum de 11.

glo glosse men mentum pgl paraglosse plb
palpe labial sb submentum
Page 23
26
Schéma général dun insecte
Page 24
27
Les pièces buccales des Insectes et leurs
spécialisations
  • Broyeur (type primitif) Utilisation pour le
    découpage des feuilles (p.ex. Coléoptères,
    coccinelle, hanneton ou parmi les Orthoptères,
    grillon, sauterelle criquet).
  • Broyeur-lécheur Les 2ème et 3ème pièces
    buccales, cest-à-dire le MxI et MxII (labium)
    sallongent et peuvent sucer (p.ex. Hymenoptères,
    abeille, guêpe, fourmis).
  • Suceur La Md et le MxI ont disparu on observe
    le développement du MxII (labium) (p.ex.
    Diptères, mouche et Lépidoptères, papillon). Le
    papillon, ou les animaux construit sur le même
    principe, est/sont une exception, en effet il ne
    subsiste que le MxI qui savère être la trompe.
  • Piqûeur On observe la Md, le MxI et le MxII
    (labium). Le MxII (labium) ne pénètre pas dans la
    peau bien quil guide les pièces buccales au
    moment de la pénétration (cf. schéma ci-dessous)
    (p.ex. Diptères, moustique).

Page 25
28
Définir tissu adipeux chez les Insectes
  • Il se trouve dans lestomac. Ce qui correspond à
    la région de labdomen, proche des ovaires et
    autour du système digestif.
  • Il remplace lorgane du foie il est ainsi
    léquivalent du système hépato-pancréatique. Il a
    un rôle de stockage et de biosynthèse des
    protéines telle que celle du vitellus. Il
    soccupe de sécrétions enzymatiques et
    dabsorption des aliments.
  • Il est composé dun ensemble de cellules
    mésodermiques, étroitement adhérentes les unes
    aux autres, vacuolaires, où saccumulent les
    produits de la digestion des graisses,
    albiminoïdes, glycogène.
  • On y observe
  • Des corps gras internes (ou proximaux ou
    périviscéraux)
  • Des corps gras externes (ou distaux, ou encore
    pariétaux)
  • On en troue encore dans les sinus péricardique et
    viscéral, la tête, les appendices.
  • C/o les Insectes, les corps gras hébergent des
    microrganismes symbiotiques.

Page 26
29
Définir les Deutérostomiens
  • Ils représentent 5 à 6 des espèces et présentent
    une vaste diversité de formes. Ils sont dans tous
    les milieux (aéries, terrestres, marins et
    aquatiques), toutes les latitudes et toutes les
    altitudes (de 11000m à 6000m).
  • Quelques caractères dérivés propres
  • Bouche cest une formation secondaire, doù le
    nom du groupe (deutero secondaire et stoma
    bouche). Le tout premier orifice de lembryon
    devient lanus larvaire, et le plus souvent reste
    lanus de ladulte. Lanus est formé à partir du
    blastopore.
  • Le coelome se forme par entérocoelie,
    cest-à-dire que le mésoderme provient de la
    paroi de larchentéron (cf. fig.1). Les cellules
    de larchentéron bourgeonnent en vésicules
    creuses qui vont former les sacs coelomiques. Ces
    sacs coelomiques sont au nombre de 3 (ces
    organismes sont aussi appelés trimétamères).
  • La segmentation est radiale. Les blastomères ne
    se déplacent pas contrairement au développement
    des Protostomiens (segmentation spiralée).
  • La position du système nerveux. Dans les phyla
    primitifs, le système nerveux est mal
    individualisé, on parle dépithélioneuriens
    (échinodermes et hémichordés). Les phyla plus
    évolués sont des épineuriens (chordés) dont le
    système nerveux est dorsal.
  • Le squelette est interne.

Invaginations de la paroi de larchentéron
donnant naissance à une paire de vésicules
coelomiques arc archentéron blp
blastopore vec vésicule coelomique
  • Description morphologique
  • Les deutérostomiens sont des organismes qui sont
    définis par des caractères liés au développement
    embryonnaire, surtout sur le devenir du
    blastopore, qui devient lanus embryonnaire et
    non la bouche. La bouche est toujours formée
    secondairement, doù le nom du taxon.
  • Le pharynx possède souvent des fentes intervenant
    dans la respiration.
  • On remarque une tendance à former un axe
    squelettique dabord souple, puis calcifié et
    articulé (colonne vertébrale).
  • Le rôle des 3 feuillets
  • Lectctoderme donne des structures périphériques,
    lépiderme de la peau, et le système nerveux.
  • Lendoderme donne des structures internes,
    notamment le tube digestif et ses annexes.
  • Le mésoderme donne naissance à certains organes
    (reins, squelette) et aux muscles squelettiques.
  • Les formes adultes des deutérostomiens sont si
    diversifiées que lon peut les décrire
    globalement. Ils comprennent les échinodermes,
    les hémichordés et les chordés, qui incluent les
    vertébrés.

Page 27
30
Définir les Deutérostomiens (suite)
Phragmomorphe
Chaetognate
Sagittoidea
Aphragmomorphe
Eucaryotes
Crinozoaire
Crinoidea
Asteroïdea
Stelleroidea
Asterozoaire
Ophiuroïdea
Animalia
Echinoderme
Concentricycloidea
Echinoida
Eumétazoaire Bilatérien Deutérostomien
Dendrochirote
Echinozoaire
Holothuroida
Aspidochirote
Apodacé
Entéropneuste
Hémichordé
Pterobranche
Aplousobranche
Empire
Ascidie
Phlébobranche
Règne
Stoliobranche
Sous règne
Salpe
Urochordé
Phylum
Thaliacé
Doliole
Sous phylum
Pyrosome
Céphalocordé
Appendiculaire
Super classe
Chordé
Myxinoïde
Classe
Agnathe
Sous Classe
Vertébré
Chondrichtyens
Batracien
Gnathostome
Ordre
Ostéichtyens
Reptile
Mammifère
Pas traité ici
Page 28
31
Définir les Deutérostomiens (suite et fin)
Protostomiens Deutérostomiens
Mésoderme Lorigine du mésoderme est localisée proche du blastopore il migrera par la suite dans le développement ! Coelome schizocoelique Lorigine du mésoderme est endodermique Coelome entérocoelique
Embryologie Développement spirale Développement radial
Embryologie Larve trochophore Larve dipleurula
Système nerveux Hyponeuriens (car seuls les ganglions nerveux étaient au dessus du système digestif) Epithélioneuriens ? Epineuriens
Squelette Pas de squelette ou exosquelette Présence désormais de fentes branchiales Chorde ? endosquelette
Page 29
32
Les Hémichordés entre Echinodermes et Chordés
Echinodermes Hémichordés Chordés
Larve Larve pélagique nageuse à symétrie bilatérale (dipleurula, puis pluteus) Dans les cas où la le développement est indirect, la larve est dite tornaria ressemble beaucoup à celle des Echinodermes. Larve nageuse à symétrie bilatérale, allongée et munie dune queue (dipleurula). Chez les espèces tardives, apparition dun œuf amniotique
Structure / morphologie Absence de chorde ou même de tige, morphologie pentamérique. Tige dure, interne au col Il y a présence dune chorde, càd dun axe élastique sur toute (ou partie de) la longueur du corps qui peut de plus apporter une certaine rigidité au corps de lanimal.
Système nerveux Epithélioneuriens Epithélioneuriens Epineuriens
Système nerveux Il ny a pas de centralisation du système nerveux (règle du cest-le-bras-le-plus-rapide-qui-gagne). Le tube nerveux dorsal se forme par invagination du neurectoderme. Le tube nerveux dorsal se forme par invagination du neurectoderme.
Musculature Musculature lisse Musculature lisse Musculature striée
Système respiratoire Il y a des saillies dans la cavité générale qui permettent les échanges gazeux. Dans la partie antérieure du tronc, des fentes branchiales souvrent de chaque côté, perçant la paroi du pharynx et la paroi du tronc (pharyngotrèmes). Ils possèdent des fentes branchiales qui font de ses animaux des pharyngotrèmes.
Système respiratoire Pas de squelette pour les saillies Les fentes pharyngées possèdent un squelette (baguettes cartilagineuses septales primitivement,) Les fentes pharyngées possèdent un squelette (baguettes cartilagineuses septales primitivement,)
Page 30
33
Les Echinodermes, caractéristiques générales
Sous règne EUMETAZOAIRE Bilateria
deutérostomiens Phylum ECHINODERME Classe
Crinoïde Echinidie Astéride Ophiuride Holothu
ride Nbre 5000 (phylum) 6000 (selon livre)
  • Description morphologique
  • La larve (dipleurula, puis pluteus) est à
    symétrie bilatérale. La symétrie radiaire,
    souvent pentamère, est acquise au cours du
    développement, leur conférant leur allure
    caractéristique. Elle permet de distinguer 10
    secteurs reliant la bouche à lanus
  • 5 radius (ou bras)
  • 5 interradius en alternance avec les 5 radius
    (cf. fig.1)
  • Chez certains adultes, une symétrie bilatérale
    secondaire se superpose chez ladulte, cest le
    cas chez les oursins et les holothurides (cf.
    fig.3 et 4). Comme on le voit, il faut faire
    passer laxe de symétrie par lanus et la plaque
    madréporique. Il nexiste pas de tête.
  • Il nexiste pas danus fonctionnel. Les déchets
    sortent par la bouche.
  • Leur tégument est rugueux ou épineux, car hérissé
    de piquants ou renforcé de formations
    squelettiques internes discontinues (spicules) ou
    continues (plaques) dorigine dermique
    (endosquelette dermique).
  • Il possède un système coelomique très évolué.
  • Il possède de la musculature lisse circulaire et
    longitudinale.
  • Ce sont des épithélioneuriens (pas de
    centralisation). Le système nerveux est diffus à
    3 niveaux pas de nerfs ni de ganglions.
  • Ils se divisent en 2 sous-embranchements
  • Les pelmatozoaires regroupent des organismes
    fixés à un substrat par un pédoncule à létat
    larvaire et, généralement, à létat adulte. La
    bouche est sur la même face que lanus au centre
    dun cercle de bras tentaculaire. Ce groupe
    comprend les crinoïdes.
  • Les éleuthérozoaires contient des échinodermes
    libres dont lanus est opposé à la bouche. Il
    comprend 4 classes les échinidies (oursins),
    les astérides (étoiles de mer), les ophiurides
    (ophiures dont lanus est secondairement bouché)
    et les holothurides (concombre de mer).

Page 31
34
Les Echinodermes, caractéristiques générales
(suite)
  • Ce sont des deutérostomiens marins (dont on a
    retrouvé beaucoup de fossiles) qui vivent dans
    toutes les mers, y compris les grands fonds et
    les mers plus froides. Ils sont souvent
    benthiques. Ils peuvent être
  • Filtreurs de particules en suspension dans leau
    de mer (crinoïde et holothuride)
  • Fouisseur se nourrissant de particules organiques
    du sédiment (certaines holothurides, oursins
    plats)
  • Charognards (ophiurides et astéride)
  • Prédateurs actifs (astérides et certains oursins)
  • Brouteurs sur les rochers (oursins)
  • Il ne possède pas de sens de progression précis,
    étant donné leur symétrie pentaradiaire. Il ny a
    pas non plus de centralisation du système nerveux
    qui permette la coordination de mouvements (règle
    du  cest-le-bras-le-plus-rapide-qui-décide ).
  • Ils ne possèdent pas de système excréteur à
    proprement parler. On ne constate en effet que la
    présence de  reins de rétention  (cellules du
    péritoine) qui accumulent et ensuite se
     suicident  en bourgeonnant et disparaissant
    dans linfinité. Elimination déchets aussi par
    canal axial syst. aquifère.
  • Ils possèdent le don de régénération. Pourtant
    une condition doit être remplie pour cela, il
    faut la présence dune partie au moins du disque
    central (cf. fig.6).
  • Une autre capacité des plus étonnante est dont
    ils disposent est léviscération. Ils rejettent
    tout ce qui est à lintérieur (système digestif,
    gonades,) et les reforment par la suite à partir
    des tissus extérieur. Ce phénomène fait suite à
    un stress (prédateurs, démographie galopante,)
    ou simplement à un nettoyage.
  • Il possède le système coelomique le plus
    développé, car il permet
  • Le développement dun système aquifère ouvert
    ce dernier est rempli dun liquide dont la
    composition est proche de celui de leau de mer
    sans pour autant en être.
  • Le développement dun système ambulacraire via
    les podia qui permet le mouvement.
  • Le développement dun système périhémal
    (nutrition et circulation) (cf. fig.7).
  • Le développement dune cavité générale qui
    possède une importance respiratoire non
    négligeable grâce à des saillies permettant les
    échanges gazeux.
  • Le plus souvent, les sexes sont séparés. Il
    existe quelques cas dhermaphrodites. La
    fécondation est externe et a lieu dans leau de
    mer. La plupart ont une larve pélagique nageuse.
    Ladulte se forme par bourgeonnement sur le côté
    gauche de la larve.
  • Quelques caractères dérivés propres
  • La microstructure organique et cristalline du
    squelette est très caractéristique. Le squelette
    interne dermique est composé dunités qui sont
    des monocristaux de calcites (CaCO3) (cf. fig.1).
    Ce sont des plaques parfois lourdes, qui peuvent
    parfois être liées (oursins) ou non (étoiles de
    mer) (cf. fig.5). Les holothuries sont une
    exception puisque leur squelette ne forme plus
    que quelques spicules.
  • A lintérieur de leur corps, existe un système de
    chambre, rempli deau de mer, cest le système
    ambulacraire (cf. fig.2a). Il communique avec
    lextérieur par un ou plusieurs pores aquifères à
    travers une  plaque aquifère  ou madréporite
    (cf. fig.2). Il permet, par des jeux de pressions
    différentielles, dactionner les pieds
    ambulacraires (cf. fig.2a et 2b), le plus souvent
    terminés par une ventouse, et qui servent aux
    mouvements.

md madréporite A à E radius I interradius
md madréporite pia pieds ambulacraires
Page 32
35
Les Echinodermes, caractéristiques générales
(suite et fin)
Voici les différentes configurations employées
par les échinodermes au stade adulte
Page 33
36
La classification des Echinodermes
Crinozoaire
Crinoidea
Asteroïdea
Stelleroidea
Asterozoaire
Ophiuroïdea
Echinoderme
Concentricycloidea
Echinoida
Dendrochirote
Echinozoaire
Holothuroida
Aspidochirote
Apodacé
Phylum
Sous phylum
Super classe
Des informations au sujet des SE, SC, C et SsC
ci-dessus sont disponibles sur mes résumés aux
pages 87 à 89.
Classe
Sous Classe
Page 34
37
Les symétries des Echinodermes
NB Pas davant arrière déplacement dans
nimporte quel sens! Pas de dorsal-ventral face
adorale et aborale.
Bilatérale RadiaireNB
Larve Oui -
Crinoïde (adulte) - Symétrie pentamérique (10 bras ou 5n bras)
Astéroïde (adulte) - Symétrie pentamérique (5 bras ou 5n bras) Une amputation peut modifier ce nombre, de même quune malformation. Possèdent 10 gonades (2/bras)
Ophiure (adulte) - Symétrie pentamérique (5 bras ou 5n bras)
Concentricycloïde (adulte) ? Ils sont circulaires!? ? ? Ils sont circulaires!? ?
Echinoïde (adulte) Oursins irréguliers Corps non sphérique ? Symétrie bilatérale tertiaire -
Echinoïde (adulte) Oursins réguliers - Les 5 dents de la lanterne dAristote, la disposition des piquants ou des plaques, les 5 paires de branchies qui font saillies autour du péristome nous rappelle beaucoup la symétrie pentamérique!
Holothuride (adulte) Oui Possèdent 5 ambulacres et tentacules toujours vers lavant, une conformation rappelant la symétrie pentaradiaire.
Page 35
38
Les systèmes coelomiques des Echinodermes
  • Il possède le système coelomique le plus
    développé. Il est grand et très diversifié. Il
    permet
  • Le développement dun système aquifère ouvert
    ce dernier est rempli dun liquide dont la
    composition est proche de celui de leau de mer
    sans pour autant en être. Il est relié à leau de
    mer par lintermédiaire de la plaque madréporique
    et du canal du sable. Il est aussi composé dun
    canal circulaire entourant la bouche et de canaux
    principaux le reliant aux podia. Il a pour but la
    locomotion. Cest un système hydraulique
    coelomique (cf. fig.2).
  • Le développement dun système ambulacraire via
    les podia qui permet le mouvement. Le mouvement
    se fait par turgescence des podia (cf. fig.2).
  • Le développement dun système périhémal
    (nutrition et circulation) (cf. fig.7). Il se
    forme grâce à des vésicules coelomiques (1ère
    étape sur le schéma ci-dessous).
  • Le développement dune cavité générale qui
    possède une importance respiratoire non
    négligeable grâce à des saillies permettant les
    échanges gazeux.
  • Durant le développement embryonnaire, la larve va
    subir une métamorphose nécrotique, durant
    laquelle elle va perdre la moitié droite, la
    partie gauche donnera les paires de sacs
    coelomiques. Ils ont un système trimétamérique.
    Il y a formation de 3 paires de sacs coelomiques
    (partie gauche devient adulte)
  • Sinus axial (communique avec la cavité par des
    hydropores) canal du sable
  • Système aquifère et système ambulacraire
  • Cavité générale et le système périhémal
  • Le coelome se construit à partir du mésoderme par
    entérocoelie (par opposition à schizocoelie) (cf.
    fig.1). Les cellules de larchentéron
    bourgeonnent en vésicules creuses qui finissent
    par former des sacs coelomiques (3) ?
    trimétamère.

!
Système aquifère et ambulacraire même combat???
md madréporite pia pieds ambulacraires
Invaginations de la paroi de larchentéron
donnant naissance à une paire de vésicules
coelomiques arc archentéron blp
blastopore vec vésicule coelomique
Page 36
39
La métamorphose des Echinodermes
  • La première larve est une dipleurula, ensuite les
    étapes suivantes seront des larves pluteus
    (Echinopluteus) (cf. dessins ci-contre).
  • Bande ciliée
  • Bouche, intestin, anus
  • Bras (spicule) ? pas de lien avec ladulte
  • Plaque ? différente de celle de ladulte
  • La métamorphose nécrotique
  • Lanimal adulte se forme par bourgeonnement à
    partir de la partie gauche de la larve, donnant
    ainsi un animal post-métamorphique, alors que la
    partie droite dégénère (vestibule), sauf chez
    les Holothuries. On voit apparaître une vésicule
    coelomique.
  • On passe de 1 paire de sacs coelomiques à 3
    paires de sacs coelomiques. En effet, le
    ceolomopore devient coelome et entraîne la
    naissance de
  • Sinus axial madréporite canal du sable
  • Système aquifère ou système ambulacraire
  • Cavité générale et système périhémal
  • On assiste à linvagination du vestibule dans la
    partie gauche. Cela se referme. Linvagination
    contient
  • Système aquifère / ambulacraire
  • Epithélium digestif ? formation dun
    Echinoderme
  • Archantéron
  • Cela correspond à peu près à la cavité
    amniotique quand elle éclate, elle libère
    lanimal et ce qui reste dégénère.
  • On observe la présence de ventouse, en effet, la
    larve se fixe pendant la métamorphose.
  • C/o les Holothuries, le développement est
    différent. Le vestibule nest que partiellement
    fermé. Tous les tissus se retrouvent chez
    ladulte sauf dans de rares cas où lon observe
    des vestibules créés pour certains organes.

!
?
Page 37
40
Schéma général dun Urochordé (Ascidie)
Page 38
41
Définition dun Urochordé et ses exceptions
Sous règne EUMETAZOAIRE Bilateria
deutérostomiens Phylum CHORDE Classe
Ascidiacé Thaliacé Appendiculaire Nbre 1300
(phylum) 1300 (selon livre)
  • Leau rentre par le siphon inhalant, traverse les
    parois du pharynx et ressort par le siphon
    exhalant (cf. fig.1). Le pharynx sest hautement
    spécialisé dans la filtration de leau de mer et
    forme une  corbeille  pharyngée ou branchiale
    (cf. fig.1) qui sécrète un mucus. Cette corbeille
    prend une bonne partie de la place interne de
    lanimal. Elle est dailleurs ouverte sur un
    espace interne. Ce dernier piège les particules
    alimentaires en suspension et se trouve orienté
    progressivement vers le tube digestif par une
    importante ciliature.
  • On ne trouve une chorde dorsale que dans la queue
  • La larve possède une chorde
  • Ladulte ne possède pas de chorde (elle
    disparaît)
  • Le système nerveux est différencié chez la larve
    il y a présence dun cerveau.
  • Il nexiste pas de cavité générale, mais par
    contre il y a présence de léquivalent dun
    hémocoele. Le système circulatoire est ouvert. Le
    cœur pulse dans un sens, puis, au bout de
    quelques pulsations, inverse pour battre et
    propulser le sang dans lautre sens.
  • Il ny a pas de système excréteur à proprement
    parler.
  • Les colonies, pour les espèces coloniales,
    possèdent une tunique commune. On aperçoit des
    possibilités de bourgeonnement.
  • Ils sont microphages.
  • On observe la présence dun endostyle,
    cest-à-dire un canal ouvert qui passe
    ventralement sur toute la longueur du pharynx.
    Lendostyle fixe liode, ce serait donc un
    précurseur de la glande thyroïde.
  • Quelques caractères dérivés propres
  • Mode de vie fixé de ladulte (au moins
    primitivement) (cf. fig.1). Sur la fig.1 est
    représenté la métamorphose dune larve nageuse
    chordée en un adulte fixé.
  • Présence dune tunique contenant une protéine
    spécifique, la tunicine, et un polysaccharide
    proche de la cellulose (cf. fig.1). On estime que
    la tunique est à 60 faite de cellulose.

t tunique cb corbeille branchiale
Aplousobranche
Phlébobranche
Ascidie
Stoliobranche
Salpe
Urochordé
Thaliacé
Doliole
Pyrosome
Appendiculaire
Page 39
42
Définition dun Urochordé et ses exceptions
(suite et fin)
EXCEPTIONS PROPRES AUX GROUPES DUROCHORDES
Ascidie Le stade larvaire possède une queue et une chorde squelettique, mais le stade adulte perd la queue et donc la chorde.
Appendiculaire Les adultes gardent la queue larvaire et donc la chorde.
Thaliacé Salpe Les Salpes ne présentent JAMAIS de stade larvaire et donc JAMAIS de chorde dorsal
Thaliacé Doliole On note la présence dune larve donc il y a formation dune CHORDE à une étape (courte je vous laccorde) de lanimal, mais perdent la queue larvaire à lâge adulte et donc perdent la CHORDE.
Thaliacé Pyrosome Il ny a JAMAIS de larve, JAMAIS de queue et donc PAS DE CHORDE
Page 40
43
Alternance de générations chez les Urochordés
Œuf
Sexuée
Blastozoïde
Oozoïde
  • Il y a une alternance stricte entre 2 types de
    reproduction
  • Reproduction sexuée
  • Reproduction asexuée
  • Chez les Salpes (schéma ci-contre, leur cycle
    reproductif), nous voyons apparaître 2 termes
  • Oozoïde il sagit de la forme solitaire, avec
    un stolon ventral.
  • Le stolon génère des blastozoïdes par
    bourgeonnement (formation synchrone).
  • Elle na pas de gonade.
  • Le stolon comprend lépicarde qui contient des
    éléments des 3 feuillets, ecto-, méso- et
    endodermique.
  • La bouche ouverte qui se referme permet des
    contractions qui ouvrent le stolon.
  • Le nucleus contient les organes vitaux.
  • On observe la présence dun diaphragme avec 2
    perforations.
  • Le stolon se casse et libère les Salpes (prises
    en exemple) dans le milieu.
  • Les Salpes dune même génération restent fixées,
    ce sont des Salpes agrégées (par des papilles
    adhésives). Elles sont alors en phase
    blastozoïde.
  • Blastozoïde
  • Il possèdent des ébauches de gonades (testicules
    et ovaires).
  • On observe une reproduction sexuée dans les voies
    génitales femelles
  • Les 1er temps se passent en phase femelle (ém
About PowerShow.com