De la thorie des clusters TIC aux politiques publiques en faveur des ples de comptitivit TIC - PowerPoint PPT Presentation

Loading...

PPT – De la thorie des clusters TIC aux politiques publiques en faveur des ples de comptitivit TIC PowerPoint presentation | free to view - id: 298e5c-ZDc1Z



Loading


The Adobe Flash plugin is needed to view this content

Get the plugin now

View by Category
About This Presentation
Title:

De la thorie des clusters TIC aux politiques publiques en faveur des ples de comptitivit TIC

Description:

Le processus d'agglom ration des activit s de la net- conomie ... Les principaux d terminants dans l'agglom ration des activit s d di es aux TIC ... – PowerPoint PPT presentation

Number of Views:41
Avg rating:3.0/5.0
Slides: 36
Provided by: ler47
Category:

less

Write a Comment
User Comments (0)
Transcript and Presenter's Notes

Title: De la thorie des clusters TIC aux politiques publiques en faveur des ples de comptitivit TIC


1
De la théorie des clusters TIC aux politiques
publiques en faveur des pôles de compétitivité TIC
  • Jérôme Vicente
  • MCF Institut dÉtudes Politiques de Toulouse
  • Responsable de lInstitut dÉconomie Régionale de
    Toulouse, UT1
  • Co-responsable du GDR CNRS  TIC et Dynamiques
    Spatiales 
  • Chercheur au LEREPS-GRES, UT1
  • Chercheur associé à lENST-Bretagne

2
De quoi parle-t-on?
  • Considérations générales sur les clusters TIC
  • Le processus dagglomération des activités de la
    net-économie
  • Lambivalence du label  Silicon  les clusters
    comme normes de localisation
  • Illustrations Silicon Sentier, Silicon Valley,
    Telecom Valley
  •  Policy implications  proximité géographique,
    proximité relationnelle, innovation et ancrage
    des activités TIC

3
1. Considérations générales sur les clusters TIC
  • Une forte polarisation des activités dédiées aux
    TIC
  • Des spécialisations selon les couches de la
    net-économie
  • Clusters TIC souvent identifiés (av 2000) comme
    des lieux incontournables des économies fondées
    sur la connaissance
  • Les performances très différenciées des clusters
    TIC
  • Le choc de la bulle Internet sur les clusters TIC

4
Peut-on parler de clusters TIC en France ?
Vicente, 2005
5
Peut-on parler de clusters TIC en Europe ?
Koski alii, 2002
6
Peut-on parler de clusters TIC dans le monde ?
Vicente, 2005
7
2. Le processus dagglomération des activités de
la net-économie
  • Le paradoxe géographique de la net-économie
  • Linsatisfaction des explications fournies par
    les approches de léconomie géographique
  • Les principaux déterminants dans lagglomération
    des activités dédiées aux TIC
  • Le rôle du marché du travail et de la technologie
  • Le rôle des interactions sociales et des formes
    de proximité
  • Le rôle de lhistoire (et de quelques
    personnages) dans les sentiers de croissance

8
Le paradoxe géographique de la net-économie
  • Lhypothèse et les scénarios de  death of
    distance  développés au milieu des années 1990,
    en particulier aux Etats-Unis, ne sont pas
    vérifiés
  • Forte polarisation des activités dédiées aux TIC
  • Géographie des usages
  • Géographie des infrastructures

9
Linsatisfaction des explications fournies par
les approches de léconomie géographique
  • Lagglomération résulte essentiellement de deux
    considérations liées à la dynamique de marché des
    produits
  • Le rôle des interactions stratégiques
  • Le rôle des coûts de transport et des rendements
    croissants
  • Dans ces deux approches, on suppose toujours une
    dimension locale à la dynamique acheteur-vendeur
    et des formes de rapports entre entreprises
    basées uniquement sur des interactions
    concurrentielles

10
Linsatisfaction des explications fournies par
les approches de léconomie géographique
  • Or, ces explications sont largement insuffisantes
  • Dans nombre de clusters TIC de par le monde, les
    relations de coopération, les réseaux sociaux et
    techniques prédominent largement sur les
    relations stratégiques et concurrentielles
  • Lhypothèse de proximité entre offreurs et
    consommateurs nest pas tenable dans une
    justification théorique des clusters TIC (capital
    intangible, coûts de transport faibles, marché
    internationaux, ) the weightless economy
  • La différenciation des produits et la concurrence
    monopolistique ne sont pas applicables aux
    clusters de linfomédiation qui se sont
    développés durant le gonflement de la bulle
    Internet

11
Le rôle du marché du travail et de la technologie
  • Le rôle du marché local du travail dans létendue
    géographique des spillovers technologiques
  • Division du travail et réduction des coûts de
    transaction dans léchange dactifs spécifiques
    (meilleur contrôle de lopportunisme et de la
    qualité par la proximité géographique)
  • La  géographie des talents  attractivité
    métropolitaine
  • La connaissance un bien public impur. Le
    caractère tacite de la connaissance scientifique
    et technique nécessite des interactions de face à
    face
  • La convergence technologique nécessite des
    apprentissages favorisés par la proximité
    géographique

12
Le rôle des interactions sociales
  • Un des moyens original dexpliquer lémergence
    des clusters TIC est de substituer à une approche
    basée sur la dynamique de marché des biens et
    services TIC une approche basée sur des
    dynamiques dinteractions sociales
  • Les logiques dobservation, de communication et
    dinteractions directes ont joué un rôle crucial
    dans lémergence des clusters TIC, parfois bien
    au-delà des considérations purement économiques
    liées à des avantages comparatifs géographiques
  • Et selon la nature des interactions sociales à
    luvre dans le processus dagglomération, la
    performance et la stabilité des clusters TIC
    diffèrent sensiblement
  • Cf. les trajectoires différenciées du Silicon
    Sentier et de la Telecom Valley, suite à
    léclatement de la bulle Internet

13
Incertitude et légitimité dans la formation des
clusters TIC
  • Chaque firme, peu sujette aux coûts de transport
    et non contrainte par la proximité des
    consommateurs, fait face à une incertitude forte
    sur les résultats attendus de chacune des
    alternatives de localisation
  • Lobservation des prédécesseurs devient alors une
    stratégie rationnelle
  • Un cluster TIC peut émerger comme une norme de
    localisation suite à la localisation dune
    entreprise jugée comme leader
  • La co-localisation dentreprises confère à
    chacune delle un capital de réputation et de
    légitimité effet de rétroaction de la norme
  • Le cas du Silicon Sentier parisien (1998-2001),
    celui de Sophia Antipolis (avant 1995)

14
Coordination, complémentarités et compatibilité
technologiques dans la formation des clusters TIC
  • Chaque firme, aux préférences initiales
    hétérogènes, arbitre entre ses préférences
    intrinsèques et la nécessité de coordination avec
    des firmes complémentaires
  • Ces complémentarités proviennent de
    considérations technologiques production de
    bien-système, variété et convergence
    technologique, connaissances tacites,
  • Le processus de localisation est donc soumis à
    des rendements croissants dadoption, et il est
    dépendant du sentier.
  • Lhétérogénéité des préférences individuelles est
    progressivement neutralisée par les effets de
    rétroaction de la norme de localisation sur les
    choix individuels
  • Le cas de la Silicon Valley (1937 à nos jours),
    celui de Sophia Antipolis (depuis 1995)

15
3. Lambivalence du label  Silicon  les
clusters comme normes de localisation
  • Les formes de proximité à luvre dans les
    clusters TIC
  • Lorganisation industrielle des clusters TIC et
    leur performance respective
  • Logiques mimétiques de localisation et stabilité
    des clusters

16
Les formes de proximité à luvre dans les
clusters TIC
  • PG mesure binaire ou degré de PG avec
    considérations de coûts et daccès
  • PC les firmes ou les acteurs sont proches en
    termes de représentation mentale, de modèles
    daffaire, de stratégies productives,
    manageriales,
  • Mesure entretiens, repérages des  allants de
    soi , des discours dominants,
  • PR les firmes ou les acteurs sont proches de
    par lintensité des interactions, le partage
    dinformations et de connaissances. Limportance
    des réseaux sociaux
  • Mesure co-publications, données
    relationnelles, repérage des réseaux sociaux par
    croisement des entretiens,

Vicente, Dalla Pria Suire, 2005
17
Les formes de proximité à luvre dans les
clusters TIC
Vicente, Dalla Pria Suire, 2005
18
Lorganisation industrielle des clusters TIC et
leur performance respective
  • Selon le processus mimétique de localisation à
    luvre dans la construction de la norme de
    localisation, lorganisation industrielle du
    cluster sera sensiblement différente
  • La proximité cognitive, issue dun processus de
    localisation basé sur lincertitude et la
    recherche de légitimité, sassocie souvent à des
    marchés peu différenciés et des relations
    concurrentielles
  • La proximité relationnelle, issue dun processus
    de localisation basé sur les complémentarités et
    compatibilités technologiques (forme territoriale
    de division du travail), sassocie souvent à des
    marchés monopolistiques et des coopérations

Vicente, 2005
19
Les propriétés théoriques de stabilité et de
performance des clusters TIC
Vicente, Suire, 2005
  • Lorsque seul leffet informationnel prévaut
    (incertitude et légitimité), la structure agrégée
    est instable. Pas dévolution endogène des gains,
    concurrence en prix, réversibilité forte des
    choix individuels
  • Lorsque leffet réseau (complémentarités et
    compatibilités technologiques), la structure
    agrégée est stable. Évolution endogène des gains,
    concurrence monopolistique, faible réversibilité
    des choix individuels
  • Néanmoins, compte tenu de la nécessité
    dobtention dune masse critique pour générer
    leffet réseau, leffet informationnel peut être
    un préalable à leffet réseau

20
4. Illustration des sentiers de croissance des
clusters TIC
Les conditions initiales, la dynamique
cumulative, la stabilité de la structure
collective
  • Silicon Sentier
  • Silicon Valley
  • Sophia Antipolis (Telecom Valley)

21
Silicon Sentier Gloire et déclin
  • Leffondrement de lindustrie textile dans les
    années 1990
  • La faiblesse du prix du foncier
  • La connexion au GIX de la bourse
  • La localisation de Yahoo.fr
  • Leffet mimétique qui sen est suivi
  • Une association (peu active) Silicon Sentier
    (NET)
  • Un projet de pôle image, multimedia et vie
    numérique en Ile de France

22
Silicon Sentier leffet mimétique
  • Une dynamique cumulative dagglomération basée
    sur un mimétisme informationnel
  • Il y a eu un effet de mode qui consistait à
    dire qu'on était dans le Sentier. (Fondateur de
    start-up)
  • Dans le Sentier, il y avait des lieux
    mythiques  le siège de Free, de Spray On a fait
    pareil  on a repris des locaux pourris rue de
    Turenne pour les aménager. (Fondateur de
    start-up)
  • Une identité collective forte (funky business et
    hiérarchie plate)
  • Il y a des effets de mode  par exemple, on
    shabille comme on veut, on fait la fête, on fait
    du business en soirées Il y a beaucoup de
    mimétisme. Il y a eu une éclosion de 80-100
    dirigeants dentreprises jeunes qui ont tenté
    dallier business et fête  cest le funky
    business avec ses soirées et ses mots à la mode.
    Il faut adopter le tutoiement, être ouvert
    (Fondateur de start-up)

23
Silicon Sentier
Vicente, Dalla Pria Suire, 2005
24
Silicon Sentier le déclin
  • En lespace de quelques mois, le quartier du
    Sentier sest retrouvé dénigré par la plupart des
    acteurs de la net-économie française
  •  Il ny a pas eu pour moi de religion Silicon
    Sentier. Cest juste pratique et pas cher.
    Mais ça donne une très mauvaise image
    aujourdhui. (Fondateur de start-up)
  • Le " Silicon Sentier " est devenu le " Silicon
    Désert " (Fondateur de start-up)
  • (Le Sentier) cétait jubilatoire. Mais pour
    notre image de marque auprès de nos clients, on a
    préféré déménager dans le 8ième, ça faisait plus
    sérieux.  (Dirigeant de Streanpower, Paris Obs,
    2003)

25
Silicon Sentier labsence deffet réseaux
  • On a développé des partenariats Internet avec
    Lycos, Caramail, Chez.com  on rémunère ces sites
    en fonction des achats quils entraînent chez
    nous. Mais on sest trompé car ces partenariats
    ne marchent pas. (Fondateur de start-up)
  • Cest très vrai dans le Sentier  quand un
    capital risqueur se pointe au bout de la rue, il
    ny a plus damis. (Avocat spécialisé sur les
    start-up)
  •  A cette époque, les start-up se piquaient les
    gens les unes les autres. Les collaborations ne
    pouvaient être que limitées. Au sein des First
    Tuesday, les PDG ne voulaient pas envoyer leur
    employés pour représenter lentreprise car ils
    étaient débauchés par dautres PDG. 
    (Journaliste)
  • La faiblesse des effets de réseaux (associé à un
    climat de défiance sur des marchés
    concurrentiels) a été lune des causes
    principales, au-delà des simples  catalyseurs
    économiques , de son déclin.

26
Silicon Valley
  • Haut lieu de la net-économie américaine
    (software, hardware, telecom)
  • Les historiens saccordent sur une date 1937
    le  fameux  garage HP
  • Le rôle essentiel de luniversité de Stanford et
    dun chercheur (Terman)
  • Une organisation en réseau
  • Des marchés monopolistiques

27
(No Transcript)
28
Silicon Valley organisation en réseau
  •  la Silicon Valley repose sur un système
    industriel régional qui valorise lapprentissage
    et lajustement mutuel entre producteurs
    spécialisés dans un ensemble de technologies
    connexes  (p. 126, traduit pas nous)

  lévolution comparée de lemploi dans la
Silicon Valley et Route 128
29
Silicon Valley
Henton, 2002
30
Silicon Valley les raisons dun succès
  • De forts liens science-industrie et des réseaux
    sociaux avec une culture de la confiance et de la
    créativité
  • Une forte mobilité du travail  intra-cluster ,
    et une division du travail relativement flexible
  • Des modèles dinnovation  ouverts , nécessaires
    à la production de bien-système
  • Une forte tendance à imposer des standards
    technologiques marchés monopolistiques
  • Un ancrage territorial fort dû au poids des
    interdépendances productives
  • Une réactivité forte, due à la variété des
    options technologiques

31
Sophia Antipolis (Telecom Valley)
  • Fin des années 1960, décision de création dun
     parc technologique  à Valbonne projet Sophia
    Antipolis, initié par Jérôme Monod et Pierre
    Laffitte Silicon Valley  à la française 
  • Trois spécialisations sciences du vivant,
    sciences de la terre et TIC
  • Politique de marketing territorial tournée vers
    linternational forte attractivité dans les
    années 1980 de filiales et de centres de RD de
    FMN
  • Croissance exogène, fort effet de réputation pour
    la localisation sur le marché européen
  • Période de crise au début des années 1990, faible
    croissance de lemploi

32
Sophia Antipolis (Telecom Valley)
Longhi, 1999
33
Sophia Antipolis (Telecom Valley)
  • Les raisons de la reprise de la  co-location
    fortuite  à un  cur technologique 
  • La localisation de lUNSA au début des années
    1990, le développement de liens science-industrie
  • Lémergence de réseaux sociaux, en particulier
    dus à des effets générationnels
  • Un fort essaimage
  • Variété et complémentarité technologiques
  • Un club (actif) Telecom Valley
  • Les petits déjeuners de lentrepreneur
  • Projet pôle de compétitivité concentré sur Sophia
    Antipolis Solutions communicantes sécurisées
  • Les inquiétudes pour lavenir
  • De forts effets de congestion (fonciers, sociaux,
    infrastructures)
  • Un climat de confiance moins fort que dans la
    Silicon Valley

34
 Policy implications 
Par rapport aux considérations générales
  • Pertinence de lappel doffre  pôles de
    compétitivité  dans la sélection des  régions
    qui peuvent gagner . Régulation des initiatives
    régionales évite la concurrence frontale entre
    régions et le gaspillage des ressources
    collectives qui en découle
  • Dresser un mapping des compétences (projet KMP
    Sophia), par couche des TIC, par domaines
    dapplication, par standards technologiques
  • Attirer et favoriser le capital humain créatif,
    réconcilier savoirs ouverts et savoirs fermés
    et développer des formes dincitation
    (pécuniaires??) à la créativité
  • Coupler la fermeture (le modèle du brevet) à
    louverture (le modèle du consortium, des
    fondations, du réseau, de la confiance, )

35
 Policy implications 
Par rapport aux considérations de dynamiques
dinteractions sociales
  • Relative imprévisibilité des sentiers de
    croissance
  • Attirer des fashion learders (stratégie dhistory
    push)
  • Favoriser lobtention de la masse critique
    (subventions), mais pari risqué
  • Attractivité par liens science-industrie,
    favoriser la proximité relationnelle, les clubs,
    la mobilité intra-pôle la proximité géographique
    est loin dêtre une condition suffisante de la
    performance et de la stabilité des clusters
  • générer des réseaux, de la confiance
  • Favoriser les complémentarités et
    linteropérabilité technologiques plutôt que la
    concurrence frontale
  • Favoriser la création dentreprises par essaimage
    local proximité des ressources
About PowerShow.com