Aucun titre de diapositive - PowerPoint PPT Presentation

Loading...

PPT – Aucun titre de diapositive PowerPoint presentation | free to download - id: 64d41a-YzY0Y



Loading


The Adobe Flash plugin is needed to view this content

Get the plugin now

View by Category
About This Presentation
Title:

Aucun titre de diapositive

Description:

Title: Aucun titre de diapositive Author: ZAGATTI Last modified by: PZ Created Date: 9/20/2002 1:57:17 PM Document presentation format: Affichage l' cran (4:3) – PowerPoint PPT presentation

Number of Views:1
Avg rating:3.0/5.0
Date added: 7 January 2020
Slides: 64
Provided by: ZAGA5
Learn more at: http://www.insectes.org
Category:

less

Write a Comment
User Comments (0)
Transcript and Presenter's Notes

Title: Aucun titre de diapositive


1
Les Insectes des forêts
2
Domaine des Eucaryotes
Domaine des Eubacteria
Domaine des Archaebacteria
3
Règne des animaux pluricellulaires
Se divise en une trentaine dembranchements
  • Spongiaires (porifères)
  • Cnidaires (hydres, méduses)
  • Plathelminthes (vers plats)
  • Rotifères
  • Némathelminthes (vers ronds)
  • Annélides
  • Mollusques
  • Arthropodes
  • Échinodermes
  • Chordés

On peut dire aussi  phylum  (pluriel  phyla )
4
Arthro articulation Pode pied, patte
Caractères généraux des Arthropodes
Corps segmenté
Appendices pairs segmentés
Symétrie bilatérale
Exosquelette chitineux rigide
5
Croissance limitée par lexosquelette rigide.
Lanimal, enfermé dans son squelette, ne peut
pas accroître sa taille.
Solution changer dexosquelette au fur et à
mesure de la croissance mues successives
Mues
6
Classification des Arthropodes
Embranchement des Arthropodes
? Sous-embranchement des PROARTHROPODES (ou
embranchement des pararthropodes)
  • Onychophores
  • Tardigrades

? Sous-embranchement des EUARTHROPODES
  • Super-classe Trilobites
  • Super-classe Chélicérates
  • Super-Classe Mandibulates

7
? Sous-embranchement des PROARTHROPODES
Pseudo-arthropodes pas de véritables pattes
articulées
  • Onychophores (Peripatus)
  • Tardigrades

Pas de système circulatoire ni de système
respiratoire
8
? Sous-embranchement des Proarthropodes
? Sous-embranchement des EUARTHROPODES
Véritables arthropodes présence de pattes
articulées
Super-classe Trilobites Super-classe
Chélicérates Super-Classe Mandibulates
Possèdent des chélicères
Possèdent des mandibules
9
Super-classe Trilobites Super-classe
Chélicérates Super-Classe Mandibulates
Apparus il y a 550 millions dannées (MA) et
disparus il y a environ 250 MA
trois lobes
10
Super-classe Trilobites Super-classe
Chélicérates Super-Classe Mandibulates
Classe Mérostomates (Xiphosures) Classe
Pycnogonides Classe Arachnides
1ère paire dappendices articulés chélicères
11
  • Chélicérates
  • Pas dantennes
  • Corps divisé en deux céphalothorax et abdomen
  • 6 paires dappendices articulés
  • Première paire chélicères
  • Seconde paire pédipalpes (ces derniers sont
    parfois très développés et ressemblent à des
    pattes munies de fortes pinces)

abdomen
céphalothorax
chélicères
pédipalpes
pattes
12
Super-classe Chélicérates
Classe Mérostomates (Xiphosures) Classe
Pycnogonides (Araignées de mer) Classe Arachnides
œil composé
telson
céphalothorax
Limulus polyphemus Limule
abdomen
13
Super-classe Chélicérates
Classe Mérostomates (Xiphosures) Classe
Pycnogonides Classe Arachnides
Abdomen très réduit
14
Super-classe Chélicérates
Classe Mérostomates (Xiphosures) Classe
Pycnogonides Classe Arachnides
15
Classification des Arthropodes
Embranchement des Arthropodes
? Sous-embranchement des Proarthropodes
? Sous-embranchement des Euarthropodes
  • Super-classe Trilobites
  • Super-classe Chélicérates
  • Super-Classe Mandibulates

mandibules chitineuses
  • Classe des Crustacés
  • Classe des Myriapodes
  • Classe des Insectes

16
Classe des Crustacés
Sous-classe des Malacostracés
Ordre des Isopodes "Cloportes"
7 p. de pattes
céphalothorax
abdomen
17
Classe des Myriapodes
Sous-classe des Chilopodes (Scolopendres)
Sous-classe des Diplopodes (Mille-pattes)
18
Classe des Insectes
19
Caractéristiques générales
  • Une paire de mandibules
  • Une paire dantennes
  • Trois paires de pattes thoraciques
  • Deux paires dailes

20
Les trois quarts des espèces animales connues
sont des insectes
Monde Martinez et Gauvrit, 1997 S insectes 900
000
35 000 espèces en France
21
Développement amétabole (poisson dargent)
22
Développement hétérométabole (criquet)
23
Développement holométabole (Bombyx)
24
Orthoptère type broyeur
Labre
Mandibule
Maxille
Labium
Palpe maxillaire
Palpe labial
25
Hémiptère
26
Lépidoptère
27
Diptère
28
Système circulatoire
Tube digestif
Système nerveux
29
Système circulatoire
Tube digestif
30
Appareil respiratoire
31
(No Transcript)
32
(No Transcript)
33
SYSTEMATIQUE ET TAXONOMIE
  • Les êtres vivants sont classifiés suivant un
    système hiérarchisé,
  • les groupements de formes vivantes sont des
    taxons (taxa)
  • Systématique science des classifications des
    formes vivantes,
  • elle étudie les relations entre les taxons
    (hiérarchie et parenté)
  • Taxonomie science des lois de la
    classification des formes vivantes,
  • elle étudie les taxons et leur validité.

La systématique moderne tend à confondre ces deux
termes sous la dénomination générale de
Systématique La systématique est l'étude et la
description de la diversité des êtres vivants, la
recherche de la nature et des causes de leurs
différences et de leurs ressemblances, la mise en
évidence des relations de parenté existant entre
eux et l'élaboration d'une classification
traduisant ces relations de parenté Société
Française de Systématique, 1987
34
Les taxons
35
La nomenclature binomiale Linné 1758, dixième
édition du Systema Naturae
  • Piller et Mitterpacher ont décrit en 1783 une
    espèce qu'ils ont baptisée Carabus
    parallelepipedus
  • On écrit Carabus parallelepipedus Piller et
    Mitterpacher, 1783
  • (italiques aux noms de genre et d'espèce,
    majuscule au genre, pas à l'espèce).

36
La nomenclature binomiale (les aventures dAbax)
  • Bonelli a créé en 1810 un genre qu'il a baptisé
    Abax, pour inclure des carabiques proches de
    Carabus parallelepipedus, espèce qu'il a désignée
    comme espèce-type du genre Abax
  • On écrit Abax parallelepipedus (Piller et
    Mitterpacher, 1783) (les parenthèses autour des
    auteurs indiquent que l'espèce a initialement été
    décrite sous un autre nom de genre).

37
La nomenclature binomiale (Abax le retour)
  • Dufour en 1851 a créé la sous-espèce audouini
    pour décrire les populations pyrénéennes de A.
    parallelepipedus, qu'il jugeait différentes des
    populations typiques
  • On écrit Abax parallelepipedus audouini Dufour,
    1851
  • (italiques à audouini, pas de majuscule bien que
    le nom dérive d'un nom propre, et pas de
    parenthèses puisque ce nouveau taxon a bien été
    décrit sous le genre Abax).

38
La nomenclature binomiale (La guerre des Abax)
  • Bien que Abax parallelepipedus soit un insecte
    parmi les plus communs dans tous les milieux en
    France, l'utilisation d'une faune avec ses clés
    d'identification ne conduira pas à ce nom, mais à
    Abax ater (Villers) pour la plupart des ouvrages
    antérieurs à 1980.
  • Villers en 1789 a décrit une espèce qu'il a
    baptisée Carabus ater, sans savoir qu'elle avait
    déjà été décrite 6 ans auparavant. Pendant des
    années l'espèce a été désignée sous le nom
    d'ater, puis on s'est avisé que ater était un
    synonyme junior de parallelepipedus.
  • En fonction de la loi de priorité le nom valide
    est donc devenu
  • Abax parallelepipedus.

39
La nomenclature binomiale (Le côté obscur de la
taxonomie)
  • Autre exemple, Fabricius décrit en 1775 Leistus
    rufescens en ignorant que Linné avait décrit en
    1768 une autre espèce sous le même nom de Leistus
    rufescens.
  • Leistus rufescens Fabricius est donc un homonyme
    invalide de l'espèce de Linné.
  • Ce nom ne pouvant s'appliquer, c'est la
    description suivante de l'espèce qui est valide.
  • On écrira Leistus terminatus (Hellwig, 1793)
    rufescens (Fabricius 1775) nec (Linné 1768).

40
La nomenclature binomiale (Leistus contre-attaque)
  • Les sous-genres, s'ils existent, ne sont
    utilisés que pour clarifier la présentation de
    genres très riches en espèces. Le nom, avec sa
    majuscule, est placé entre parenthèses après le
    genre
  • Leistus (Leistus) terminatus (Hellwig)
  • Leistus (Pogonophorus) spinibarbis (Fabricius)

41
Identifier des insectes
  • Pour caractériser le peuplement entomologique
    d'un milieu, il convient de nommer les spécimens
    récoltés. Cette identification peut descendre à
    la famille, au genre ou, mieux, à l'espèce.
  • En raison du nombre d'espèces et de la
    complexité du travail, nul ne peut prétendre
    identifier toutes les espèces observées dans un
    milieu.
  • Pour des dizaines de familles, il n'existe
    actuellement en France aucun spécialiste
    compétent en activité. Il est donc totalement
    illusoire d'échantillonner ou de récolter ces
    insectes (microdiptères, Hyménoptères parasites,
    abeilles...).

42
Identifier des insectes
  • L'identification correcte d'une espèce n'est
    généralement possible que si on peut consulter
    une collection de référence. Les identifications
    doivent de plus être vérifiées par un spécialiste
    compétent.
  • Les ouvrages du type "Guide grand public" ne
    permettent pas, sauf exceptions (quelques
    rhopalocères) d'identifier des insectes.
  • Il faut utiliser des faunes exhaustives (clés
    dichotomiques ou planches), avec si possible
    l'aide de catalogues régionaux récents. Dans bien
    des cas ces faunes n'existent pas ou sont
    obsolètes, l'entomologiste n'a alors pas d'autre
    recours que de se constituer lui-même une
    documentation à partir de sources
    bibliographiques dispersées.

43
La Forêt, habitat entomologique
  • La forêt est théoriquement un milieu
    relativement homogène et assez pauvre en espèces
    (animales ou végétales).
  • Dans la plupart des régions françaises, la forêt
    est cependant le dernier "espace naturel",
    d'ailleurs considéré comme tel par le public.
  • Les caractéristiques des peuplements forestiers
    sont généralement très variées, depuis la forêt
    "primaire" jusqu'aux plantations d'arbres. Les
    insectes qu'on y trouvera seront bien évidemment
    fonction de ces critères espèces végétales, âge
    du peuplement, état du peuplement, hétérogénéité
    du peuplement.
  • Quelques espèces aux préférences écologiques
    très étroites (sténoèces) ne se rencontreront que
    dans les forêts les "moins cultivées" et seront
    des bioindicateurs de la qualité du milieu
    forestier (Coléoptères de Brustel).

44
La Forêt, habitat entomologique
  • En fonction de sa structure, les éléments
    entomologiques les plus caractéristiques du
    milieu forestier appartiendront soit à la faune
    du sol, soit à la faune saproxylique.
  • La faune du sol vit au contact de la litière ou
    de l'humus forestier, grâce à des méthodes
    d'échantillonnage efficaces et à une diversité
    spécifique importante, elle est utile pour
    caractériser la nature des peuplements
    forestiers.
  • La faune saproxylique vit au contact de l'arbre
    et est liée au cycle du bois, depuis le bois sain
    jusqu'au terreau totalement décomposé. Les
    insectes y sont des xylophages, des
    saproxylophages, des mycétophages ou des
    prédateurs. C'est dans cette catégorie qu'on
    rencontre les bioindicateurs forestiers les plus
    pertinents. Les insectes frondicoles,
    phyllophages ou carnivores sont généralement
    moins exigeants sur la qualité du milieu.

45
La Forêt, habitat entomologique
  • La forêt est également souvent le lieu d'une
    activité agricole importante, la sylviculture.
    Dès lors qu'il s'agit de produire, puis de
    vendre, du bois de qualité, de nombreux insectes
    dont le cycle de développement perturbe les
    rendements sylvicoles doivent être considérés
    comme nuisibles à la sylviculture.
  • Ces insectes sont des piqueurs (Hémiptères) des
    broyeurs phyllophages (Hyménoptères symphytes,
    Coléoptères, Diptères) ou des xylophages
    primaires (qui s'attaquent au bois sain) et
    secondaires. D'autres enfin s'attaquent au bois
    coupé, voire au bois ouvré (des Coléoptères comme
    les précédents).
  • Des méthodes de lutte existent contre tous ces
    insectes, méthodes sensiblement différentes de
    celles employées en agriculture, tant pour des
    raisons environnementales que pour des raisons
    d'efficacité.

46
Les principaux ordres dinsectes
Lépidoptères
Éphéméroptères
Trichoptères
Odonates
Diptères
Orthoptères
Hyménoptères
Plécoptères
Siphonaptères
Neuroptères
Mallophages et Anoploures
Dermaptères
Psocoptères
Thysanoures
Thysanoptères
Collemboles
Hémiptères
Protoures
Homoptères
Isoptères
Coléoptères
Mécoptères
Strepsiptères
47
Développement avec transformation incomplète
48
Ephéméroptères éphémères
  • 2 100 espèces - 140 en France
  • Systématique basée sur la nervation alaire
  • Identification difficile
  • Faune mal connue
  • Bons indicateurs de la qualité des eaux (larves)

49
Odonates Libellules
  • 6 000 espèces - 87 en France
  • Systématique basée sur la nervation alaire
  • Identification facile
  • Faune bien connue
  • Mauvais indicateurs de la qualité
  • des eaux (larves et surtout adultes)

50
Plécoptères Perles Plectos plissé
  • 1 900 espèces - 138 en France
  • Systématique basée sur la nervation alaire
  • Identification difficile
  • Faune mal connue
  • Bons indicateurs de la qualité des eaux
    (lotiques)

51
Orthoptères sauterelles-grillons-criquets Orthos
droit
  • 19 000 espèces - 212 en France
  • Systématique basée sur la morphologie des
    antennes et des pattes
  • Identification facile
  • Faune bien connue
  • Bons indicateurs des milieux ouverts
    thermophiles
  • Echantillonnage facile

52
"Orthoptéroïdes" Phasmides - phasmes Dermaptères
- forficules Dictyoptères - mantes, blattes et
termites
  • 12 745 espèces - 56 en France
  • Systématique basée sur des critères
    morphologiques variés
  • Identification facile
  • Faune bien connue
  • Peu de bons indicateurs

53
Hémiptères "Homoptères" cochenilles -
pucerons - cigales et cicadelles Hémi 
moitié Homeo, homo semblables
  • 50 000 espèces 1 100 en France
  • Systématique basée sur la morphologie des pattes
    et des ailes
  • Identification difficile
  • Faune assez bien connue
  • Beaucoup d'espèces nuisibles à l'économie
    humaine
  • Quelques bons indicateurs (cigales et cicadelles)

54
Hémiptères "Hétéroptères" Punaises Hémi 
moitié Hétero dissemblable
  • 33 000 espèces 1 500 en France
  • Systématique basée sur des critères
    morphologiques
  • très variables (ailes, rostre, pattes,
    abdomen)
  • Identification parfois difficile
  • Faune assez mal connue
  • Peu d'indicateurs de qualité des milieux
    (hydrocorises)

55
Thysanoptères Thrips Thysanos frange
  • 5 600 espèces - 346 en France
  • Systématique basée sur la morphologie des ailes
    et de l'abdomen
  • Identification très difficile
  • Faune mal connue
  • Beaucoup d'espèces nuisibles à l'économie humaine

56
"Névroptéroïdes" Névroptères, Mégaloptères,
Raphidioptères ascalaphes, chrysopes et
fourmilions Neuron nerf, nervure
  • 5 445 espèces - 180 en France
  • Systématique basée sur la morphologie alaire
  • Identification généralement assez facile
  • Faune mal connue
  • Quelques bons indicateurs des milieux ouverts

57
Développement avec transformation complète
58
Mécoptères Panorpes Mecos long
  • 500 espèces - 9 en France
  • Familles très différentes d'aspect
  • Identification facile
  • Faune bien connue

59
Trichoptères Phryganes Trichos poil
  • 7 000 espèces - 244 en France
  • Systématique basée sur la morphologie des ailes,
    des pattes et des pièces buccales
  • Identification difficile
  • Faune mal connue
  • Bons indicateurs des milieux aquatiques

60
Lépidoptères Papillons Lepidos écaille
  • 165 000 espèces 5 120 en France (1 200 macros)
  • Systématique basée sur la morphologie des ailes
  • Identification assez facile (macros) - difficile
    (micros)
  • Faune bien connue (macros) - très mal connue
    (micros)
  • Bons indicateurs dans tous les milieux
  • Echantillonnage facile

61
Hyménoptères guêpes, abeilles et fourmis Hymen
mariage
  • 115 000 espèces 8 000 en France (sous-estimée
    ?)
  • Systématique basée sur la morphologie
    thoraco-abdominale
  • Identification généralement très difficile
  • Faune très mal connue (Térébrants notamment)
  • Indicateurs possibles (guêpes, fourmis)
  • Rôle capital pour la pollinisation entomophile

62
Coléoptères Coleos étui, fourreau
  • 330 000 espèces 9 600 en France
  • De loin le plus abondant de tout le règne animal
  • Systématique basée sur la morphologie
    thoraco-abdominale, des antennes et des pattes
  • Identification très difficile, mais espèces
    emblématiques
  • Faune assez bien connue
  • Beaucoup d'indicateurs dans tous les milieux,
    ils sont particulièrement précieux dans les
    milieux boisés
  • Echantillonnage facile dans certains groupes

63
Diptères mouches et moustiques Di deux Pteron
aile
  • 124 000 espèces 6 500 en France (sous-estimée
    ?)
  • Systématique basée sur la morphologie alaire et
    la chétotaxie
  • Identification très difficile, pour spécialistes
  • Faune très mal connue (Nématocères et
    Brachycères)
  • Indicateurs difficiles à utiliser
  • Beaucoup d'espèces nuisibles à l'économie
  • et à la santé humaine

Une seule paire dailes
About PowerShow.com