MACROCONOMIE - PowerPoint PPT Presentation

Loading...

PPT – MACROCONOMIE PowerPoint presentation | free to view - id: 2a26d9-ZDc1Z



Loading


The Adobe Flash plugin is needed to view this content

Get the plugin now

View by Category
About This Presentation
Title:

MACROCONOMIE

Description:

B / La macro conomie n'est-elle pas simplement une branche de la micro conomie ? ... La macro conomie s'int resse une multitude de questions. il n'existe pas de mod le ... – PowerPoint PPT presentation

Number of Views:176
Avg rating:3.0/5.0
Slides: 61
Provided by: sardinje
Category:

less

Write a Comment
User Comments (0)
Transcript and Presenter's Notes

Title: MACROCONOMIE


1
MACROÉCONOMIE
2
Bibliographie de base
  • G. Mankiw. Macroéconomie. De Boeck. 2003
  • M. Burda et C. Wyplosz. Macroéconomie, une
    perspective européenne. De Boeck. 2006
  • M. Dévoluy. Théories macroéconomiques. Armand
    Colin, 1998
  • A. Bénassy-Quéré, B. Coeuré, P. Jacquet et J.
    Pisani-Ferry. Politique économique. De Boeck. 2004

3
Lectures complémentaires
  • Problèmes économiques
  • Le Monde de l'économie (mardi)
  • INSEE. L'économie française 2007.
  • OFCE. L'économie française 2007. Repères, La
    Découverte
  • Revue de l'OFCE
  • Rapports du Conseil danalyse économique
  • Perspectives économiques de l'OCDE

4
Chapitre 1
  • La macroéconomie un aperçu

5
En guise d'introduction
  • Tout ce qui est fondamental est microéconomique,
    tout ce qui est important est macroéconomique.
  • Serge Christophe Kolm

6
I. Macroéconomie et Microéconomie
A / En quoi la macroéconomie diffère-t-elle de la
microéconomie ?
B / La macroéconomie nest-elle pas simplement
une branche de la microéconomie ?
1 - Les défauts de coordination des marchés
2 - Le choix des variables expliquées
3 - Le passage de la microéconomie à la
macroéconomie un exemple de sophisme de
composition
C / Pourquoi la macroéconomie est-elle si
éclectique ?
7
II. Les origines de la macroéconomie moderne 1
A / La grande dépression la naissance de la
macroéconomie moderne
B / Les années 1930-60 la révolution keynésienne
C / Les années 1970-80 la contre-révolution
monétariste
1 - Les premiers détracteurs Friedman et le
courant monétariste
a) Les outils de la contre-révolution
  • Une nouvelle fonction de consommation
  • La réhabilitation de la théorie quantitative
  • Lexistence dun taux de chômage naturel

8
II. Les origines de la macroéconomie moderne 2
b) Le message de la contre-révolution
l'inefficacité relative des politiques
conjoncturelles
  • La relance monétaire en question
  • La relance budgétaire en question

2 - La radicalisation des thèses monétaristes
la nouvelle économie classique (NEC)
a) Au fondement de la NEC les anticipations
rationnelles
b) L'inefficacité radicale des politiques
conjoncturelles
  • Retour sur l'arbitrage inflation/chômage
  • La neutralité de la relance budgétaire
  • La politique conjoncturelle, prise en défaut de
    crédibilité
  • Quelle politique économique mener ?

9
II. Les origines de la macroéconomie moderne 3
3 - Les effets désincitatifs de l'intervention
étatique l'école de l'offre
G. Gilder Richesse et pauvreté (1980)
a) La courbe de Laffer
b) Une courbe contestée
4 - Conclusion
D / Les années 1980 La réaffirmation de la
théorie keynésienne
1 - La théorie de la croissance endogène
a) Le rôle du progrès technique
b) Les implications en matière de politique
économique
10
II. Les origines de la macroéconomie moderne 4
2 - La nouvelle économie keynésienne
a) La réhabilitation de la théorie keynésienne
b) Les fondements de la Nouvelle économie
keynésienne lanalyse des rigidités
  • Contrats, syndicats et insiders
  • Asymétries d'information et salaire
    d'efficience
  • Coûts de menu et quasi-rationalité

Akerlof et Yellen
  • Asymétrie d'information et marchés de clientèle
  • Rationnement du crédit

Stiglitz et Weiss
c) Les enseignements de la nouvelle économie
keynésienne
11
III. La macroéconomie et la politiques économique
A / Les objectifs économiques
lt
B / Les politiques économiques
lt
C / Macroéconomie et politique
1 - Lindicateur de malaise
lt
2 - Les analyses économétriques de Fair
lt
12
En quoi la macroéconomie diffère de la
microéconomie ?
  • La microéconomie
  • tente d'expliquer le comportement économique
    d'unités ou d'agents économiques particuliers
  • ou concentre son attention sur le marché d'un
    bien précis
  • Le souci principal de la microéconomie
  • est l'allocation optimale des ressources rares

13
En quoi la macroéconomie diffère de la
microéconomie ?
  • La macroéconomie
  • sintéresse aux phénomènes économiques globaux
    (échelle nationale ou internationale)
  • cherche à expliquer la détermination et
    lévolution de variables agrégées
  • Le souci principal de la macroéconomie
  • est détudier les effets de la politique
    économique
  • La macroéconomie elle-même est divisée en un
    certain nombre de branches

14
Les défauts de coordinationdes marchés 1
  • Les principes microéconomiques
  • constituent le fondement du comportement
    individuel
  • Le comportement collectif
  • résulte de décisions individuelles
  • prises sans connaissance complète des agissements
    des autres
  • Keynes a mis en avant le concept de défaut de
    coordination
  • Exemple un consommateur souhaite acheter une
    voiture mais ne dispose pas du revenu nécessaire

15
Les défauts de coordinationdes marchés 2
  • C'est en principe aux prix et aux marchés qu'est
    assigné le rôle de coordination
  • S'ils ne l'assurent pas correctement léconomie
    peut rester durablement en déséquilibre
  • Exemple une récession accompagnée de chômage
  • Les mécanismes du marché
  • tendent à corriger progressivement ce type de
    déséquilibre
  • mais la période dajustement peut être longue

16
Les défauts de coordinationdes marchés 3
  • Ces défauts de coordination
  • Sont à l'origine de la macroéconomie
  • À mesure que la microéconomie a intégré ces
    défauts
  • la distinction micro/macro s'est peu à peu
    atténuée
  • Une bonne théorie macroéconomique
  • doit reposer sur des fondements microéconomiques
    rigoureux

17
Le choix des variables expliquées
  • Les modèles
  • permettent de faire abstraction de détails
    inutiles
  • font apparaître plus clairement les relations
    importantes
  • Les variables
  • exogènes
  • endogènes

18
Le choix des variables expliquées
19
Le passage de la microéconomie à la macroéconomie
  • Le sophisme de composition
  • ce qui est vrai pour un individu ne l'est pas
    forcément pour un groupe
  • justifie deux niveaux danalyse (micro/macro)
  • Exemple
  • une hausse de la propension à épargner
  • La réalité macroéconomique
  • n'est pas indépendante des décisions prises au
    niveau microéconomique
  • mais elle ne se réduit pas non plus à ce seul
    niveau

20
Pourquoi la macroéconomie est-elle si éclectique
? /1
  • La macroéconomie s'intéresse à une multitude de
    questions
  • il n'existe pas de modèle unique pour répondre à
    toutes ces questions
  • il existe de nombreux modèles - chacun étant
    adapté à un type particulier de question
  • La complexité du champ détude exige des
    simplifications
  • Conséquences des simplifications
  • Confrontation avec les faits (présent/passé)

21
Pourquoi la macroéconomie est-elle si éclectique
? /2
  • Quand un modèle ne parvient pas à expliquer la
    réalité
  • faut-il changer radicalement la structure du
    modèle
  • ou simplement changer certaines de ses
    hypothèses ?
  • Deux illustrations
  • un changement radical Keynes
  • une modification des hypothèses les chocs
    doffre

22
La dépression des années 1930 /1
Source FMI, Perspectives de léconomie
mondiale, Avril 2002
23
La dépression des années 1930 /2
24
La dépression des années 1930
  • Les économistes classiques
  • Pigou, Marshall
  • Analyse économique
  • il peut exister de brèves périodes de chômage
  • mais les forces du marché rétabliront rapidement
    le plein emploi
  • effet dencaisses réelles de Pigou
  • C C(Y, M/P)
  • Politique économique
  • principe du laissez-faire

25
La révolution keynésienne /1
  • 1936 La naissance de la macroéconomie moderne
  • Théorie générale de lemploi, de lintérêt et de
    la monnaie
  • Lanalyse économique de Keynes
  • l'économie peut senliser dans une situation de
    sous emploi
  • le marché du travail peut être durablement en
    déséquilibre
  • La politique économique de Keynes
  • la politique budgétaire peut sortir l'économie de
    la récession

26
La révolution keynésienne /2
  • Keynes et les Keynésiens
  • de nombreux disciples
  • deux points communs
  • La mise à lépreuve de la théorie keynésienne
  • Laprès guerre
  • Les années 1960

27
La révolution keynésienne /3
  • La théorie de la croissance
  • Origines
  • prédiction d'un état stationnaire démentie
  • expliquer les facteurs de la croissance des
    Trente Glorieuses
  • Le modèle dHarrod-Domar
  • g ? gw s/v (sS/Y, vK/Y)
  • instabilité de la croissance (fil du rasoir)
  • Le modèle de Solow
  • La flexibilité du ratio K/L garantie une
    croissance équilibrée

28
La révolution keynésienne /4
  • La comptabilité de la croissance
  • États-Unis Denison
  • France Carré, Dubois, Malinvaud (1973)

(Taux de croissance annuels sur la période, en )
 
29
La contre révolution monétariste /1
Source FMI, Perspectives de léconomie
mondiale, Octobre 1996
30
La révolution keynésienne /3
  • Friedman et les monétaristes
  • une critique essentiellement interne
  • Les  nouveaux classiques 
  • la recherche des fondements microéconomiques
  • L'école de l'offre
  • les effets désincitatifs de l'intervention
    étatique

31
Une nouvelle fonction de consommation
  • Fonction de consommation keynésienne
  • C C(Y)
  • Y revenu courant
  • propension à consommer C/Y stable, décroissante
    avec Y
  • décroissance de C/Y réfutée par Kuznets
  • Fonction de consommation de Friedman
  • Y YP YT
  • YP revenu permanent
  • YT revenu transitoire
  • C C(YP)
  • Propension à consommer C/YP stable
  • Propension à consommer C/Y instable

32
La réhabilitation de la théorie quantitative
  • Théorie quantitative de la monnaie
  • Principe léquation de Fisher
  • MV PY
  • M Masse monétaire
  • V Vitesse de circulation de la monnaie
  • P niveau des prix
  • Y Production réelle
  • Exemple
  • M 1 000
  • P x Y 4 000
  • Implication la neutralité de la monnaie
  • Stabilité de la fonction de demande de monnaie

Milton Friedman Studies in the quantity
theory of money (1956)
33
Le taux de chômage naturel
  • Définition
  • taux qui découlerait du système d'équilibre
    général si les caractéristiques structurelles
    effectives des marchés y étaient intégrées
  • imperfections du marché
  • variabilité aléatoire des offres et des demandes
  • coût de collecte de l'information sur les
    emplois vacants
  • coûts de mobilité, etc
  • Propriétés
  • Stabilité du taux de chômage naturel
  • Le taux effectif gravite autour du taux naturel
  • Le chômage naturel est un phénomène structurel

34
La relance monétaire en question 1
La courbe de Phillips
  • Décroissante
  • Non linéaire
  • Stable
  • Détermine le NAWRU

NAWRU Non Accelerating Wage Rate of Unemployment
35
La relance monétaire en question 2
  • Conséquence de la stabilité de la courbe de
    Phillips
  • Efficacité dune relance monétaire
  • Friedman remet en cause la stabilité de la courbe
    de Phillips (1968)
  • Hypothèse danticipations adaptatives

36
La relance monétaire en question 3
? M
? ? W/P
? ? U
illusion monétaire
? Pe
? ? W/P
? ? U
37
La relance monétaire en question 4
  • perception
  • mise en uvre
  • réaction

38
La relance budgétaire en question
  • Leffet déviction
  • réduit l'efficacité du multiplicateur de dépenses
    publiques
  • Pour les keynésiens
  • l'effet d'éviction est considéré comme partiel
  • La demande de monnaie est très élastique au taux
    dintérêt
  • Pour Friedman
  • l'effet d'éviction est presque total
  • La demande de monnaie est peu élastique au taux
    dintérêt

relance budgétaire financée par l'emprunt
39
La nouvelle économie classique (NEC)
  • Les auteurs
  • Lucas, Barro, Sargent, Wallace
  • Une radicalisation des thèses monétaristes
  • La monnaie est totalement neutre
  • Les politiques conjoncturelles sont absolument
    inefficaces
  • Les fluctuations économiques sont la réponse
    optimale de l'économie à des chocs exogènes
  • Théorie des cycles réels De Long, Plosser,
    Kydland, Prescott

40
Au fondement de la NEC  les anticipations
rationnelles /1
  • Hypothèse d'anticipations rationnelles
  • introduite par J. Muth dès 1961
  • reprise par Lucas (prix Nobel en 1995) en 1972
  • Principe
  • Anticipations rétrospectives
  • Anticipations prospectives
  • E Espérance mathématique des prix pour la
    période t
  • At-1 ensemble dinformation dont disponible en
    t 1

41
Au fondement de la NEC  les anticipations
rationnelles /2
  • Propriétés
  • Anticipations fondées sur la théorie économique
  • Les agents tirent parti de toute linformation
    disponible et pertinente
  • Pas derreur de prévision systématique
  • Exemple
  • Les anticipations dinflation

42
Les nouveaux classiques et la courbe de Phillips
43
La neutralité de la relance budgétaire
  • Théorème de l'équivalence ricardienne
  • Robert Barro (1974)
  • Équivalence entre financement par lemprunt ou
    par limpôt
  • Absence dillusion fiscale
  • Généralisation à un cadre intergénérationnel
  • Critiques de léquivalence ricardienne
  • Tests empiriques
  • Niveau du déficit budgétaire 
  • L'hypothèse de comportement des agents
  • Financement du service de la dette
  • g gt i

44
La neutralité de la relance budgétaire
45
La politique conjoncturelle, prise en défaut de
crédibilité
  • Débat sur la crédibilité des politiques de
    relance  discrétionnnaires
  • Kydland et Prescott (1977)
  • Le gouvernement peut revenir sur ses engagements
  • Exemple une politique de lutte contre
    linflation
  • Les effets d'une politique monétaire
    discrétionnaire
  • Barro et Gordon (1983)
  • Les ménages déterminent le salaire nominal
  • Puis la Banque centrale fixe son offre de monnaie
  • et donc le salaire réel
  • Biais inflationniste
  • Lincohérence temporelle des politiques optimales

46
Quelle politique économique mener ?
  • La politique économique doit être fondée sur des
    règles
  • Les règles de comportement
  • Acquérir une bonne réputation
  • Importer la crédibilité en sarrimant à une
    monnaie forte
  • En nommant à la tête de la banque centrale un
    conservateur (Rogoff, 1985)
  • Les règles de droit 
  • Rendre inconstitutionnel le déficit budgétaire
  • Indépendance de la banque centrale

47
La courbe de Laffer
Effet de substitution
Effet de revenu
Une idée ancienne A. Smith (1776), J. Dupuit
(1844)
48
Une courbe contestée
  • Elle suppose une courbe d'offre de travail coudée
  • Difficulté de connaître la forme de la courbe et
    le taux d'imposition optimal
  • Une analyse partielle 
  • Critiquée, elle inspire de nombreuses réformes
    fiscales
  • États-Unis Economic Recovery Tax Act (1981)
  • 1981 70 ? 50
  • 1986 50 ? 28

49
Conclusion
  • La contre-révolution néoclassique a exercé une
    influence importante
  • Elle na pas totalement évincé les thèses
    keynésiennes
  • Une critique essentiellement externe des thèses
    keynésiennes 
  • Certains de ses  outils  sont à présent
    largement acceptés

50
La théorie de la croissance endogène /1
  • Un regain dintérêt pour la théorie de la
    croissance
  • Faible croissance dans les principaux pays
    industrialisés au cours des années 1970
  • De nombreux secteurs connaissent de plus en plus
    de difficultés
  • notamment en raison de la concurrence étrangère
  • Deux questions
  • Pourquoi le taux de croissance est élevé à
    certaines périodes puis connaît un ralentissement
    ?
  • Pourquoi certaines économies bénéficient-elles
    dune croissance plus forte que les autres ?

51
La théorie de la croissance endogène /2
  • La nouvelle économie de la croissance
  • Auteurs
  • Paul Romer, Robert Lucas
  • Caractéristiques
  • prolonge lanalyse développée par Solow
  • intègre les développements les plus récents de la
    théorie économique
  • concurrence imparfaite
  • changement technique
  • accorde une place importante au commerce
    international

52
Le rôle du progrès technique
  • Le point de départ
  • Une remise en cause des explications en termes de
    progrès technique exogène
  • Le progrès technique exogène est une  boite
    noire 
  • Le progrès technique exogène suppose une
    convergence
  • Lhypothèse centrale
  • Le rendement du capital est constant et non
    décroissant
  • Plus on investit, plus la croissance tend à
    augmenter
  • Externalités positives
  •  RD, politique économique, libre échange,
    infrastructures

53
Implications pour la politique économique
  • Une réhabilitation du rôle de l'État
  • Du fait des externalités
  • le rendement privé de l'investissement est
    différent de son rendement social
  • L'État
  • peut inciter les entreprises à investir
  • par un système de subventions ou de détaxes
  • peut lui-même procéder à des investissements
  •  Interventions sélectives au Japon, en Corée,

54
La réhabilitation de la théorie keynésienne
  • Le problème du chômage
  • Les fondements microéconomiques de la rigidité
    des prix et des salaires
  • Ball, Mankiw et Romer (1988)

55
Contrats, syndicats et insiders
  • Lexistence de contrats de travail
  • explique la rigidité à court terme des salaires
    nominaux
  • La théorie des contrats implicites
  • Azariadis (1975)
  • Le rôle des syndicats
  • La théorie insiders/outsiders
  • Lindbeck et Snower (1988) 

56
Les objectifs économiques
  • Des objectifs macroéconomiques multiples
  • Principaux objectifs
  • Autres objectifs
  • Les conflits entre les objectifs
  • La hiérarchie entre les objectifs
  • Les politiques de stop and go

57
Les politiques économiques
  • Laffectation des politiques aux objectifs
  • Le nombre de politiques la règle de Tinbergen
  • Lassignation dune politique à un objectif la
    règle de Mundell
  • Exemple une économie ouverte en changes fixes
  • Instruments taux dintérêt (i) et déficit
    budgétaire (D)
  • Objectifs équilibre interne (EI) et équilibre
    externe (EE)
  • Affectation des instruments aux objectifs
  • EI hausse de D a relativement plus deffet
    quune baisse de i
  • EE hausse de i a relativement plus deffet
    quune baisse de D

58
Lindicateur de malaise
  • Problématique
  • Définition
  • Indicateur taux de chômage taux dinflation
  • Interprétation
  • Vérification

59
Lindicateur de malaise
1974 Giscard remplace les gaullistes
1982 La CDU remplace le SPD
1981 Victoire des socialistes
60
Lindicateur de malaise
1973 la Gauche remplace les libéraux
1982 Victoire des socialistes
1977 Retour des libéraux
1981 Coalition
1982 Nouveau retour des libéraux
61
Les résultats économétriques de Fair
  • Spécification de léquation
  • Résultats sur léchantillon
  • Résultats en dehors de léchantillon
About PowerShow.com