Chapitre 2 - PowerPoint PPT Presentation

Loading...

PPT – Chapitre 2 PowerPoint presentation | free to download - id: 515f0f-NzczN



Loading


The Adobe Flash plugin is needed to view this content

Get the plugin now

View by Category
About This Presentation
Title:

Chapitre 2

Description:

Chapitre 2 L orthographe d usage On distingue habituellement : l orthographe grammaticale qui d finit la fa on d indiquer graphiquement les l ments ... – PowerPoint PPT presentation

Number of Views:75
Avg rating:3.0/5.0
Slides: 67
Provided by: Oliv45
Learn more at: http://coursmf.files.wordpress.com
Category:

less

Write a Comment
User Comments (0)
Transcript and Presenter's Notes

Title: Chapitre 2


1
Chapitre 2
  • Lorthographe dusage

2
  • On distingue habituellement 
  • lorthographe grammaticale qui définit la façon
    dindiquer graphiquement les éléments variables
    des mots (règles daccords, conjugaisons,).

3
  • Exemple
  • La tour penchée de Pise est un des monuments les
    plus remarquables que les touristes aient vus en
    parcourant lItalie.

4
  • lorthographe dusage (ou lexicale) qui définit
    la façon décrire les mots du lexique
    indépendamment de leur usage dans la phrase ou le
    texte.

5
Première remarque
  • Lorthographe lexicale relève aussi dune
    certaine logique, elle nest donc pas
    complètement le fait de larbitraire. Certaines
    règles la régissent.

6
  • Exemples
  • Plus impérieuse dailleurs que toute autre, la
    nécessité de la nourriture pousse les animaux à
    vivre en société et à sentraider. Observez deux
    fourmis appartenant à la même colonie quand
    elles se rencontrent loin de leur fourmilière,
    lune et lautre se livrent par des mouvements
    dantennes qui sont un vrai langage, à une
    mystérieuse conversation.

7
Deuxième remarque
  • Il faut disposer du contexte (cest-à-dire voir
    lusage du mot dans la phrase) pour connaître
    lorthographe de certains mots. Cest ce qui
    permettra de distinguer à lécrit des mots qui se
    prononcent de la même façon mais de sens
    différents (les homophones).

8
  • Exemples
  • Plus impérieuse dailleurs que toute autre, la
    nécessité de la nourriture pousse les animaux à
    vivre en société et à sentraider. Observez deux
    fourmis appartenant à la même colonie quand
    elles se rencontrent loin de leur fourmilière,
    lune et lautre se livrent par des mouvements
    dantennes qui sont un vrai langage, à une
    mystérieuse conversation.

9
Les  règles  de lorthographe dusage
  • Les règles décriture des divers signes
    diacritiques
  • Lemploi du trait dunion
  • Les consonnes géminées
  • Autres particularités  m  devant  m, b, p 
     c  ou  qu , etc.
  • Les mots de racine grecque
  • Les homophones  lexicaux 

10
2.1. Les règles décriture des divers signes
diacritiques
  • Un signe diacritique est un signe accompagnant
    une lettre ou un graphème (accents, tréma et
    cédille en français lumlaut en allemand le
    tilde espagnol).

11
  • Son objectif est de 
  • modifier la valeur phonétique de la lettre (ou du
    graphème) 
  • permettre une lecture plus précise (les
    diacritiques ne sont alors pas obligatoires) 
  • éviter une ambiguïté entre des homographes.

12
  • Le français possède
  • quatre signes diacritiques suscrits laccent
    aigu (), laccent grave (), laccent
    circonflexe () et le tréma ().
  • un signe diacritique souscrit la cédille (ç).

13
  • deux ligatures  æ   et  œ   (curriculum
    vitae, œsophage)
  • des signes diacritiques occasionnels et
    facultatifs ceux-ci concernent exclusivement les
    mots dorigine étrangère.
  • Exemple le  n tilde  dans  cañon  (que lon
    peut écrire également  canyon ), le  a rond en
    chef  (que lon trouve dans  ångström , noté
    également angström).

14
Les accents aigu, grave et circonflexe
  • Trois valeurs
  • Une valeur phonogrammique ils notent la
    prononciation dun son.
  • Laccent aigu beauté, blé, témérité, désir,
  • Laccent grave il a-chè-te, un procès
  • Laccent circonflexe fête, pôle, mâle

15
  • 2. Une valeur logogrammique ils permettent de
    distinguer des homophones.
  • laccent grave sur le  a  et le  u 
  •  il a  vs  à Paris   toi ou moi  vs  la
    ville où je suis née 
  • laccent circonflexe  mur  vs  mûr 
     tâche  vs  tache 

16
  • 3. Une valeur morphogrammique par souci
    danalogie, le circonflexe sest étendu à
  • certaines séries lexicales frôler, frôlement
    câbler, câblage
  • certaines séries grammaticales nous chantâmes

17
  • Compte tenu de certaines irrégularités demploi,
    les Rectifications de 1990 ont proposé que
  • crémerie gt crèmerie événement gt évènement,
  • amoncelle gt il amoncèle
  • coût gt cout disparaître gt disparaitre
  • Mais jeûne vs jeune

18
Le tréma
  • On met un tréma sur une voyelle pour indiquer
    quelle se détache de celle qui la précède.
  • Exemples
  • haïr, héroïne, aïeul, Israël, canoë, capharnaüm.
  • Compte tenu de certaines irrégularités demploi,
    les Rectifications de 1990 proposent
  • ambiguë gt ambigüe
  • une gageure gt une gageüre

19
La cédille
  • La cédille se place sous le  c  devant  a, o,
    u  quand le  c  doit conserver le son s.
  • Exemples elle avançait, un garçon, un reçu
  • Devant les voyelles  e, i, y , la lettre  c 
    se passe de cédille pour noter s.
  • Exemples cent, ciel, cygne

20
2.2. Le trait dunion
  • Note il ne faut pas confondre le trait dunion
    (ou tiret court) avec le tiret (ou tiret
    demi-cadratin ou cadratin, vu au chapitre
     ponctuation ).
  • Le trait dunion occupe différents rôles
  • un rôle typographique coupure en fin de ligne
  • un rôle syntaxique crois-tu, moi-même, nu-tête,
    celui-ci
  • un rôle lexical timbre-poste, chou-fleur

21
  • Compte tenu de certaines irrégularités demploi,
    les Rectifications de 1990 ont proposé que
  • la soudure soit pratiquée dans un certain nombre
    de mots (entremets, contremploi, infrarouge,
    agroalimentaire, coincoin, cowboy, portemanteau)
  • - les numéraux composés soient systématiquement
    reliés par des traits dunion (ex. 
    vingt-et-un-mille-six-cent-deux,
    quatre-centième).

22
Exercice 1
  • Replacez correctement les accents et les signes
    auxiliaires.
  • Un evenement
  • un événement (A.O.)
  • un évènement (N.O.) ? sur le modèle davènement)
  • Je protegerai
  • Je protégerai (A.O.)
  • Je protègerai (N.O.) ? harmonisation sur la
    prononciation ?

23
  • Des sa sortie
  • Dès sa sortie ? laccent grave a ici une fonction
    distinctive par rapport à  des  (article
    indéfini)
  • Celui-la
  • Celui-là ? dans la particule associée au pronom
    démonstratif  celui 

24
  • En-deça
  • En-deçà ? mais  cela  et  ça  sans accent
    sauf dans  çà et là 
  • Mettre le hola
  • Mettre le holà ? interjection qui sert à arrêter,
    composée de  ho  et là .

25
  • La cote
  • La côte ? kot os, littoral ou relief ( ô  en
    position de syllabe graphique ouverte  cô-te ).
  • La cotte
  • La cotte ? k?t habit ( o  en position de
    syllabe graphique fermée  cot-te )

26
  • Le cone
  • Le cône ? o fermé long
  • Mais conique
  • Conique ? les dérivés ne gardent pas toujours
    laccent circonflexe du mot de base, mais sil
    sagit dune même famille lexicale!
  • La grace
  • La grâce ? a antérieur long (différent de
     grasse )
  • Mais gracieux
  • Gracieux ? même remarque que supra.

27
  • Pecher un poisson
  • Pêcher un poisson
  • Pecher et se repentir
  • Pécher et se repentir
  • laccent a ici un rôle logogrammique (aide à
    distinguer des homonymes)

28
  • La lecon
  • La leçon ? cédille devant le  o  (car s)
  • Cirer
  • Cirer ? pas de cédille devant le  i  (car s)

29
  • Le cepage
  • Le cépage ? pas de cédille devant  é  (car
    se)
  • La facade
  • La façade ? cédille devant le  a  (car s)
  • Un apercu
  • Un aperçu ? cédille devant le  u  (car s)

30
  • Un capharnaum
  • Un capharnaüm ? pour indiquer une disjonction
    dans la prononciation des voyelles (on ne
    prononce pas kafarnom!)
  • Un aieul
  • Un aïeul ? le tréma indique ici que le son yod
    transcrit ï appartient à la seconde syllabe (a
    -jœl et non aj - œl)

31
  • S il vous plait
  • Sil vous plaît (A.O.)
  • Sil vous plait ? apostrophe pour indiquer une
    élision ( i  de  si ) aucun trait dunion
    (à la différence de  cest-à-dire ) laccent
    circonflexe sur le  i  nest plus obligatoire
  • Un compte rendu
  • Un compte rendu ? mot composé sécrivant sans
    trait dunion.

32
  • Un va nu pieds
  • Un va-nu-pieds ? suite de mots figée réclamant
    des traits dunion
  • Allez vous en
  • Allez-vous-en ?traits dunion entre le verbe et
    les pronoms clitiques qui le suivent.

33
  • Va t en
  • Va-ten ? trait dunion entre  va  et le pronom
     te  élidé (t) ici, il ne sagit pas du
     t  euphonique!
  • Mais on aura par contre  un va-t-en-guerre  car
    le  t  ici est euphonique.

34
2.3. Les consonnes géminées
  • Une des plus importantes sources derreurs
    orthographiques!
  • Deux raisons
  • La prononciation de la consonne double ( mal 
    vs  malle )
  • Il existe souvent des disparités ( monnaie 
    mais  monétaire  ).

35
Existe-t-il des règles?
  • NON! Toutefois, certains  principes  peuvent
    aider à identifier les mots contenant des
    consonnes doubles.
  • 1. Cinq consonnes ne doublent jamais  j ,
     q ,  v ,  w ,  x .
  • 2. Deux consonnes doublent rarement  h 
    (wahhabisme) et  k  (drakkar).

36
  • 3. Quatre consonnes doublent un peu plus
    fréquemment  b  (sabbat),  d  (pudding),
     g  (toboggan),  z  (jazz). On constate que
    ces mots sont souvent empruntés à des langues
    étrangères.

37
  • 4. Restent neuf consonnes
  •  c ,  f ,  l ,  m ,  n ,  p ,  r ,
     s ,  t 
  • Doublements de consonnes les plus fréquents
  • Le  l  est la consonne la plus souvent doublée
  • Le  s  vient ensuite pour transcrire le son s
    (tendresse).
  • Le  n  (bonbonne, colonne, rationnel).

38
Surveillez lentourage de ces neuf consonnes!
  • Le  s  entre deux voyelles.
  • Attention vraisemblable, contresens, parasol,
  • Après une voyelle  e  prononcée ? aberrant,
    échelle,

39
  • Cas où le doublement ne survient jamais (insecte,
    rôtir, maire,)
  • On note que les consonnes doubles apparaissent
    souvent
  • à la jonction dun préfixe et dun radical
    (surréalisme, accaparer, supplémentaire,)
  • à la jonction dun radical et dun suffixe
  • (évidemment, raisonner,)

40
  • Certaines Rectifications orthographiques de 1990
    concernent le doublement des consonnes
  • Les verbes en eler et en eter se conjuguent
    dorénavant sur le modèle de  peler  et
     acheter .
  • Les mots terminés par olle et par otter ne
    prennent désormais plus quun seul l ou quun
    seul t (corolle gt corole).
  • On supprime certaines anomalies (chariot gt
    charriot sur le modèle de charrette boursoufler
    gt boursouffler sur le modèle de souffler).

41
Exercice 12
  • Formation des adverbes en -ment
  • 1. Adjectif au féminin ment
  • Franc gt franchement net gt nettement
  • Dans ce cas, un seul  m !
  • 2. Adjectif terminés par a (nt) ou e (nt)
    mment
  • Constant gt constamment évident gt évidemment
  • 3. Adjectif terminés par ai, é, i, u ment
  • Vrai gt vraiment décidé gt décidément indéfini gt
    indéfiniment éperdu gt éperdument

42
  1. Curieusement (curieux règle 1)
  2. Brusquement (brusque règle 1)
  3. Inopinément (inopiné règle 3)
  4. Malheureusement (malheureux règle 1)
  5. Effectivement (effectif règle 1)
  6. Parfaitement (parfait règle 1)

43
  • 7. Partiellement (partiel règle 1)
  • 8. Couramment (courant règle 2)
  • 9. Récemment (récent règle 2)
  • 10. Élégamment (élégant règle 2)
  • 11. Constamment (constant règle 2)
  • 12. Évidemment (évident règle 2)

44
  • 13. Précipitamment (précipitant règle 2)
  • 14. Fréquemment (fréquent règle 2)
  • 15. Graduellement (graduel règle 1)
  • 16. Ardemment (ardent règle 2)
  • 17. Apparemment (apparent règle 2)
  • 18. Sauvagement (sauvage règle 1)

45
  • 19. Pesamment (pesant règle 2)
  • 20. Consciemment (conscient règle 2)
  • 21. Différemment (différent règle 2)
  • 22. Incessamment (incessant règle 2)
  • 23. Bruyamment (bruyant règle 2)
  • 24. Éminemment (éminent règle 2)

46
2.4. Autres particularités
  • Valeurs de position particulières
  • Le s est transcrit  t  (exécution,
    substantiel,)
  • Le k est souvent transcrit  qu  dans les
    finales de conjugaisons ( fabriquer  gt  nous
    fabriquons  et non  nous fabricons ).

47
  • Valeurs auxiliaires particulières
  • Une voyelle après un  x  gz exonérer.
  • Un  c  après  x  k excès.
  • - Un  e  après un  g  ? (devant a, o, u)
    elle bougeait.
  • Un  u  après un  g  g (devant e et i)
    une langue
  • Attention nous naviguons
  • Le  h  tréma ébahi, bahut,

48
  • Les familles de mots
  • Un mot appartenant à une famille peut aider à
    comprendre et à retenir lorthographe dun autre
    mot
  • Pulsation ? pouls suspecter ? suspect crochet ?
    croc nidification ? nid plombier? plomb.
  • Les consonnes muettes des différents mots en
    italique sont des morphogrammes lexicaux.

49
  • Exercice 14
  • Cerceau
  • Cercle
  • Arceau
  • Arc
  • Badaud
  • Badauderie
  • Échafaud
  • Échafaudage

50
  • Réchaud
  • Chaude
  • Taux
  • Taxe
  • Spacieux
  • Espace
  • Acrobatie
  • Acrobate

51
  • Partiel
  • Partie
  • Contraire
  • Contrariété
  • Écorce
  • Écorcher
  • Freiner
  • Effréné

52
  • Insulaire
  • Insularité
  • Respect
  • Respecter
  • Importun
  • Importuner
  • Rein
  • Rénal

53
  • Populaire
  • Population
  • Minerai
  • Minéral
  • Rets
  • Réseau
  • Serein
  • Sérénité

54
  • Chandelier
  • Candélabre
  • Baignade
  • Balnéaire
  • Vain
  • Vanité

55
2.5. Les mots de racine grecque
  • Le français a emprunté de nombreux mots savants
    au grec (identifiables via graphie)
  • - le son k transcrit  ch  chiromancie,
    synchronie.
  • le son t transcrit  th  théâtre, athlète.
  • le son f transcrit  ph  physiologie.
  • le son i transcrit  y  glycérine.

56
2.6. Les homophones lexicaux
  • Un homophone est un mot dont la prononciation
    est identique à celle dun autre mot mais dont le
    sens diffère.
  • On distingue les homophones lexicaux et les
    homophones grammaticaux.

57
  • Quand il y a ressemblance entre des mots lexicaux
    (verbes, noms, adjectifs, adverbes), on parle
    dhomophonie lexicale.
  • Exemples lhôtel/ lautel sceptique/septique
    dégoûter/dégoutter.

58
  • On parle plutôt dhomophones grammaticaux lorsque
    la ressemblance existe entre des mots
    grammaticaux, cest-à-dire les déterminants, les
    pronoms, les prépositions et les conjonctions.
  •  Exemples a/à son/sont cest/ces/ses.

59
Exercice 27
  • Le misérable patrimoine était devenu si .
    etik , si souffreteux, si chétif, si diaphane,
    qu'on voyait la misère au travers. (Sue)
  • Éthique ou étique?
  • ? synonyme maigre ? étique
  • On rechercha les causes de la période .
    glasj?r du quaternaire dans un changement de
    l'inclinaison de l'axe des pôles. (Furon)
  • Glaciaire ou glacière?
  • ?ce mot est ici adjectif ? glaciaire

60
  • Le 14 mai 1643 en effet disparaît ce prince à la
    fois timide et sublime, héros et . martir
    de l'idée monarchique. (Brasillach)
  • Martyre ou martyr?
  • ? On parle ici de lhomme et non du supplice ?
    martyr
  • Dans l'après-midi du dimanche, les voisins
    partaient faire une . balad à bicyclette,
    ils allaient se baigner à une dizaine de
    kilomètres de là... (TLF)
  • Ballade ou balade?
  • Il sagit ici dune promenade ? balade

61
  • La cuisson à 100 degrés ne suffit pas pour
    enlever au sang en décomposition ses propriétés
    .. s?ptik, car cette température tue bien
    les microbes, mais non leurs germes ou spores.
    (Trouessart)
  • Sceptique ou septique?
  • ? Qui produit des agents pathogènes ? septiques
  • Même Madame Vogel, qui regardait tout artiste
    comme un fainéant, n'osait pas lui reprocher,
    d'une façon agressive, comme elle en avait envie,
    les heures qu'il passait à baje aux
    corneilles, le soir, à la fenêtre de sa mansarde,
    ... (Rolland)
  • Bâiller ou bayer?
  • ? Dans cette expression, on aura bayer.

62
  • Le syllogisme est un raisonnement composé de deux
    .. premis et d'une conclusion.
    (Ampère)
  • Prémices ou prémisses?
  • ?propositions de départ dun syllogisme ?
    prémisses
  • Chez certaine .. r?n?t, des têtards soumis
    à une température élevée deviennent tous mâles.
    (Cuénot)
  • Rainette ou reinette?
  • Il sagit de la grenouille ? rainette

63
  • Un jour, Mrs Brydge Williams lui a demandé d'être
    son exécuteur testamentaire et d'accepter un
    . l? important. (Maurois)
  • Laie/ lait / legs / laid / lai / let?
  • ? Il sagit du don, de ce qui a été légué ? legs
  • Elle but quelques gorgées de vin chaud avec
    recueillement comme si elle eût interrogé un
    .filtr de vérité. (Beauvoir)
  • Filtre ou philtre?
  • potion, breuvage ? philtre

64
  • La pluie lui (imparfait de degute) le
    long du cou elle se releva, elle s'en alla sur
    le boulevard extérieur. (Zola)
  • Dégoûtait ou dégouttait?
  • sécoulait ? dégouttait
  • L'ensemble des syndicats de .??mino
    français ont appelé mercredi à une grève
    illimitée à partir du 12 octobre, en lien avec
    d'autres secteurs des transports, pour s'opposer
    à la réforme des retraites. (Bon)
  • Chemineaux ou cheminots?
  • Agents de chemin de fer ? cheminots
  • Un chemineau est un vagabond.

65
  • À force de jouer, les doigts se coupent contre
    les lyres, les .. ar?e tirent de l'arc, les
    flèches volent, les épées brillent... (Flaubert)
  • Archer ou archet?
  • Tireur à larc ? archer
  • La corde, je l'avais montée au lac Noir, avec des
    .. pit? et des anneaux. (Peyré)
  • Python ou piton?
  • ? Outil qui permet de saccrocher ? piton

66
  • Il s'était installé dans ce fromage considérable
    avec le sentiment qu'il atteignait au ..
    f?t de sa vie à une œuvre digne de son
    prestigieux mérite. (Duhamel)
  • Fait/ faîte/ fêtes?
  • ? Pus haut point ? faîte
About PowerShow.com