LE RAISONNEMENT CLINIQUE - PowerPoint PPT Presentation

Loading...

PPT – LE RAISONNEMENT CLINIQUE PowerPoint presentation | free to download - id: 3b42c7-NDRkO



Loading


The Adobe Flash plugin is needed to view this content

Get the plugin now

View by Category
About This Presentation
Title:

LE RAISONNEMENT CLINIQUE

Description:

LE RAISONNEMENT CLINIQUE * Elisabeth Winock, Josiane Cavignaux , 2003 Soins infirmiers 1-Concepts et th ories D marche de soin et soins g n raux Editions ... – PowerPoint PPT presentation

Number of Views:2588
Avg rating:3.0/5.0
Slides: 52
Provided by: ceepameC
Learn more at: http://ceepame.com
Category:

less

Write a Comment
User Comments (0)
Transcript and Presenter's Notes

Title: LE RAISONNEMENT CLINIQUE


1
LE RAISONNEMENT CLINIQUE
2
Questionnement
Comment le raisonnement clinique permet à la
spécificité de la puéricultrice doptimiser la
prise en charge de lenfant et de sa famille
? Comment identifier la spécificité du
raisonnement clinique de la puéricultrice en vue
doptimiser la prise en charge en soins de
lenfant et de sa famille ? Comment la qualité
du raisonnement clinique de la puéricultrice peut
optimiser la prise en soin de lenfant et de sa
famille ?
3
PSIUK, Th. (1997),  le raisonnement clinique de
linfirmier(ère) dans son activité quotidienne,
du raisonnement clinique aux concepts ,
Recherche en soins infirmiers, numéro 51 p. 12 à
24
Le raisonnement clinique est issu dun processus
intellectuel et le résultat de ce processus. Il
fait appel à lharmonisation dun raisonnement
rationnel et irrationnel. Ce processus est le
fruit de cycles dactivités perceptuelles et
cognitives (jugement et raisonnement). Cette
stratégie mobilise des prérequis connaissances
sur les concepts,  autonomie-liberté-responsabili
té  de linfirmière, collaboration, et
métacognition.
4
Ces prérequis sont indispensables pour évaluer
une symptomatologie/pathologie, détecter des
signaux précoces avant lapparition dune
complication, acquérir un jugement clinique sur
les réactions humaines physiques et
comportementales (notion de conception humaniste
des soins). Importance est donnée à la notion
de perception ( sensation) couplée et validée
par le  ressenti  de la personne soignée et de
lexpertise du professionnel, facilitant une
approche systémique. Les transmissions ciblées
permettent la formalisation du raisonnement
clinique.
5
CASIMIRO, L. et TREMBLAY, M.,  raisonner
cliniquement le lien entre la théorie et la
pratique , Consortium national de formation en
santé.
  • Le raisonnement clinique est un processus
    cognitif qui permet de prendre des décisions
    éclairées et qui guide lexercice de la
    professionnelle et lui permet de prendre des
    décisions telles que poser un diagnostic.
  • Processus cognitif et métacognitif. Il repose sur
    2 ordres
  • - déductif (privilégié par le novice en
    sappuyant sur des fondements théoriques et en
    élaborant des hypothèses)
  • - inductif (maîtrisé par lexpert en ajustant
    les principes à des situations spécifiques, en
    lien avec son expérience et mémoire cliniques).

6
  • Classification par type de raisonnement clinique
    (Fleming 1991)
  • Procédural application directe de bases
    théoriques pour pallier à lincapacité
    (diagnostic, prescription, pronostic)
  • Interactif élaboration conjointe
    (patient-soignant) de buts et de stratégies
  • Conditionnel évolution possible de la personne
    au regard de son état de santé (RP RI)
  • Narratif vision holistique de la personne et
    son environnement (RP RI RC)
  • Pragmatique approche systémique concernant
    environnement, valeurs, représentations,
    ressources de la personne.

7
  • Classification par type de raisonnement clinique
    (Jones, Jensen et Edwards 2000)
  • Diagnostique identifier les facteurs cliniques
    en lien avec une incapacité, une déficience (lié
    au RP)
  • Collaboratif inclure le patient dans le
    processus décisionnel
  • Educatif permettre le lien entre la théorie et
    la pratique (éléments cliniques/concepts
    théoriques)
  • Pour façonner un RC, la réponse finale est moins
    importante que le processus qui a mené à élucider
    le problème.

8
PHANEUF, M. (déc.2008),  le jugement clinique,
cet outil professionnel dimportance 
9
  • JC conclusion dun processus dobservation, de
    réflexion et de raisonnement sur des données
    observées, synonyme de professionnalisme.
  • Cycle dactivités perceptuelles et cognitives
    (connaissances, exp. clinique, observation,
    pensée critique, confiance en soi et en ses
    connaissances, capacité doser, acceptation des
    responsabilités, prise de décision, respect des
    standards de qualité de soins, principes
    déthiques)

10
  • Oriente laction de linfirmière mais aussi celle
    du médecin, notion dautonomie professionnelle
  • Pathologie élément central du JC médical
  • Individu atteint dune pathologie élément
    central du JC infirmier
  • Commodité dun langage commun (ANADI) mais pas
    nécessairement (termes codifiés et
    compréhensibles)

11
BENNER, P. (mars 2003),  De novice à expert,
excellence en soins infirmiers , Editions
Masson, 264 pages.
  • Modèle dacquisition des compétences de Dreyfus
    et Dreyfus
  • Novice centrée sur la tâche à exécuter, mise en
    œuvre de règles standards indépendantes du
    contexte, mémorisation de séquences déléments
    prévisibles, difficultés à établir des priorités.
  • Débutant sait dégager des facteurs signifiants
    dans des situations identiques (prototypes),
    accroissement de la dextérité, difficulté à
    établir des priorités aux soins à donner.

12
  • Compétent (2-3 ans dexercice prof.)
    planification du travail dans une perspective à
    long terme, perçoit ses actes en termes
    dobjectifs, priorisation des éléments dune
    situation, capable de faire face aux imprévus,
    analyse consciente, abstraite et analytique du
    problème, rapidité et souplesse perfectibles

13
  • Performant perception des problèmes de façon
    globale, limitation du nombre dhypothèses,
    évaluation rapide de la pertinence des éléments,
    acquisition du  signal dalarme précoce ,
    utilisation dexemples/notions théoriques,
  • Expert (au moins 5 ans) compréhension
    instantanée basée sur lintuition (gestalt),
    vision intuitive.
  • Tous les professionnels ne parviennent pas à un
    niveau dexpertise.

14
Marlyne Dabrion, 2011 U E 3-1 33-2 Raisonnement
et démarche clinique infirmière.
  • Edition De Boeck Estem
  • 369 pages

15
Chapitre 2 De la nécessité des connaissances.
  • 1 Le raisonnement clinique résumé
  • Mots clés opération mentale, processus cognitif
    , décisions éclairées, démarche daccompagnement,
    sujet, intimité, diagnostic.
  • Le raisonnement est lopération où la pensée
    produit des idées à partir dautres idées.
    (Casimiro L ).
  • Pour L Casimiro et M Tremblay, le raisonnement
    clinique est un processus cognitif qui permet de
    prendre des décisions éclairées et qui guide
    lexercice de la professionnelle et lui permet de
    prendre des décisions telles que poser un
    diagnostic.
  • Pour Jacques Ardoino  est proprement clinique ce
    qui veut appréhender le sujet (individuel ou
    collectif) à travers un système de relations
    quil sagissent de viser à lévolution , le
    développement, la transformation dun sujet ou la
    production de connaissances, en soi , comme pour
    lui ou pour nous  Démarche perspicace
    daccompagnement qui sinscrit dans la durée et
    dans une sphère dintimité partagée.

16
Chapitre 2 De la nécessité des connaissances.
  • 1-2 Poser un jugement clinique Résumé
  • Mots clés opinion claire, processus,
    observation, réflexion, raisonnement , maturité
    professionnelle. maturité intellectuelle
    jugement
  • Margot Phaneuf conceptualise le jugement clinique
    comme étant une idée, une opinion claire que
    linfirmière se fait à la suite dun processus
    dobservation, de réflexion et de raisonnement
    sur les données observées. Le jugement clinique
    est la conclusion de ce processus.
  • Pour Gordon M, le jugement clinique est un acte
    exigeant nécessitant maturité intellectuelle et
    professionnelle en terme dattention et de
    capacité de raisonnement. Le jugement clinique
    représente un cycle dactivités perceptuelles et
    dactivités cognitives associées. Lanalyse de
    ces données fait appel à deux opérations
    mentales le raisonnement et le jugement.
  • Les étapes du jugement clinique observation
    judicieuse du patient, analyse rigoureuse des
    données pertinentes, raisonnement clinique étayé
    par les éléments dobservations , par des
    connaissances et par les savoirs dexpérience. La
    pensée critique de linfirmière lui permet
    dévaluer la justesse de son raisonnement et de
    prendre des décisions.

17
Chapitre 2 De la nécessité des connaissances.
  • 1-3 Autres formes de pensée. Stratégies
    pédagogiques selon Merieux Philippe.
  • Résumé
  • Mots clés expérimenter, comparer, opposer,
    associer.
  • La pensée déductive ( ou analogique)
    expérimenter pour voir, conséquence dun acte,
    solution à trouver. Le sujet stabilise ou modifie
    sa proposition initiale.
  • La pensée inductive comparer pour chercher le
    point commun, aller vers la notion, le concept,
    labstraction. Le sujet confronte des éléments
    pour en dégager des points communs, des
    caractéristiques, leur relation, leur structure.
  • La pensée dialectique opposer, argumenter,
    confronter pour trouver des relations ,des
    différences et les dépasser. Le sujet met en
    interaction des lois, notions , concepts, fait
    évoluer des variables pour accéder à la
    compréhension dun système.
  • La pensée divergente. Associer pour créer du
    nouveau, faire preuve de créativité, mise en
    relation des éléments appartenant à des domaines
    différents, association nouvelles entre mots,
    notions, registres dexplication.

18
Chapitre 2 De la nécessité des connaissances.
  • 1-4 différents types de raisonnement clinique
    classement de Fleming Résumé
  • Mots clés incapacité, buts, environnement
  • Raisonnement procédural met laccent sur
    lincapacité et la façon de la régler en
    appliquant directement des bases théoriques selon
    une séquence dactions. 1. diagnostic 2.
    prescription 3. pronostic
  • Raisonnement interactif sattarde sur la
    personne plutôt que sur lincapacité. Il faut
    donc connaitre le patient en tant quindividu et
    percevoir lincapacité de son point de vue.
    Elaboration conjointe des buts et des stratégies.
  • Raisonnement conditionnel nécessite de
    lexpérience car anticipe sur ce que sera létat
    de la personne dans le futur, le cas échéant les
    buts à long terme et le pronostic. Réflexion sur
    les succès et les échecs obtenus avec les
    approches par raisonnement procédural/interactif.
  • Raisonnement narratif englobe les raisonnements
    procédural, interactif, conditionnel . Il sagit
    de lhabilité de raconter lhistoire du patient ,
    de voir la personne dans son environnement , dans
    sa réalité sociale.
  • Raisonnement pragmatique il tient compte de tout
    ce qui entoure la situation de thérapie. Le
    clinicien considère lenvironnement de travail,
    les connaissances et aptitudes personnelles, les
    valeurs personnelles et les ressources
    financières et sociales du patient.

19
Chapitre 2 De la nécessité des connaissances.
  • 1-4 différents types de raisonnement clinique
    selon Jensen et Edwards Résumé
  • Mots clés diagnostique, collaboratif, éducatif.
  • Raisonnement diagnostique a pour but de
    découvrir lincapacité ou la déficience
    sous-jacente à la présentation clinique . Il
    sagit didentifier les facteurs cliniques y
    contribuant et ce type de raisonnement clinique
    est lié au raisonnement procédural.
  • Raisonnement collaboratif processus de décision
    entre le clinicien et le client. Lié au concept
    dauto prise en charge et de responsabilisation
    du patient. Lopinion du patient est donc
    importante et est utilisée dans le processus
    décisionnel.
  • Raisonnement éducatif Il cherche à reconnaitre
    des éléments cliniques qui ressemblent aux
    concepts théoriques appris. Cest un processus
    dassociation entre la théorie et la pratique,
    sans toutefois établir des liens entre les
    éléments de la présentation clinique. Ce type de
    raisonnement sous-entend le raisonnement
    procédural.

20
Chapitre 2 De la nécessité des connaissances.
  • 1-5 Démarche clinique Résumé.
  • Mots clés identité professionnelle, réflexivité,
    savoirs propres.
  • Pour M. Cifali et P. Perrenoud, la démarche
    clinique est une façon de prendre du recul
    vis-à-vis dune pratique elle se fonde sur
    lobservation, quil y ait un problème ou non
    elle permet délaborer des hypothèses ou des
    stratégies daction par la réflexion individuelle
    ou collective, la mobilisation dapports
    théoriques multiples, des regards
    complémentaires, des interrogations nouvelles.
    Elle sollicite des personnes ressources qui
    mettent en commun leurs points de vue pour faire
    évoluer la pratique ainsi analysée.
  • Pour P. Robo, il est alors évident quune telle
    démarche dans le cadre de la formation demande de
    courir des risques
  • Pour les étudiants en position de  se remettre
    en question 
  • Pour les formateurs qui ne sont pas dans la
    maitrise mais dans laccompagnement, la
    médiation, la guidance, le partage et le doute.
  • Cette démarche suppose un changement de posture
    avec le développement de la réflexivité dont
    lobjectif est la construction de son propre
    savoir et le développement de lidentité
    professionnelle.

21
Chapitre 2 De la nécessité des connaissances.
  • Synthèse
  • Raisonnement, jugement ou démarche clinique
    lenrichissement théorique produit une complexité
    dont léclairage, à partir de connaissances et de
    travaux de recherche, fait avancer les sciences
    infirmières.
  • La formation infirmière sinscrit dans un cadre
    universitaire et doit intégrer les caractères
    dune démarche scientifique.
  • La démarche clinique permet dengager un
    processus de réflexion balisée et recevable pour
    appréhender la situation des patients.
  • Cette étape associe liberté de réflexion,
    contrainte méthodologique et limites éthiques.
    Elle ne peut sentreprendre sans lassimilation
    de connaissances mais ne se réduit pas à
    celles-ci. Elle demande de réinterroger les
    savoirs et apprendre à les utuliser.

22
C Boudier, T Aric Pulas, L Pitard 2011Cahier
des sciences infirmièresRaisonnement et démarche
clinique Projet de soins infirmiers
  • Edition Masson Elsevier
  • 164 pages

23
Le raisonnement clinique infirmier . Chapitre 6
  • Définition le raisonnement clinique se définit
    comme  lensemble des processus de pensée et de
    prise de décisions permettant au clinicien de
    déterminer les actions les plus appropriées face
    à un contexte spécifique de résolution de
    problème de santé .
  • Ce raisonnement dépend dun processus cognitif et
    métacognitif.
  • Le processus cognitif se calque sur la démarche
    de résolution dun problème de santé.
  • Le processus métacognitif repose sur lhabileté
    à raisonner , à résoudre des problèmes en
    utilisant ses capacités personnelles.

24
Différents modes de Raisonnement clinique
  • Selon Flemming.
  • Procédural
  • Interactif
  • Conditionnel
  • Narratif
  • pragmatique
  • Selon MG Rubenfeld et BK Scheffer.
  • La mémorisation complète
  • Les habitudes
  • Lenquête
  • Les nouvelles idées
  • La créativité

25
Les 6 opérations mentales du raisonnement clinique
  • Le questionnement
  • Linduction
  • La déduction
  • Lintuition
  • La créativité
  • La pensée critique

26
Les opérations mentales du raisonnement clinique
  • Le questionnement opération mentale qui
    sélabore à partir des données recensées.
    (symptômes / besoins fondamentaux) . Le
    questionnement est à la base du raisonnement et
    active dautres opérations mentales.
  • Linduction opération qui compare ses
    observations à ses savoirs ou ses représentations
    pour comprendre une situation ou apprendre une
    donnée nouvelle. Le recueil de données est
    incontournable pour découvrir les problèmes de
    santé réels ou potentiels.
  • La déduction opération qui à partir dune donnée
    permet den déduire une autre grâce à des
    connaissances théoriques et/ou pratiques.
  • Lintuition perceptive opération qui sattache
    aux sentiments et aux ressentis et qui surgit
    lors du raisonnement clinique sans pouvoir
    lexpliquer rationnellement.
  • La créativité opération mentale qui met en
    relation différentes observations, association
    didées ou de constats qui amènent à déterminer
    une nouvelle donnée, instaurer une action et
    sadapter à une situation.
  • La pensée critique opération qui permet
    dévaluer ses actions, ses propros et den
    déterminer les limites positives et négatives

27
La base du raisonnement clinique lexamen
clinique infirmier
  • Lexamen clinique sappuie sur
  • Lentretien clinique la communication
  • La communication fonctionnelle
  • la communication thérapeutique
  • La communication pédagogique
  • Lexamen clinique lobservation
  • La vue
  • Louïe
  • Lodorat
  • Le toucher

28
Les différents modèles de raisonnement
  • Le modèle inductif
  • Le modèle déductif
  • Le modèle hypothético-déductif

29
Raisonnement clinique
  • Lhypothèse
  • le raisonnement clinique par anticipation
  • Raisonnement orienté sur la gestion des risques.
    Linfirmière anticipe les problèmes potentiels
    des patients dont elle a la responsabilité.
  • Elle doit réaliser une synthèse des données
    recueillies à lentrée du patient, les analyser
    et évaluer les risques potentiels puis les
    anticiper et les prévenir par des mesures
    préventives rapidement initiées afin déviter ou
    datténuer les risques.
  • Lhypothèse elle énonce une proposition ou une
    explication dénuée de toute prise de position sur
    sa véracité. Lobjectif est de létudier et de la
    confronter aux théories qui sen approchent et
    aux faits réels qui peuvent lillustrer.

30
Le jugement clinique
  • Quelle démarche à mettre en œuvre ?
  • Quels domaines dactivité ?
  • Mobilisation des connaissances avec comparaison
    avec les observations.
  • Hypothèses pertinentes qui seront à la base de
    son jugement clinique.
  • Le rôle médical sur prescription
  • Le rôle de collaboration
  • Le rôle propre

31
Lénoncé du jugement clinique
  • Les complications de létat de santé du patient
  • Les signes damélioration
  • Les informations échangées entre professionnels
  • Les informations seront consignées dans le
    dossier de soins
  • Prise de décision pour des actions adaptées.

32
Lévaluation clinique
  • Le modèle tri-focal
  • Le modèle bi- focal
  • Ce modèle permet de structurer le raisonnement
    clinique de lIDE.
  • 1ère dimension identifier les signes et
    symptômes de la maladie.
  • 2ième dimension identifier les risques, les
    complications éventuelles.
  • 3ième dimension identifier les réactions du
    patient liées à ses problèmes de santé.
  • Ce modèle vise à distinguer les problèmes de
    santé traités en collaboration (rôle sur
    prescription de lIDE) et les diagnostics
    infirmiers( rôle propre de lIDE).
  • Ce modèle permet de structurer la transmission
    des soins en fonction de la responsabilité
    infirmière ( rôle propre ou rôle prescrit)

33
Synthèse
  • Mots clés
  • Le raisonnement clinique de la puéricultrice
  • Raisonnement clinique.
  • Processus de pensée
  • Questionnement Connaissances théoriques et
    pratiques.
  • Hypothèses
  • Modèles de raisonnement
  • Prises de décisions
  • M Gordon (IDE canadienne) recommande de ne pas
    poser toutes les conclusions cliniques en terme
    de diagnostic infirmier. Elle estime ce choix
    trop réducteur pour la mise en œuvre du
    raisonnement clinique.
  • Lien à faire avec la pratique de la puéricultrice
    qui agit aussi autour des besoins satisfaits et
    en dehors de pathologie.

34
Elisabeth Winock, Josiane Cavignaux ,
2003Soins infirmiers1-Concepts et
théoriesDémarche de soin et soins généraux
  • Editions Vernazobres-Grego
  • 357 pages

35
Théories et modèle en soins infirmiers.
  • Les principaux modèles le modèle va orienter la
    pratique et la recherche infirmière.
  • Le modèle de Sœur Callista ROY
  • Le modèle de Dorothée OREM
  • Le modèle de Nancy ROPER
  • Le modèle de Martha ROGERS
  • Le modèle de Rose-Marie PARSE
  • Le modèle de Marjory GORDON
  • Le modèle de Jean WATSON
  • Le modèle de Virginia HENDERSON

36
Théories et modèle en soins infirmiers.
  • Les principaux modèles le modèle va orienter la
    pratique et la recherche infirmière.
  • Le modèle de Sœur Callista ROY 1970, le courant
    philosophique prédominant est le béhaviorisme.
    Elle sinspire aussi de la théorie des niveaux
    dadaptation. Les soins infirmiers ont pour
    objectif de promouvoir ladaptation de la
    personne dans un contexte de santé ou de maladie.
  • Le modèle de Dorothée OREM 1971, modèle
    influencé par la sociologie et le
    comportementalisme. Cette théoricienne avance une
    nouvelle notion le self care ou lauto soin qui
    rend la personne sujet du soin. Les SI sont
    envisagés sous différents aspects les auto soins
    cest-à-dire les actions apprises par la personne
    dans son environnement socio-culturel. Le fait de
    les effectuer lui permet de maintenir sa vie, sa
    santé, son bien être.
  • Le modèle Nancy ROPER 1976 Béhavioriste et
    existentialiste, ce modèle se rapproche de celui
    de V Henderson. N Roper utilise la notion
    dactivité et non celui de besoin fondamental.
    Les SI visent à promouvoir lobtention, le
    maintien, la restauration de lindépendance
    maximum pour chaque personne .

37
Théories et modèle en soins infirmiers.
  • Les principaux modèles le modèle va orienter la
    pratique et la recherche infirmière.
  • Le modèle de M ROGERS 1970 ce modèle reflète
    divers courants de pensée dont le gestaltisme.
    Les SI ont pour but de promouvoir lharmonie
    entre lhomme et son environnement aider lêtre
    humain à atteindre un état phyqique,
    psychologique et social optimal et servir
    lhumain.
  • Le modèle de Rose-Marie PARSE 1980  l homme en
    devenir , inspiré par lexistentialisme et la
    phénoménologie qui accordent limportance à
    lexpérience telle que vécue par la personne
    elle-même . Lexercice infirmier vise à la
    qualité de vie telle que la conçoit la personne
    ou sa famille . Laccent est mis sur le respect
    de la dignité de la famille cest elle qui prend
    les décisions la concernant et elle procède à son
    rythme.
  • Le modèle de Marjory GORDON 1980 ses travaux sur
    le raisonnement visent à donner à la pratique
    iinfirmière la dimension scientifique quelle
    mérite. Conception holistique de lêtre humain et
    lui attribue 11 fonctions de santé.

38
Les principaux modèles le modèle va orienter la
pratique et la recherche infirmière.
  • Les principaux modèles le modèle va orienter la
    pratique et la recherche infirmière.
  • Le modèle Jean WATSON 1980, modèle qui se situe
    dans une perspective humaniste et scientifique.
    Approche existentielle et spirituelle qui met
    leur accent sur la relation interpersonnelle et
    thérapeutique.
  • Le modèle de Virginia HENDERSON 1966 , le rôle
    propre de linfirmière. Lhomme est une entité
    complexe.Les besoins fondamentaux. V Henderson
    explique   linfirmière effectue pour les autres
    ce quils feraient pour eux-mêmes sils en
    avaient la force, la volonté ou sils disposaient
    des connaissances nécessaires. Mais nous devons
    le faire de manière à les aider à ne plus avoir
    besoin de notre aide, à atteindre un mode de vie
    indépendant le plus tôt possible, ou bien à
    assumer le mieux possible un handicap, sils ne
    peuvent plus guérir, voire les aider à mourir
    comme ils le désir .

39
Théories et modèle en soins infirmiers.
  • Conclusion
  • Tous les modèles sont profondément humanistes.
    Ils diffèrent surtout par leurs postulats, les
    valeurs sont communes et les éléments se
    rejoignent parfois.
  • Certains sont plus faciles dutilisation car ils
    possèdent des aspects plus cartésiens et ils
    proposent des outils fonctionnels aux soignants
    tels que des grilles dobservation, des grilles
    dévaluation.
  • Dautres donnent une place prépondérante à la
    personne soignée, mais nécessite des capacités
    relationnelles et des connaissances en
    psychologie dun très haut niveau. De plus, ils
    laissent peut-être davantage de place à la
    subjectivité et linterprétation.

40
Pepin J, Kerouac S, Ducharme F,2010,   La pensée
infirmière ,Edition Cheniére Education,
Montréal,180 pages.
  • Les modes de développement et dutilisation du
    savoir infirmier
  • Selon Carter(1978), 4 modes de développement
  • Le mode personnel, prend appui sur lexpérience
    personnelle
  • Le mode esthétique ou lart des soins infirmiers
  • Le mode éthique, référence aux valeurs au code
    moral
  • Le mode empirique, issu de la recherche
    scientifique, de lobservation, de lexploration,
    de la description, et de lexplication des
    phénomènes
  • White(1995) ajoute à cette réflexion, le mode
    sociopolitique faisant référence au milieu
    culturel, à lidentité, et au rôle social de
    chacun.

41
Lécole du caring
  • Selon Benner et Wrubel(1989)
  • le caring est formé par lensemble des actions et
    intuitions
  • qui permettent à linfirmière daméliorer la
    qualité des soins
  • si elles reconnaissent le potentiel de soin de
    tout être
  • humain et si elles intègrent des connaissances
    liées à des
  • dimensions telles que la culture( Watson 2008)
  • et la spiritualité ( Leininger, 2007)

42
Le design du soin
  • Englobe trois processus intimement liés
  • La pratique réflexive
  • Intégration de valeurs et de connaissances,
    intuition, analyse critique et jugement clinique
  • La collaboration
  • Avec les personnes, les familles, les communautés
    et les populations visées, avec partenaires
    professionnels et de divers secteurs
  • Et les diverses expressions du soin
  • Individuelle, familiale/systémique, communautaire

43
La pratique réflexive
  • La réflexion est le point de départ dun
    processus subjectif qui vise une compréhension
    approfondie de la situation dans sa globalité
    pour améliorer la pratique.
  • La pratique réflexive fait appel aux divers modes
    de développement et dutilisation des savoirs,
    ci-dessus cités.
  • Elle est source dinspiration favorisant
    lanalyse critique, les prises de position et les
    énoncés de vision.
  • Elle permet à linfirmière dapprendre
    constamment en vue daccroitre son niveau
    dexpertise et dexercer un leadership clinique
    (Cara et OReilly,2008)

44
Identité professionnelle et compétence
  • Pour les enseignantes, la pratique réflexive est
    une approche dappropriation du savoir en
    développement constant( Freshwater, Taylor, 2008)
  • Il sagit dune analyse effectuée dans un
    contexte qui, partant dune expérience de soins,
    permet dexaminer une approche et de proposer des
    façons de faire différentes
  • Ainsi, de nouveaux savoirs, notamment ceux
    provenant des modes personnel et éthique,
    viennent préciser le jugement clinique et
    lapproche des soins ( Hoover,2002)

45
Pepin J, Kerouac S, Ducharme F,2010,   La pensée
infirmière ,Edition Cheniére Education,
Montréal,180 pages.
  • Les modes de développement et dutilisation du
    savoir infirmier
  • Selon Carter(1978), 4 modes de développement
  • Le mode personnel, prend appui sur lexpérience
    personnelle
  • Le mode esthétique ou lart des soins infirmiers
  • Le mode éthique, référence aux valeurs au code
    moral
  • Le mode empirique, issu de la recherche
    scientifique, de lobservation, de lexploration,
    de la description, et de lexplication des
    phénomènes
  • White(1995) ajoute à cette réflexion, le mode
    sociopolitique faisant référence au milieu
    culturel, à lidentité, et au rôle social de
    chacun.

46
Lécole du caring
  • Selon Benner et Wrubel(1989)
  • le caring est formé par lensemble des actions et
    intuitions
  • qui permettent à linfirmière daméliorer la
    qualité des soins
  • si elles reconnaissent le potentiel de soin de
    tout être
  • humain et si elles intègrent des connaissances
    liées à des
  • dimensions telles que la culture( Watson 2008)
  • et la spiritualité ( Leininger, 2007)

47
Le design du soin
  • Englobe trois processus intimement liés
  • La pratique réflexive
  • Intégration de valeurs et de connaissances,
    intuition, analyse critique et jugement clinique
  • La collaboration
  • Avec les personnes, les familles, les communautés
    et les populations visées, avec partenaires
    professionnels et de divers secteurs
  • Et les diverses expressions du soin
  • Individuelle, familiale/systémique, communautaire

48
La pratique réflexive
  • La réflexion est le point de départ dun
    processus subjectif qui vise une compréhension
    approfondie de la situation dans sa globalité
    pour améliorer la pratique.
  • La pratique réflexive fait appel aux divers modes
    de développement et dutilisation des savoirs,
    ci-dessus cités.
  • Elle est source dinspiration favorisant
    lanalyse critique, les prises de position et les
    énoncés de vision.
  • Elle permet à linfirmière dapprendre
    constamment en vue daccroitre son niveau
    dexpertise et dexercer un leadership clinique
    (Cara et OReilly,2008)

49
Identité professionnelle et compétence
  • Pour les enseignantes, la pratique réflexive est
    une approche dappropriation du savoir en
    développement constant( Freshwater, Taylor, 2008)
  • Il sagit dune analyse effectuée dans un
    contexte qui, partant dune expérience de soins,
    permet dexaminer une approche et de proposer des
    façons de faire différentes
  • Ainsi, de nouveaux savoirs, notamment ceux
    provenant des modes personnel et éthique,
    viennent préciser le jugement clinique et
    lapproche des soins ( Hoover,2002)

50
BIBLIOGRAPHIE
  • PSIUK, Th. (1997),  le raisonnement clinique de
    linfirmier(ère) dans son activité quotidienne,
    du raisonnement clinique aux concepts ,
    Recherche en soins infirmiers, numéro 51 p. 12 à
    24
  • CASIMIRO, L. et TREMBLAY, M.,  raisonner
    cliniquement le lien entre la théorie et la
    pratique , Consortium national de formation en
    santé.
  • PHANEUF, M. (déc.2008),  le jugement clinique,
    cet outil professionnel dimportance 
  • BENNER, P. (mars 2003),  De novice à expert,
    excellence en soins infirmiers , Editions
    Masson, 264 pages.
  • DABRION, M (2011)  UE 3-1 3-2  Raisonnement et
    démarche clinique infirmière , Editions DE BOECK
    ESTEM 369 pages
  • BOUDIER.T,ANC PULAS, PITARD L 2011  cahier des
    sciences infirmières, raisonnement clinique et
    démarche clinique, projet de soins infirmiers
    .Edition Masson Elsevier 164 pages.
  • WINOCK .E, CAVIGNAUX J 2003  soins infirmiers
    1-concepts et théories démarche de soins et
    soins généraux Editions Vernazobres-Grego 357
    pages.

51
BIBLIOGRAPHIE
8. CHOQUETTE A, LEGAULT A  Soutenir le
développement de la pensée critique chez la
nouvelle infirmière  9. BENNER P, RONDA G.
HUGUES, SUTPHEN M, Clinical Reasoning, Decision
making, and Action Thinking Critically and
Clinically 10. RUBENFELD M.G, K.SCHEFFER B,
1999. Raisonnement critique en soins
infirmiers.Guide dapprentissage 11. DEMEESTER A.
Evaluation du raisonnement clinique des
étudiantes sages-femmes par le test de
concordance de script. Mémoire de Maîtrise
Universitaire de pédagogie des Sciences de la
santé université Paris 13. Année 2004 46 pages
12. DEMEESTER A, VANPEE D, MARCHAND C et EYMARD
C  Formation au raisonnement clinique
perspectives dutilisation des cartes
conceptuelles  Pédagogie Médicale
201011(2)81-95 13. PEPIN J, KEROUAC S, DUCHARME
F, 2010  La pensée infirmière ,Edition
Cheniére Education, Montréal,180 pages.
About PowerShow.com