LA CRISE FINANCIERE CAUSES CONSEQUENCES LES LE - PowerPoint PPT Presentation

Loading...

PPT – LA CRISE FINANCIERE CAUSES CONSEQUENCES LES LE PowerPoint presentation | free to download - id: 81d742-ZDkwN



Loading


The Adobe Flash plugin is needed to view this content

Get the plugin now

View by Category
About This Presentation
Title:

LA CRISE FINANCIERE CAUSES CONSEQUENCES LES LE

Description:

LA CRISE FINANCIERE CAUSES CONSEQUENCES LES LE ONS La crise financi re a mis en vidence la place d mesur e prise par la sph re financi re dans les conomies ... – PowerPoint PPT presentation

Number of Views:20
Avg rating:3.0/5.0
Slides: 42
Provided by: Tai1150
Learn more at: http://automne-ses.ac-toulouse.fr
Category:

less

Write a Comment
User Comments (0)
Transcript and Presenter's Notes

Title: LA CRISE FINANCIERE CAUSES CONSEQUENCES LES LE


1
LA CRISE FINANCIERE CAUSES CONSEQUENCES LES
LEÇONS
2
  • Dossier réalisé à partir
  •  Dossiers Documents du Monde ,  Spécial
    crise financière , n381 décembre 2008.
  • Alternatives Economiques, n 274,  Spécial
    crise , novembre 2008 pages 45 à 72.
  • Sciences Humaines, n199, décembre 2008
     Psychologie des crises financières  pages 16 à
    25.
  • Alternatives Internationales, Hors série n6,
    décembre 2008  Finance  la crise dun
    paradigme  page 34 à 38.
  • Jacques Attali,  La crise et après ?  Fayard,
    novembre 2008.

3
  • RAPPEL
  • Le système financier (banques, établissements
    de crédit, Bourses) permet de trouver les fonds
    nécessaires, en mettant en rapport ceux qui
    veulent placer des fonds et ceux qui veulent les
    utiliser.
  • Pour construire un logement, un particulier a
    besoin de fonds quil peut acquérir en empruntant
    auprès de sa banque (la banque est le premier
    agent financier, intermédiaire, qui reçoit
    lépargne des entreprises et des ménages et qui
    met des fonds à la disposition des entreprises et
    des ménages) La banque a intérêt à évaluer
    correctement la solvabilité de ses clients.
  • . Pour se développer une entreprise, a également
    besoin de fonds quelle peut obtenir en
    empruntant à une banque, ou en recherchant des
    investisseurs prêts à sengager (sous la forme
    dactions, dobligations).

4
  • En quoi consiste lémission de titres ?

5
  • Lémission de titres met en relation directe
    prêteurs et emprunteurs sur le marché des
    capitaux (la bourse).
  • Ces titres peuvent être cédés à un prix variant
    selon loffre et la demande contrairement aux
    créances détenues par les banques (qui ont
    accordé des prêts) qui ne seffacent de leur
    bilan quaprès extinction de la dette.
  • Investisseurs et vendeurs interviennent sur ces
    marchés via des agents  traders, agents de
    change qui vendent, achètent ces titres.

6
  • Quelle innovation financière se développe à
    partir des années 1980 et qui joue un rôle majeur
    dans la crise financière?

7
  • Les innovations financières des années 1980,
    donnent aux banques la possibilité de se
    débarrasser de ces créances en les revendant
    àT1  un prix inférieur à leur valeur faciale, à
    des investisseurs prêts à en assumer le risque.
    La titrisation permet de regrouper des crédits en
    lots, à les découper en tranches puis à les
    transférer à des sociétés qui les transforment en
    titres (obligations) pour les revendre aux fonds
    dinvestissement.
  •  T1Ce qui compte ici est de faire du chiffre
    pas de surveiller la qualité du client

8
Quel est le contexte au début des années
1990?
9
  • Contexte début des années 1990  forte
    période de croissance, la plus élevée dans toute
    lhistoire de lhumanité 
  • - amélioration du niveau de vie de la classe
    moyenne des pays émergents, et même réduction de
    la pauvreté.
  • - Le crédit se développe  baisse des taux
    dintérêt (la Banque centrale des EU (la FED)
    baisse son taux directeur de 6,5 fin 2000 à
    1,75 fin 2001, à 1 mi-2003 jusquà mi-2004).
  • - Les instruments financiers se diversifient
  • - Libéralisation des marchés financiers
  • - Réduction du rôle de lEtat
  • - Flexibilité du travail

10
Cependant des signes de craquement
11
  • - 1997 Crise asiatique (monétaire et financière).
    Les Chinois craignent de voir leur monnaie
    réévaluée. Ils commencent à acheter des dollars.
    De plus en plus croissance et déficits américains
    sont financés par lépargne chinoise. (couple
    étrange  la chimérique ).
  • - 2000  la bulle Internet explose, le Nasdaq,
    qui concerne les valeurs technologiques,
    seffondre.
  • 2001, 11 septembre au lendemain des attentats
    lindice Dow Jones recule.
  • Guerre en Irak

12
Comment la crise a commencé ?
13
  • 2002  faiblesse de la demande aux EU.
  • Pour ne pas se lancer dans une politique des
    revenus, le gouvernement américain baisse les
    taux dintérêt et incite les acteurs de
    limmobilier (Freddie Mac et Fannie Mae) à prêter
    à des ménages modestes (surnommés  ninja 
    no-income, no-job, no-asset pas de revenu, pas
    de travail, pas de patrimoine). Cest une chance
    unique, pour ces ménages daccéder à la propriété
    car ils ne présentent pas assez de garanties pour
    accéder à un prêt normal (prime).

14
  • Ces produits sont plus risqués  les
     subprimesT1  . Les ménages américains
    sendettent pour accéder à limmobilier gt hausse
    de la valeur de limmobilier. Ces ménages
    pouvaient toujours espérer avoir dici là revendu
    plus cher leur logement ou renégocier leur prêt.
    La hausse du cours de limmobilier leur donne la
    possibilité daccroître leurs crédits. En cas de
    non remboursement, les biens immobiliers sont
    saisis (ils servent de garantie, dhypothèque).
    Largent facile a alimenté une flambée des prix
    de limmobilier qui a permis aux ménages
    américains daccroître leurs dettes au fur et à
    mesure que la valeur de leur patrimoine
    immobilier augmente.
  •  T1Crédits à taux variables. On leur propose de
    ne pas rembourser le principal, ni même la
    totalité des intérêts les premières années.

15
(No Transcript)
16
  • Année 2004, la FEDT1  relève le taux dintérêt
    de 1 à 5 en 2006.
  • Quelles conséquences vont en découler?
  •  T1Federal reserve bank, Banque centrale
    américaine président Ben Bernanke qui succède à
    Alan Greenspan

17
  • Les charges de remboursement salourdissent, les
    ménages américains surendettés ne parviennent
    plus à payer leur maison gt hausse de la vente de
    limmobilier gt baisse de la valeur des
    habitations. La valeur de leur dette devient
    supérieure à celle de leur maison. gt saisies,
    les banques mettent en vente les maisons
    impayées, ce qui fait encore plus baisser les
    prix.
  • Eté 2007, un million demprunteurs perdent leur
    logement, le taux de non remboursement des
    crédits augmente fortement gt chute des titres
    adossés à ces crédits

18
  • Les établissements de crédit font faillite
  • - (2007  banque Bear Stearns aux EU , la
    Northern Rock en GB, 2008  deux organes de
    crédit ne peuvent plus rembourser leurs dettes 
    Freddie Mac et Fannie Mae, la banque Lehman
    Brother avoue avoir 613 milliards de dettes).
  • - Comme les banques ne savent pas ce que leur
  • doivent celles qui ont fait faillite, elles ne
    prêtent plus à personne.
  • - Les entreprises américaines ne trouvent plus de
    crédit.
  • - Léconomie est au bord de lasphyxie.
  •  

19
(No Transcript)
20
Comment la crise sest disséminée ?
21
  • La défaillance des particuliers naurait dû
    entraîner que celle de société de crédit et des
    banques engagées sur ces opérations hasardeuses.
  • Pourquoi y a-t-il eu contagion à tout le système
    financier ?

22
  • Par le phénomène de la titrisation.
  • En quoi consiste-t-elle ?

23
  • Les banques qui accordent des crédits, au lieu de
    les conserver vont les transférerT1 , surtout
    pour ne pas garder les plus risquées dans leur
    bilan. Elles découpent les créances immobilières
    les plus risquées, les subprimes et les
    regroupent avec des crédits moins risqués. Ces
    paquets sont ensuite vendus comme des obligations
    sur le marchéT2 
  •  T1Les banques ne peuvent accorder de crédit
    que dans une certaine proportion de leurs fonds
    propres (accord de Bâle)
  • T2Une façon de recycler les crédits risqués.

24
  • Lopération remporte vite un très grand succès,
    en raison de la rentabilité exceptionnelle
    promise aux acheteurs de ces titres.
  • Tous les épargnants institutionnels du monde en
    veulent pour eux-mêmes et pour les placer auprès
    de leurs clients (banques, les grandes
    entreprises, les fonds de placement, les fonds
    souverains) et quelques très gros particuliers
    (George SorosT1 ).
  • Ces subprimes titrisés se retrouvent ainsi dans
    les banques non américaines qui les replacent
    auprès de leurs clientsT2  non américains.
  • Tous les marchés sont contaminés par un  virus
    invisible .
  •  T1Beaucoup de ces investisseurs achètent ces
    obligations en empruntant pour bénéficier de
    leffet de levier de lendettement.
  •  T2Ces opérations se passent sur le marché et
    non dans les banques. Ne sont soumises à aucun
    contrôle, aucune réglementation.

25
  • Devant ce succès, on voit se développer des
    titrisations de dettes de toute nature (dettes
    sur cartes de crédit, voiture) sous le nom de
    Asset-Backed Securities (titres adossés à des
    actifsT1 ). Tant que le marché de limmobilier
    reste à la hausse, le virus est inoffensif, quand
    le marché de limmobilier se retourne
    (2006-2007), les crédits deviennent  toxiques .
    Mais voilà où se trouvent ces crédits douteux ?
    (problème de traçabilité)
  • NB. La titrisation peut être un facteur
    defficience des marchés et de la gestion des
    risques, en dispersant les risques parmi un grand
    nombre dacteurs financiers qui sont à même de
    les porter. Cependant, ce ne doit pas être un
    moyen de se défausser des risques sur dautres.
    Pour cela, il serait nécessaire que le premier
    créancier ne se départit pas de la totalité du
    risque du prêt initial.
  •  T1Les banques moins pénalisées par ces
    procédés octroient plus facilement des crédits.
    Effet positif sur la croissance.

26
  • Pour vendre ces titres aussi complexes à une
    vaste gamme dinvestisseurs, les banques avaient
    besoin des agences de notationT1 .
  • Elles sont présentes à toutes les étapes du
    processus de titrisation. Cependant, elles
    accordent trop généreusement de très bonnes notes
    car elles sont dépendantes, puisquelles sont
    censées noter leurs clients, dautre part il
    nest pas facile dévaluer ces produits
    financiers
  • Ainsi les titres risqués (subprime) sont parés
    de la même respectabilité que les placements sans
    risque.
  •  T1Entreprises dont le rôle est dévaluer la
    solidité financière des Etats, des entreprises et
    des instruments financiers.

27
  • Effet dominos
  • La méfiance se généralise au point que les
    banques cessent de se faire crédit entre elles.
    Face au blocage du marché interbancaire aux EU et
    en Europe (pénurie dargent), les banques
    centrales interviennent massivement pour fournir
    des liquidités aux banques.

28
  • Des plans de sauvetage sont mis en place

29
  • Il faut éviter que le système bancaire seffondre
    et avec lui lensemble de léconomie.
  • Le Trésor américain, intervient tardivement. Le
    plan Paulson propose le rachat aux banques des
    créances douteuses. Ce plan est vivement
    critiqué. Il sera rejeté par le Congrés. Wall
    street chute. Le nouveau plan va sinspirer du
    modèle anglais proposé par Gordon Brown  venir
    en aide aux banques menacées de faillite en
    injectant des fondsT1 , en garantissant les
    emprunts immobiliers.
  •  T1Sous forme de prise de participation de
    lEtat

30
  • La crise de liquidité se propage en Europe et en
    Asie. Les banques sont menacées, plusieurs sont
    nationalisées.
  • Les banques centrales injectent des liquidités
    considérables aux banques afin de leur permettre
    de renforcer leurs ressources et daccorder des
    crédits (aux ménages, entreprises et
    collectivités locales).
  • Pour relancer la consommation, linvestissement
    les autorités pratiquent une politique monétaire
    expansive  la baisse des taux dintérêt.

31
  • Reste à savoir si toutes ces mesures pour
    soutenir le crédit, ne seront pas bloquées par le
    ralentissement de la croissance et la montée du
    chômage.

32
  • Aujourdhui, le sauvetage des banques est engagé,
    mais sur une base nationale. La coopération
    internationale est inexistante.

33
  • Quelles leçons tirer ?

34
  • La crise financière a mis en évidence la place
    démesurée prise par la sphère financière dans les
    économies contemporaines et la faiblesse des
    contrôles monétaires et financiers.
  • Elle nous montre que pour bien fonctionner le
    marché a besoin dêtre régulé pour pallier les
    défaillances et rétablir une responsabilité des
    acteurs.

35
  • Réguler la finance 
  • - un meilleur contrôle dans les banques
  • limiter la spéculation
  • sattaquer aux paradis fiscaux
  • abandonner les parachutes dorés
  • réformer les agences de notation
  • réguler les fonds spéculatifs
  • instaurer une gouvernance de la finance
    mondialisée

36
  • Quelles conséquences sur la croissance ?

37
  • Si le plus gros de la crise financière est
    derrière nous, la crise économique vient de
    commencer.
  • Croissance négative, car l activité est
    comprimée par les deux bouts. 
  • En amont  difficultés pour les entreprises à
    faire face à leurs besoins de trésorerie.
  • En aval  ralentissement du crédit des ménages
    (les banques prêtent moins donc les ménages
    consomment moins). Ils achètent moins de
    logement, moins de voitures, la demande se
    dégrade
  • Les prix de limmobilier baissent  les ménages
    se sentent moins riches.
  • Le chômage en augmentation va contribuer à
    renforcer le ralentissement économique

38
  • Inventer de nouvelles solutions ?

39
  • Dépenses pour la mutation écologique des
    infrastructures.
  • La crise a-t-elle sonné la fin dun modèle de
    croissance ?
  • Quel avenir pour le capitalisme?

40
(No Transcript)
41
  • LA MACHINE SE GRIPPE 2006-2007
  • Emballement de léconomie
  • Déficit commercial abyssal ? hausse des taux
    dintérêt ? défaut de règlement des subprimes
  • Surendettement des ménages
  • EXTENSION DE LA CRISE 2008
  • ? hausse des saisies immobilières ? chute de la
    valeur de limmobilier ? la valeur des produits
    titrisés seffondre ? dépréciations dactifs ?
    crise de liquidité des banques ? les banques ne
    se prêtent plus entre elles ? faillites
    bancaires
  • ? intervention des Etats pour  éteindre
    lincendie 
  • ? chute de la valeur des bourses ? crise de
    confiance ? panique des ménages
  • ? chute de la consommation ? difficultés des
    entreprises ? faillites ? destruction demplois
About PowerShow.com