UNE PARALYSIE DES NERFS MIXTES REVELANT UN INFARCTUS BULBAIRE LATERAL: - PowerPoint PPT Presentation

Loading...

PPT – UNE PARALYSIE DES NERFS MIXTES REVELANT UN INFARCTUS BULBAIRE LATERAL: PowerPoint presentation | free to download - id: 6d30b2-MzBlN



Loading


The Adobe Flash plugin is needed to view this content

Get the plugin now

View by Category
About This Presentation
Title:

UNE PARALYSIE DES NERFS MIXTES REVELANT UN INFARCTUS BULBAIRE LATERAL:

Description:

UNE PARALYSIE DES NERFS MIXTES REVELANT UN INFARCTUS BULBAIRE LATERAL: propos d un cas N.Mrabet, S.Esseghaier, A.Baccar, N.Achour, N.Saddoud, CH.Chammakhi, M.H ... – PowerPoint PPT presentation

Number of Views:34
Avg rating:3.0/5.0
Slides: 23
Provided by: strt151
Learn more at: http://strtn.org
Category:

less

Write a Comment
User Comments (0)
Transcript and Presenter's Notes

Title: UNE PARALYSIE DES NERFS MIXTES REVELANT UN INFARCTUS BULBAIRE LATERAL:


1
UNE PARALYSIE DES NERFS MIXTES REVELANT UN
INFARCTUS BULBAIRE LATERAL à propos dun cas
  • N.Mrabet, S.Esseghaier, A.Baccar, N.Achour,
    N.Saddoud, CH.Chammakhi, M.H.Daghfous
  • Service dImagerie médicale
  • Hôpital Habib Thameur. Tunis

2
INTRODUCTION
  • Le diagnostic des accidents vasculaires du tronc
    cérébral nécessite une bonne connaissance de la
    clinique et de lanatomie fonctionnelle de celui
    ci.
  • Limagerie par résonance magnétique (IRM) grâce à
    son excellente résolution en contraste et ses
    acquisitions multi-planaires constitue le moyen
    dimagerie incontournable pour confirmer le
    diagnostic et préciser la prise en charge
    ultérieure.

3
RAPPEL ANATOMIQUE
  • Le tronc cérébral est composé de haut en bas par
    le mésencéphale, le pont et le bulbe.
  • Les 3 étages du tronc sont anatomiquement
    complexes et le sièges des noyaux des nerfs
    crâniens qui sont connectés avec le cortex
    cérébral, le thalamus et la moelle épinière.
  • La vascularisation du tronc est assurée par des
    branches de lartère vertébrale artère
    cérébelleuse postéro inférieure(PICA), artère
    cérébelleuse antéro infèrieure(AICA), artère
    cérébelleuse supérieure(SCA) et lartère
    communicante postérieure.

4
RAPPEL ANATOMIQUE
5
RAPPEL ANATOMIQUE
VASCULARISATION DU TRONC CEREBRAL
6
RAPPEL ANATOMIQUE
7
MATERIELS ET METHODES
  • Homme âgé de 63 ans
  • signes fonctionnels dysphagie et dysphonie
    depuis 3 mois
  • signes cliniques
  • nystagmus rotatoire
  • déviation du corps vers la droite
  • paralysie de lhémi-voile et de lhémi-pharynx
    droits
  • hypœsthésie thermo-algique gauche
  • Il a été exploré par une IRM cérébrale après une
    TDM cérébrale normale.

8
MATERIELS ET METHODES
  • IRM cérébrale
  • Général Electric (3 tesla)
  • antenne tête
  • séquences
  • axiales T1, T2, FLAIR, diffusion et T2
  • coronale et sagittale T2
  • Angio-MR artérielle du polygone de Willis et des
    troncs supra aortiques par temps de vol (3D TOF)
    et avec injection de Gadolinium.

9
RESULTATS
  • Hypersignal latéral droit du bulbe sur les
    séquences T2, FLAIR et de diffusion en discret
    hypersignal T1.
  • Les séquences dAngioMR en temps de vol 3D TOF et
    avec injection de gadolinium montrent une
    occlusion distale de lartère vertébrale droite
    en amont de la naissance de la PICA.

10
RESULTATS
Séquences axiale et coronale T2 hypersignal de
la partie latérale droite du bulbe
11
Séquence axiale FLAIR hypersignal de la partie
latérale droite du bulbe
12
RESULTATS
Séquence axiale T1 discret hyposignal de la
partie latérale droite du bulbe
Séquence Diffusion (b 1000) hypersignal
correspondant
13
RESULTATS
Séquence dAngio-MR 3D TOF du polygone de
Willis Occlusion distale de lartère vertébrale
droite (flèches). Remarquer la perméabilité de
lartère en amont (flèche courbe).
14
Séquence dAngio-MR avec injection de Gadolinium
et MIP des troncs supra-aortiques Occlusion
distale de lartère vertébrale droite (flèches).
15
DISCUSSION
  • Le syndrome de Wallenberg ou infarctus bulbaire
    latéral ou syndrome latéral du bulbe a été décrit
    pour la première fois par Adolf Wallenberg, un
    neurologue allemand qui a décrit les
    manifestations cliniques (1895) et publié les
    conclusions autopsiques (1901) des occlusions de
    lartère inférieure et postérieure du cervelet.

16
DISCUSSION ETIOLOGIES
  • Occlusion de lartère vertébrale ou de la PICA
  • Athérome(sujet âgé)
  • Sujet jeune anomalies du tissu conjonctif,
    dysplasie fibro-musculaire
  • Dissection de lartère vertébralegtgtgtgtgt post
    traumatique, après manipulation du rachis
    cervical
  • Embolies septiques (endocardite infectieuse)

17
DISCUSSION CLINIQUE
  • Syndrome alterne
  • du coté de la lésion
  • signe de Claude Bernard Horner (avec myosis,
    ptosis et énophtalmie)
  • hémianesthésie de la face (lésion du noyau du V)
  • paralysie de lhémi-voile, hémi-pharynx et de la
    corde vocale (troubles de la déglutition et
    dysphagie) atteinte des noyaux VIII,IX,X
  • syndrome vestibulaire (vertiges, nausées,
    vomissements, nystagmus)
  • Hémi-syndrome cérébelleux
  • du coté opposé
  • Hémianesthésie des membres
  • marche instable

18
DISCUSSION IMAGERIE
  • La méthode dimagerie idéale pour le diagnostic
    de linfarctus bulbaire latéral doit être rapide,
    sure, permettre de faire le diagnostic
    différentiel entre ischémie et hémorragie et
    dexplorer dans le même temps le tronc cérébral
    et les vaisseaux intra et extra crâniens.
  • Ceci est rendu possible grâce à lavènement de
    lIRM.

19
DISCUSSION IMAGERIE
  • LIRM permet de visualiser linfarctus bulbaire
    quelque que soit sa taille.
  • En séquences conventionnelles, lischémie se
    traduit par une hypo intensité en T1 dés les
    premières heures, une hyper intensité en T2 et en
    FLAIR est notée dans 80 des cas à 24H.
  • La séquence FLAIR est la plus efficace et la plus
    performante pour lexploration du tronc cérébral.
  • Les anomalies de lIRM de diffusion apparaissent
    avant la 6ème heure alors que la séquence T2 est
    encore normale avec une spécificité dépassant 95.

20
DISCUSSION IMAGERIE
  • Langiographie est moins sensible que langio-RM
    en effet elle ne visualise que les occlusions ou
    sténoses des gros vaisseaux (artère
    vertébrale, rarement des anomalies
    angiographiques au niveau de la PICA).
  • La tomodensitométrie échoue la plus part du temps
    dans le diagnostic du syndrome de Wallenberg.
    Elle sera réalisée pour éliminer une hémorragie
    dans un contexte durgence étant donné sa
    disponibilité.

21
CONCLUSION
  • Lanatomie du tronc cérébral est extrêmement
    complexe et des infarctus même minimes sont
    pourvoyeurs dune symptomatologie clinique très
    riche et peuvent avoir des répercussions
    désastreuses.
  • Cest grâce à lavènement de lIRM , et sous
    réserve dune bonne connaissance de lanatomie du
    tronc cérébral, quun radiologue est capable de
    faire une corrélation entre la clinique du
    patient et les anomalies radiologiques trouvées.

22
REFERENCES
  • MR imaging of posterior fossa infarctions
    vascular territories and clinical correlations
    (radigraphics)
  • spectrum of lateral medullary syndrome (american
    stroke association)
  • pur infarctus médullaire latéral corrélations
    radiocliniques de 130 patients( advanced access
    publication May 21, 2003)
  • Patterns of dinfarctus médullaire
    latéral(american heart association 1998)
  • neuro imagerie Masson DIETMAN
About PowerShow.com